Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur les couleuvres agiles à ventre jaune de l’Est et de l’Ouest au Canada - Mise à jour

Répartition

Aire de répartition mondiale

La couleuvre agile, C. constrictor, est un serpent fort répandu dans toute l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale, du Maine jusqu’au sud de la Colombie-Britannique et, au sud, jusqu’aux Keys en Floride et au nord du Guatemala en Amérique centrale (figure 2; Ortenburger, 1928; Auffenberg, 1955; Wright et Wright, 1957; Conant, 1975; Wilson, 1978; Stebbins, 1985). Seule représentante du genre Coluber en Amérique du Nord, la couleuvre agile se divise en 11 sous-espèces (Wilson, 1978).


Figure 2 : Répartition des couleuvres agiles C. c. flaviventris et C. c. mormon en Amérique du Nord

Figure 2. Répartition des couleuvres agiles C. c. flaviventris et C. c. mormon en Amérique du Nord

Gregory et Campbell, 1984; Campbell et Perrin, 1991; Shewchuk et Waye, 1995; Hobbs et Sarell, 2002. C. c. flaviventris en gris foncé et C. c. mormon en gris clair.


Aire de répartition canadienne

Au Canada, la présence du C. c. flaviventris n’a été confirmée que dans l’extrême centre-sud de la Saskatchewan (figure 3) lors d’observations fortuites enregistrées dans le cadre d’études visant le crotale. Il faudra effectuer des études plus approfondies ciblant les C. c. flaviventris pour en estimer avec précision le nombre et la répartition. En Saskatchewan, on a signalé la présence du C. c. flaviventris dans la vallée de la rivière Frenchman, à côté de Val Marie, dans la partie sud-ouest de la province jusqu’à la vallée de Big Muddy dans le centre-sud (Maher et Back, 1964; Cook, 1966, 1977, 1984; Morrison, 1969; Cook et Van Zyll de Jong, 1975; Secoy et Vincent, 1976; Finley et Jasieniuk, 1978; Kreba, 1978; Lynch, 1978; Secoy, 1978; Wayne Harris, comm. pers.; J. Malcolm Macartney, comm. pers., tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991).


Figure 3 : Aire de répartition de la couleuvre agile à ventre jaune de l’Est, C. c. flaviventris, en Saskatchewan

Figure 3. Aire de répartition de la couleuvre agile à ventre jaune de l’Est, C. c. flaviventris, en Saskatchewan

L’aire de répartition est indiquée par la zone ombragée gris foncé (rouge dans la version en couleur). Les sites où des spécimens ont été capturés ou observés sont indiqués par un astérisque. Les mentions du sud-est de l’Alberta (zone non ombragée, mais délimitée par une ligne pointillée) n’ont pas été vérifiées.

Kissner et al. (1996), qui ont étudié 14 tanières de crotale des Prairies (Crotalus viridis viridis) dans le Parc national des Prairies, près de Val Marie, ont capturé et étiqueté 48 C. c. flaviventris pendant leurs travaux. En 1987, Mackay a mené une étude sur les tanières de serpent dans la vallée de la rivière Frenchman, au sud-est de Val Marie, pour le compte de la Saskatchewan Natural History Society. Il a observé et capturé des couleuvres agiles à deux endroits et trouvé une couleuvre tuée sur la route (Macartney, comm. pers., tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991). Dans le cadre d’un relevé sur le terrain portant sur les crotales effectué par Macartney en 1990 dans la même vallée, 13 C. c. flaviventris ont été capturés et trois carcasses observées à sept endroits dans l’ensemble de la vallée. Selon Macartney (comm. pers., tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991), « ces sites étaient des hibernacula utilisés principalement par le crotale de l'Ouest (Crotalus viridis viridis), la couleuvre à nez mince (Pituophis melanoleucus sayi) et diverses couleuvres du genre Thamnophis » [traduction libre].

L’information relative aux populations de C. c. flaviventris en Alberta est restreinte puisque aucun recensement officiel n’a visé cette espèce. Il n’existe apparemment aucune mention vérifiée de la couleuvre agile en Alberta. Une Chevêche des terriers (Athene cunicularia) qui ramenait une couleuvre agile morte dans son terrier a toutefois été signalée à Onefour (Alberta) (J. Nicholson, comm. pers.). Une autre observation non confirmée a eu lieu dans la même région en juillet 2001. De plus, un éleveur a attrapé une couleuvre agile il y a environ 15 à 20 ans dans l’extrême sud-est de la province, près de Wildhorse. Ces dernières observations sont au mieux problématiques.

On trouve le C. c. mormon dans le sud et le centre de l’intérieur de la Colombie-Britannique, région qui comprend les bassins hydrographiques de South-Columbia, de la Kettle, de l’Okanagan, de la Similkameen, de la Nicola et de la Thompson (Sarell, 2003). Autrefois, on considérait que l’aire de répartition du C. c. mormon était limitée à la zone de transition aride des vallées de l’Okanagan, de la Similkameen et du Fraser, vers l’est jusqu’à Midway, vers l’ouest jusqu’à Seton Lake (près de Lillooet) et au nord vers Kamloops (Cowan, 1936; Carl, 1944; Gregory et Campbell, 1984). Toutefois, des recherches accrues sur les serpents en Colombie-Britannique ont donné lieu à d’autres observations, qui ont étendu l’aire de répartition du C. c. mormon. Vers l’est, Sarell et Alcock (2000) ont capturé 47 C. c. mormon dans le parc provincial Beaver Creek, près de Trail, confirmant ainsi les observations précédentes faites par Dulisse (1999). Cette région constitue un habitat unique pour le C. c. mormon, car elle est située dans la zone biogéoclimatique sèche intérieure à thuya et pruche de l'intérieur de l’ouest (Sarell et Alcock, 2000). De plus, le C. c. mormon utilisait aussi une tanière collective de crotales appelée tanière « Elephants Head », dans la région de Grand Forks (Hobbs et Sarell, 2001). Vers l’ouest, Hobbs (données inédites, comm. pers.) a observé en 2002 deux C. c. mormon adultes au nord de D’Arcy, près du lac Anderson, qui utilisaient également un nouvel habitat de douglas mûr, à la frontière des districts de Squamish et de Merrit Forest. Vers le nord, Hobbs (données inédites, comm. pers.) a observé un C. c. mormon adulte à 20 km au sud de Lillooet, sur la rive ouest du Fraser, ce qui confirme que l’aire de répartition s’étend « au moins jusqu’à Chum Creek » [traduction libre] (Campbell et Perrin, 1991), à proximité. Hobbs et Sarell (2002) ont observé un C. c. mormon tué sur la route près de Dog Creek, sur la côte est du Fraser, plus haut que l’extrémité ouest de Canoe Creek, environ 100 km au nord de Lillooet dans le district forestier de 100 Mile House, l’endroit le plus septentrional où l’on en ait observé un. Légèrement au sud de Dog Creek, deux mues de couleuvre agile ont été découvertes près d’un site de ponte possible sur la berge du Fraser dans la région de Big Bar Creek, près de Chum Creek (Hobbs et Sarell, 2002). On a signalé quelques observations près de l’extrémité sud de lac Shuswap au nord de Vernon (Gregory et Campbell, 1984; Green, 1975, données inédites, tel que cité dans Campbell et Perrin, 1982), ce qui indique l’existence d’un lien entre deux des plus grandes populations discrètes (voir plus bas). Toutefois, ces données n’ont pu être vérifiées en 2004 (J. Hobbs, comm. pers., juillet 2004).


Figure 4 : Aire de répartition de la couleuvre agile à ventre jaune de l’Ouest, C. c. mormon, en Colombie-Britannique

Figure 4. Aire de répartition de la couleuvre agile à ventre jaune de l’Ouest, C. c. mormon, en Colombie-Britannique (indiquée par une zone ombragée noire ([ou rouge])).

Indiquée par une zone ombragée noire ([ou rouge]). Avec la permission de J. Hobbs, Ministry of Water, Land and Air Protection, 2004.

Ces nouvelles données sur l’aire de répartition portent à croire qu’il y a cinq populations discrètes de C. c. mormon en Colombie-Britannique (Hobbs et Sarell, 2002). Trois des quatre populations du sud sont petites et se trouvent près de Trail, de Grand Forks et de Midway (figure 4). La quatrième population, celle de la région d’Okanagan-Similkameen, occupe la majeure partie de l’aire de répartition de l’espèce au Canada et englobe les bassins hydrographiques de l’Okanagan et de la Similkameen. Les quatre populations du sud sont possiblement contiguës à celles de l’État de Washington. D’anciennes observations dans la vallée du Fraser (Campbell et al., 1982) évoquent une relation avec une population côtière disparue de l’État de Washington, qui s’est déjà étendue jusqu’à la côte est de Puget Sound dans les années 1930 (Storm et Leonard, 1995). La cinquième population, celle de Thompson-Fraser, dans l’aire de répartition septentrionale, était probablement liée aux quatre populations du sud durant la période hypsothermique survenue il y a 8 000 ans (Cannings et Cannings, 1996, tel que cité dans Hobbs et Sarell, 2002), mais s’en est séparée depuis à cause du rétrécissement de son aire de répartition.