Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur les couleuvres agiles à ventre jaune de l’Est et de l’Ouest au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Le Coluber constrictor flaviventris n’a sans doute jamais été très répandu ni nombreux au Canada, et toutes les mentions vérifiées proviennent de sept endroits en Saskatchewan. Avant Kissner et al. (1996), qui ont capturé environ 45 de ces couleuvres au cours de leur étude sur les crotales, il n’existait que quelques mentions dispersées de C. c. flaviventris, qui provenaient toutes du sud de la Saskatchewan. Lors de son relevé mené en 1990 dans la vallée de la rivière Frenchman en Saskatchewan, Macartney (données inédites, tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991) a trouvé entre une et quatre couleuvres agiles dans sept des neuf gîtes d’hivernage de serpents répertoriés dans la région. Il s’agissait d’un nouveau-né, de deux jeunes couleuvres et de dix adultes. Selon Wayne Harris (comm. pers.), il y aurait eu un déclin dans la région de la vallée de la rivière Frenchman, car aucune couleuvre agile n’y a été observée pendant plusieurs années, et à l’automne 1990, les terriers collectifs des serpents de la région avaient été délaissés non seulement par les couleuvres agiles, mais également par les crotales de l’Ouest avec lesquels elles avaient partagé leur terrier. D’après Harris, la mortalité serait plus élevée dans ces terriers quand les hivers sont très froids. Malgré tout, nous ne disposons toujours pas de suffisamment d’information pour évaluer les tendances de la population de manière fiable. Dans le même ordre d’idées, le nombre total des adultes demeure inconnu, mais comme moins de 100 adultes ont été capturés et que l’ensemble de la zone occupée est somme toute assez limitée, il semble qu’il y ait beaucoup moins de 10 000 adultes en Saskatchewan.

Comme aucun relevé complet du C. c. mormon n’a été effectué en Colombie-Britannique, il n’y a pas suffisamment de données pour estimer la taille de la population avec exactitude. Cannings et al. (1999) ont estimé la population à plus de 3 000 individus, mais rien ne permet de déterminer s’il s’agissait de couleuvres adultes ni la façon dont ce nombre a été obtenu. Brown (1973) a estimé la densité de la population du C. c. mormon à 0,65 par hectare en Utah. La densité de la population était inférieure à celle de sa dernière étude (0,32 par hectare), ce qui laisse supposer un déclin dans la région (Brown et Parker, 1984). Fitch (1963) a estimé que la population du C. c. flaviventris se situait entre 0,45 et 1,1 par hectare au Kansas. Dans un meilleur habitat, la densité peut monter jusqu’à 1,2 adulte par hectare. D’après Shewchuk et Waye (1995), la densité de la population de la Colombie-Britannique est de beaucoup inférieure. Les couleuvres agiles semblent être plus nombreuses dans le sud de l’Okanagan, où l’habitat est meilleur que celui des populations périphériques (Shewchuk et Waye, 1995). Sur les 215 couleuvres agiles qui ont été capturées, marquées et remises en liberté dans quatre endroits du centre-sud de la Colombie-Britannique, seulement onze ont été capturées de nouveau entre un mois et trois ans plus tard (Macartney, données inédites, tel que cité dans Campbell et Perrin, 1991). Cela donne à penser que seule une petite fraction de la population de couleuvres a réellement été marquée dans n’importe quel de ces endroits.

Il est difficile de recenser de manière précise les populations de serpents. Cependant, il est généralement reconnu que les populations de la Colombie-Britannique sont en déclin à cause d’une perte importante de l’habitat dans la plupart de leur aire de répartition. Selon Sarell (comm. pers.), le nombre de couleuvres agiles doit être en baisse en raison de la perte d’habitat et de la mortalité sur les routes. Ces deux facteurs ont aussi aggravé la fragmentation des populations dans chacun des cinq principaux endroits de la Colombie-Britannique où vivent ces couleuvres. De plus, comme les couleuvres semblent particulièrement sensibles au développement urbain (voir la section précédente), les déclins de population risquent fort de se produire dans des endroits où le développement des banlieues est très rapide, en particulier dans la région de l’Okanagan.

Il est difficile d’évaluer le nombre exact de couleuvres agiles à ventre jaune de l’Ouest adultes vivant en Colombie-Britannique. Il semble que l’on croise plus souvent ces couleuvres que les couleuvres à nez mince du Grand Bassin et presque aussi souvent que les crotales de l’Ouest (Jeff Brown, comm. pers., août 2004). Les couleuvres agiles vivent le jour et se déplacent plus que ces espèces, ce qui fait qu’il est relativement plus facile de les voir que les deux autres espèces. Par contre, comme elles sont plus rapides et plus petites, elles peuvent être moins faciles à repérer malgré leur tendance à vivre davantage pendant le jour. On estime à moins de 10 000 le nombre de crotales de l’Ouest, une espèce beaucoup plus étudiée (Didiuk et al., 2004), et à moins de 5 000 celui des couleuvres à nez mince (Waye et Shewchuk, 2002). Il est donc raisonnable de penser que les couleuvres agiles sont aussi nombreuses (entre 5 000 et 10 000 serpents adultes) compte tenu de la répartition semblable, de l’utilisation collective des gîtes d’hivernage et de la fréquence des observations.