Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur les couleuvres agiles à ventre jaune de l’Est et de l’Ouest au Canada - Mise à jour

Mise à jour
Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC
sur les
couleuvres agiles à ventre jaune de l’Est et de l’Ouest
Coluber constrictor flaviventris
et
Coluber constrictor mormon
au Canada
2004

Information sur l'espèce

Nom et classification

Classe :

Reptiles

Ordre :

Squamates

Sous-ordre :

Serpents

Famille :

Colubridés

Sous-famille :

Colubrinés

Espèce :

Coluber constrictor (Linné, 1758), nom commun : couleuvre agile

Sous-espèce :

Il existe trois sous-espèces de C. constrictor au Canada. Les deux sous-espèces faisant l’objet du présent rapport sont :

C. c. flaviventris, couleuvre agile à ventre jaune de l’Est (Say, 1823) et C. c. mormon (Baird et Girard, 1852), couleuvre agile à ventre jaune de l’Ouest

La troisième sous-espèce au Canada, le C. c. foxii, a déjà fait l’objet d’un rapport de situation distinct du COSEPAC (Wilson et Rouse, 2002).

Noms communs :

Couleuvre agile à ventre jaune de l’Est et couleuvre agile à ventre jaune de l’Ouest, d’après Crother et al. (2000). En anglais, la couleuvre agile à ventre jaune est appelée Yellow-bellied Racer, le C. c. flaviventris Eastern Yellow-bellied Racer et le C. c. mormon Western Yellow-bellied Racer.

 

Wilson (1978) a étudié 11 sous-espèces de couleuvres agiles en Amérique du Nord, dont on sait que trois existent au Canada, le C. c. flaviventris, (Say, 1823), le C. c. foxii (Linné, 1758) et le C. c. mormon (Baird et Girard, 1852). La distinction des trois sous-espèces a suscité quelques débats. La séparation du C. c. foxii (la couleuvre agile bleue) en tant que sous-espèce distincte du C. c. flaviventris a été reconnue par plusieurs autorités en la matière (Conant et Collins, 1991; Harding, 1997; Crother et al., 2000). Le statut taxinomique du C. c. flaviventris a été traité de manière différente au cours des années. Par conséquent, la sous-espèce a acquis en anglais une foule de noms vernaculaires, dont (Eastern) Blue Chaser, Fox's Black Snake, Fox’s Blue Racer, Green Racer, Olive Racer, Plains Blue Racer, (Western) Racer, (Western) Yellow-bellied Adder, Yellow-bellied Black Snake (Wright et Wright, 1957) et Eastern Yellowbelly Racer (Campbell et Perrin, 1991). Le C. c. flaviventris était auparavant assimilé au C. c. foxii à titre de C. c. constrictor, ce qui explique qu’il y ait également un chevauchement entre leurs noms communs. Les noms vernaculaires anglais de Blue Racer, Eastern Blue Racer et Eastern Yellow-bellied Racer ont été utilisés par Logier (1938, 1958) et par Logier et Toner (1955, 1961) pour décrire les couleuvres agiles de l’Ontario qui étaient considérées comme des C. c. flaviventris.

Fitch et al. (1981) ont élevé la couleuvre agile à ventre jaune de l’Ouest, C. c. mormon, au rang d’espèce (en tant que C. mormon) en raison de l’absence présumée de formes intermédiaires avec le C. c. flaviventris. Toutefois, Greene (1984) ainsi que Corn et Bury (1986) ont par la suite fourni la preuve de l’existence de formes intermédiaires, et l’ont rétablie à titre de sous-espèce C. c. mormon, suivis en cela par d’autres auteurs (par exemple, Nussbaum et al., 1983; Gregory et Campbell, 1984; Orchard, 1984 et Stebbins, 1985). En 1991, Collins (1991) a de nouveau élevé le C. c. mormon au rang d’espèce. Toutefois, l’allopatrie n’a pas été suffisamment prouvée et Anderson (1996, tel que cité dans Crother et al., 2000), se fondant sur des données alloenzymatiques, a fait valoir que le C. c. mormon devrait garder le rang de sous-espèce. Le C. c. mormon est connu en anglais sous plusieurs noms communs, dontWestern Blue Snake (Carl, 1944), Yellow-bellied Racer (Carl, 1944), Black Chaser, Black Snake, Green Racer, Mormon (Blue) Racer, Western Blue Racer, Yellow-bellied Black Snake, Yellow Coachwhip Snake (Wright et Wright, 1957) et (Western) Yellowbelly Racer (Campbell et Perrin, 1991).

On pensait autrefois qu’une quatrième sous-espèce se trouvait au Canada, mais les mentions de la couleuvre agile noire (C. c. constrictor, Linné, 1758) ont aujourd’hui été rejetées. Par le passé, on croyait que l’aire de répartition de la couleuvre agile noire comprenait des localités situées dans les provinces maritimes canadiennes (Mills, 1948; Logier et Toner, 1955, 1961; Bleakney, 1958 et Conant, 1958), d’après des observations non vérifiées et des rapports anecdotiques datant du 19e siècle (Bleakney, 1958; Cook, 1967; Martin, 1969, Gorham, 1970 et Gilhen, 1984). Cependant, Cook (1967) a présenté des raisons de mettre en doute ces observations et a recommandé que l’on raye le C. c. constrictor des listes canadiennes. Par la suite, Conant (1975), Wilson (1978), Cook (1984) et Gilhen (1984) ont adopté cette suggestion. Froom (1972, p. 54) a toutefois fait valoir que « certaines mentions publiées de ce serpent en Nouvelle-Écosse datent de 1865 et de 1890, ce qui donne à penser qu’il s’est effectivement trouvé là à cette époque » [traduction libre].


Description

Du point de vue morphologique, les couleuvres agiles sont faites pour la vitesse; leur corps long, lisse et effilé leur permet d’atteindre des vitesses allant jusqu’à 7 km/h (CARCNET, 2003). La tête est relativement large et caractéristique, le museau rond et les yeux grands, aux pupilles arrondies. La queue est longue et ressemble à un fouet (figure 1). La plaque anale est divisée; les écailles sont lisses et disposées en 17 rangées.

La couleur de la couleuvre agile est extrêmement variable dans toute son aire de répartition. Il existe des variations de couleur chez des individus de la même population et même des variations géographiques au sein des sous-espèces. Les couleuvres agiles au ventre jaune sont appelées ainsi à cause de la couleur de leur ventre, qui peut varier du jaune vif (C. c. flaviventris) au blanc jaunâtre (C. c. mormon). Le dos des C. c. mormon est généralement vert, vert olive, brun jaunâtre ou, parfois, dans certaines régions, brun rougeâtre (Wilson, 1978; Stebbins, 1985). En Colombie-Britannique, on n’a observé aucune couleuvre agile au dos rougeâtre (Macartney, comm. pers., tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991). Le C. c. flaviventris est en général plutôt bleuâtre, vert bleuâtre ou gris. La couleur du fond entre les écailles est généralement noire, alors que la gorge est blanche.

Les deux sous-espèces sont de longueur différente. Le C. c. flaviventris a tendance à être plus effilé et plus long que le C. c. mormon. Macartney (tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991) a découvert que la longueur du museau au cloaque du C. c. flaviventris adulte de la Saskatchewan variait de 61 à 94 cm, la longueur totale des plus gros individus pouvant excéder 1 m, pour un maximum de 177,8 cm (Conant, 1975 : 179). La longueur totale du C. c. mormon, généralement inférieure à 1 m, et varie de 50 à 182 cm (Stebbins, 1985) ou de 60 à 120 cm (Nussbaum et al., 1983). Le C. c. mormon est plus massif que le C. c. flaviventris et, en moyenne, plus petit (Fitch et al., 1981).


Figure 1 : Illustration d’une couleuvre agile à ventre jaune, Coluber constrictor

Figure 1. Illustration d’une couleuvre agile à ventre jaune, Coluber constrictor, par Kym Welstead

Par Kym Welstead

Il existe peu de variation quant à la longueur totale ou aux proportions (rapport queue et longueur totale) entre les sexes : le C. c. flaviventris mâle adulte peut mesurer entre 51 et 111 cm du museau au cloaque (moyenne de 72 ± 0,8); la femelle est légèrement plus grande, sa longueur du museau au cloaque variant de 54 à 121 cm (moyenne de 79 ± 0,1; Brown et Parker, 1984; Fitch et al., 1981). Le rapport queue–longueur totale est de 23,2 pour les C. c. flaviventris mâles, et de 20,9 pour les femelles (1984, Fitch et al., 1981). En Colombie-Britannique, la longueur du C. c. mormon mâle adulte varie généralement entre 60 et 70 cm du museau au cloaque, alors que les femelles sont un peu plus grandes, leur longueur du museau au cloaque variant de 70 à 80 cm (Macartney, données inédites, tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991). Shewchuk et Waye (1995) ont également signalé qu’en Colombie-Britannique, les femelles de C. c. mormon sont généralement plus grandes; la femelle adulte mesure 85 cm de longueur en moyenne (116 cm au maximum) alors que le mâle adulte mesure 78 cm en moyenne (112 cm au maximum). Cette même caractéristique a également été observée dans d’autres régions. Le C. c. mormon mâle adulte mesure de 40 à 70 cm du museau au cloaque (moyenne de 54 ± 0,6) alors que la femelle mesure de 41 à 74 cm du museau au cloaque (moyenne de 58 ± 0,7; Brown et Parker, 1984; Fitch et al., 1981). Le rapport queue–longueur totale est de 26,76 pour les C. c. mormon mâles et de 25,07 pour les femelles (Brown et Parker, 1984; Fitch et al., 1981).

La forme du corps des couleuvres agiles juvéniles est semblable à celle des adultes. Leur couleur est cependant différente, les couleuvres juvéniles présentant des taches sur les côtés ainsi qu’une série de marques et de bandes transversales partielles sur le dos. Les bandes ou marques dorsales peuvent être de couleur grise, brune ou rougeâtre sur un fond gris pâle; plus foncées sur le cou, elles s’éclaircissent vers le milieu du corps (St. John, 2002). Le C. c. mormon possède de 70 à 85 bandes alors que le C. c. flaviventris n’en possède que de 65 à 80 (Ortenburger, 1928). Le nombre de bandes varie toutefois selon la répartition géographique et devient moins visible à mesure que l’individu grandit et atteint la maturité sexuelle. Chez le C. c. flaviventris, ces bandes commencent à pâlir dès qu’il atteint environ 40 cm du museau au cloaque, bien qu’en Saskatchewan, on ait observé des bandes visibles sur des C. c. flaviventris mesurant 61 cm. Chez le C. c. mormon, les bandes commencent également à pâlir dès que l’animal atteint de 45 à 60 cm (Stebbins, 1985), et on n’en observe généralement plus dès que la longueur du museau au cloaque dépasse 45 cm chez les individus présents en Colombie-Britannique (données inédites de Macartney, tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991).

On peut distinguer les deux sous-espèces, le C. c. mormon et le C. c. flaviventris, grâce à leurs diverses caractéristiques morphologiques. Toutefois, cette distinction a suscité des débats à cause des chevauchements entre les sous-espèces (Corn et Bury, 1986; Fitch et al., 1981). Il faut toutefois être prudent lorsqu’on utilise la différence de taille du corps, des proportions, de la couleur et du nombre de dents pour distinguer les sous-espèces, car les variations entre les individus peuvent entraîner des chevauchements entre ces caractéristiques (Fitch et al., 1981). En général, le nombre de dents dentaires et de dents maxillaires chez le C. c. mormon varie respectivement de 14 à 16 et de 13 à 14, alors qu’il varie de 18 à 19 pour les dents dentaires et de 15 à 16 pour les dents maxillaires chez le C. c. flaviventris (Ortenburger, 1928). Toutefois, Auffenberg (1955) a découvert que le nombre de dents maxillaires chez le C. c. flaviventris variait entre 13 et 16, ce qui chevauche celui du C. c. mormon. Il existe également une variation du nombre d’écailles supralabiales (Corn et Bury, 1986), ce qui rend incertaine la distinction observée par Ortenburger (1928), selon laquelle on compterait huit paires de supralabiales chez le C. c. mormon et sept chez le C. c. flaviventris.

En Saskatchewan, il est possible de confondre la forme du corps du C. c. flaviventris et de la couleuvre verte (Opheodrys vernalis), mais cette dernière est d’une couleur vert vif. La couleuvre à nez mince juvénile (Pituophis catenifer) peut elle aussi être confondue avec le C. c. flaviventris juvénile, car tous deux possèdent des bandes transversales sur leur dos; la première a cependant des écailles carénées.

En Colombie-Britannique, plusieurs espèces peuvent être confondues avec le C. c. mormon, dont le boa caoutchouc, Charina bottae, qui est de la même couleur. Ce dernier a toutefois une queue arrondie, un corps plus large et des yeux minuscules. Plusieurs espèces de la Colombie-Britannique possèdent par ailleurs des bandes transversales et peuvent ainsi être confondues avec un C. c. mormon juvénile, notamment. la couleuvre nocturne, Hypsiglena torquata, et la couleuvre à nez mince juvénile, Pituophis catenifer. Toutefois, la couleuvre nocturne possède des pupilles verticales et la couleuvre à nez mince, des écailles carénées (St. John, 2002).