Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la grenouille maculée de l’Oregon au Canada

COSEPAC Résumé

Grenouille maculée de l’Oregon

Rana pretiosa

La grenouille maculée de l’Oregon, Rana pretiosa, est une grenouille brune à brun rougeâtre ornée de taches noires à centre clair sur le dos et la tête. Les adultes ont le ventre tacheté, avec une coloration délavée et fragmentée jaune à saumon, également présente sur la face ventrale du haut des cuisses. Les femelles pondent leurs masses d’œufs en commun, en groupements serrés. Les masses d’œufs isolées ou en groupes de deux ou de trois sont rares. Le Rana pretiosa et la grenouille maculée de Columbia (Rana luteiventris) sont des espèces très semblables, qu’il est cependant possible d’identifier par une analyse de protéines et qui ont été différenciées en 1997. Auparavant, les chercheurs considéraient qu’elles ne formaient qu’une seule espèce, Rana pretiosa.

Le cycle vital du R. pretiosa commence lorsque les mâles gagnent les sites de reproduction à la fin de l’hiver, où ils appellent les femelles jour et nuit. Ces dernières produisent une seule masse d’œufs, fécondée par un mâle par fécondation externe et pondue sur les masses d’œufs d’autres femelles ou juste à côté. Les embryons se développent et éclosent en deux à trois semaines et les têtards, larves aquatiques nageant librement, terminent après seulement quatre mois leur métamorphose en petites grenouilles mesurant de 30 à 33 mm du bout du museau au cloaque.

Le R. pretiosa est une espèce des marais d’eau tempérée, qui préfère les milieux humides à végétation émergente. Les étangs temporaires peu profonds et les petits milieux humides des plaines inondables associés à des plans d’eau permanents sont des éléments importants de l’habitat du R. pretiosa. L’habitat propice à l’espèce est fragmenté dans l’ensemble des basses terres du Fraser, et les populations existantes semblent isolées les unes des autres.

L’aire de répartition historique du R. pretiosa s’étend depuis l’extrême sud‑ouest de la Colombie-Britannique jusqu’à l’extrême nord‑est de la Californie. En Colombie‑Britannique, on a répertorié six populations du R. pretiosa : trois populations historiques disparues et trois populations nouvellement découvertes lors d’un relevé spécial. Dans le cadre de cette prospection des milieux humides des basses terres du Fraser, le R. pretiosa n’a été observé qu’à 3 % des sites. On estime que l’espèce est disparue dans plus de 90 % de son aire de répartition historique en Amérique du Nord. Les trois populations historiques de grenouilles maculées de l’Oregon situées en Colombie-Britannique sont disparues, alors que les taux de disparition des populations historiques s’élèvent à 91 % (10 sur 11) dans l’État de Washington, 76 % (34 sur 45) en Oregon et 100 % (3 sur 3) en Californie.

Le British Columbia Conservation Data Centre considère le R. pretiosa comme grandement en péril (critically imperiled, 5 occurrences ou moins), et l’espèce figure sur la liste rouge à titre d’espèce en voie de disparition dont la gestion doit faire l’objet d’une grande attention. La Washington Fish and Wildlife Commission a désigné l’espèce « en voie de disparition » et l’Oregon Department of Fish and Wildlife estime que sa situation est critique (sensitive critical). Le Fish and Wildlife Service des États‑Unis examine actuellement si le R. pretiosa devrait figurer sur la liste fédérale des espèces en péril.

Les facteurs limitatifs pour les populations de grenouilles maculées de l’Oregon sont la destruction anthropique de ses habitats, la perte d’habitats liée à la succession végétale, l’altération de l’hydrologie, l’introduction de prédateurs et de plantes étrangers, la gestion du bétail et l’isolement.

 COSEPAC logo

 MANDAT DU COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine la situation, à l’échelle nationale, des espèces, sous-espèces, variétés et populations (importantes à l’échelle nationale) sauvages jugées en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes des groupes taxonomiques suivants : mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles, poissons, mollusques, lépidoptères, plantes vasculaires, lichens et mousses.

COMPOSITION DU COSEPAC

Le COSEPAC est formé de représentants des organismes provinciaux et territoriaux responsables des espèces sauvages, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans et Partenariat fédéral en biosystématique) et de trois organismes non gouvernementaux, ainsi que des coprésidents des groupes de spécialistes des espèces. Le comité se réunit pour examiner les rapports sur la situation des espèces candidates.

DÉFINITIONS

 

 

Espèce : Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D) : Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC) : Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)* : Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M) : Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)** : Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)*** : Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)**** : Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

 

* : Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

** : Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

*** : Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

**** : Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

 

Environment Canada         Environnement Canada

Canadian Wildlife Service          Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.