Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport annuel du COSEPAC - 2005

Annexe VII: Évaluation détaillée des espèces du COSEPAC (novembre 2004 et de mai 2005)*

Les résultats sont regroupés selon le taxon, puis selon la catégorie de statut. Une justification de la désignation est donnée pour chaque espèce. Les notes d'évaluation et un court historique des désignations de statut suivent. L'aire d'occurrence au Canada pour chaque espèce (par province, territoire ou océan) est fournie.

*Les résultats détaillés des espèces évaluées par le COSEPAC qui suivent n’inclut pas l’infomation sur la désignation d’urgence du saumon quinnat (chinook), population de l’Okanagan) parce que cette information vous a déjà été communiquée.

Résultat de novembre 2004

Mammifères
Baleine noire du Pacifique Nord EubalaenajaponicaEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A1d; D1
Justification de la désignation
Bien que cette espèce n'ait pas été observée au cours des 50 dernières années dans les eaux canadiennes, elle a été observée au sud et au nord des eaux de la Colombie-Britannique. Il n'est donc pas approprié de désigner cette espèce come étant disparue. Le total des individus de la population de l'est du Pacifique Nord s'établirait à quelques dizaines de baleines.
Répartition  Océan Pacifique
Historique du statut
La baleine noire a été considérée comme une espèce distincte et a été désignée « en voie de disparition » en 1980. Réexamen et confirmation du statut en avril 1985 et en avril 1990. Division en deux espèces en mai 2003. La baleine noire du Pacifique Nord n'a pas été réévaluée en mai 2003, mais a conservé le statut initial « en voie de disparition » de la baleine noire. Réexamen et confirmation du statut « en voie de disparition » en novembre 2004.
Narval MonodonmoncerosPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

La population de la baie de Baffin semble grande (environ 45 000 individus), bien qu'il y ait des incertitudes quant au nombre d'individus, aux tendances et à certains paramètres du cycle biologique, ainsi qu'au nombre de prises pour assurer une chasse à des niveaux durables. Il y a aussi des incertitudes pour ce qui est de la population beaucoup plus petite de la baie d'Hudson (environ 2100 individus matures). La chasse pour le maktak et l'ivoire, qui a une grande valeur sur le marché, représente une menace des plus constantes pour le narval. Les effets éventuels du changement dans la couverture de glace, causé par les tendances climatiques, sont inconnus. La population de la baie d'Hudson pourrait connaître un déclin de 30 p. 100 en 30 ans si la chasse ne fait pas l'objet d'une réglementation stricte. De façon semblable, la population de la baie de Baffin pourrait être touchée par la chasse au Groenland si elle n'est pas gérée efficacement. Le nombre d'individus tués par la chasse a augmenté au cours des années 1990. La gestion par les communautés permet de surveiller la chasse et de trouver des solutions pour réglementer les prises. Une information fiable sur le nombre d'individus tués et non récupérés est difficile à obtenir.

Répartition  Océan Arctique
Historique du statut
Espèce désignée « non en péril » en avril 1986 et en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en novembre 2004.

 

Oiseaux
Guillemot à cou blanc SynthliboramphusantiquusPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

Cet oiseau de mer nichant au sol subit la menace des mammifères prédateurs qui ont été introduits dans les îles où il se reproduit. Les prédateurs ont été retirés de certaines îles, mais les populations n'ont pas augmenté depuis. Près de la moitié de la population mondiale de cette espèce niche dans les îles de la Reine-Charlotte, en Colombie-Britannique. On estime que la population canadienne est en déclin.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1993.Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004. 

 

Reptiles
Couleuvre agile à ventre jaune de l'Est ColuberconstrictorflaviventrisMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii)+2ab(iii), mais a été désignée « menacée », B1ab(iii)+2ab(iii), car une grande partie de l'habitat de la sous-espèce se trouve dans le parc national des Prairies, et il y a possibilité d'une immigration de l'État de Montana.

Justification de la désignation

Cette couleuvre n'est présente que dans deux petites zones de l'extrême-sud de la Saskatchewan. Elle est en péril en raison de la perte de son habitat aux dépens de l'agriculture, de la mortalité sur les routes, de la perte de terriers et peut-être même de la petite taille de sa population. L'immigration possible d'individus des États-Unis pourrait avoir un effet salvateur, mais ceci n'a pas été observé.

Répartition  SK
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1991. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « menacée » en novembre 2004.
Couleuvre agile à ventre jaune de l'Ouest ColuberconstrictormormonPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Cette couleuvre est présente dans cinq vallées du centre-sud de la Colombie-Britannique. La perte et la fragmentation de l'habitat aux dépens de l'agriculture et le développement urbain menacent l'espèce, surtout que l'espèce s'adapte particulièrement mal à l'urbanisation. Le réseau routier toujours en expansion et l'accroissement du trafic augmentent le taux de mortalité et fragmentent encore plus l'habitat. L'épandage de pesticides dans les zones agricoles pourrait nuire à l'espèce, soit par contamination directe ou contamination des insectes dont elle se nourrit. Il est peu probable qu'une immigration d'individus des États-Unis soit suffisante pour avoir un effet salvateur en raison de la perte considérable d'habitats dans la zone adjacente à la frontière.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « non en péril » en avril 1991. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « préoccupante » en novembre 2004.

 

Amphibiens
Grenouille à pattes rouges RanaauroraPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

Au Canada, une grande partie de l'aire de répartition de cette espèce se trouve dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique, une région où la densité de population est forte. La transformation des terres et d'autres activités humaines sont responsables de la fragmentation et de la perte croissantes de l'habitat de cette espèce. Les ouaouarons et les grenouilles vertes, des espèces introduites, se répandent rapidement et prennent la place de l'espèce en question  à de nombreux sites, ce qui semble avoir des conséquences néfastes sur son utilisation des sites de reproduction dans les terres humides et son succès de la reproduction. Les populations de cette espèce, comme d'autres amphibiens qui ont besoin d'un habitat de grande superficie, sont essentiellement vulnérables à la fragmentation de l'habitat qui risque d'exacerber les effets d'isolement et les disparitions locales.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1999. Réexamen et confirmation du statut en mai 2002 et en novembre 2004.

 

Poissons
Bar rayé MoronesaxatilisDisparue du pays
Population de l'estuaire du Saint-Laurent
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
La population de l'estuaire du Saint-Laurent est disparue à cause de la pêche illégale; la dernière observation date de 1968.
Répartition  QC
Historique du statut
Espèce désignée « disparue du pays » en novembre 2004.
Chevalier cuivré MoxostomahubbsiEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A2c; B1ab(v)+2ab(v)

Justification de la désignation

Cette espèce est endémique au Canada, où sa présence n'a été observée qu'à trois emplacements du sud-ouest du Québec, ce qui ne représente peut-être qu'une seule population. La répartition et l'abondance de cette espèce ont extrêmement diminué parce qu'un certain nombre de facteurs d'origine humaine (p. ex. l'expansion urbaine, les pratiques agricoles et la construction de barrages) ont entraîné une diminution de la qualité de l'eau et de l'habitat disponible. L'introduction récente d'espèces exotiques, comme la moule zébrée, aura peut-être d'autres répercussions sur la qualité de l'habitat.

Répartition  QC
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2004.
Bar rayé MoronesaxatilisMenacée
Population du sud du golfe Saint-Laurent
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », B2ac(iv), mais a été désignée « menacée », B2ac(iv); D2, en raison du haut degré de tolérance, qui s'est révélé évident dans les récentes estimations de l'abondance du frai.
Justification de la désignation
Ce poisson a déjà été important sur le plan commercial et les pêcheurs à la ligne l'apprécient encore beaucoup. Il est menacé par la prise accessoire au cours de la pêche à divers poissons, comme le gaspareau et l'éperlan, ainsi que par la capture illégale durant la pêche sur la glace.
Répartition   QC NB PE NS
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.
Bar rayé MoronesaxatilisMenacée
Population de la baie de Fundy
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », A2bc, mais a été désignée « menacée », A2bc; D2, car la population reproductrice restante ne semble pas être exposée à aucun danger dans l'immédiat.

Justification de la désignation

L'échec répété du frai a mené à la disparition des populations de cette espèce de la rivière Annapolis et de la rivière St. John. Ces échecs ont été causés par la diminution du débit de l'eau et par la mauvaise qualité de l'eau. Dans la population de la rivière Shubenacadie, la présence dans les aires d'hivernage d'une espèce introduite, le brochet maillé, représente peut-être une menace. Une autre menace qui pèse sur cette population est la prise accessoire liée à diverses pêches commerciales. Des individus de cette espèce se reproduisant dans des rivières aux États-Unis fréquentent aussi la baie de Fundy. Ces poissons n'ont pas été inclus dans l'évaluation.

Répartition  NB NS
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.
Cisco de l'Alaska CoregonuslaurettaePréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

C'est une espèce anadrome qui dépend d'un accès ininterrompu aux frayères d'amont. Au Canada, la présence de cette espèce n'est connue que dans le fleuve Yukon. Le nombre d'individus qui utilisent les portions canadiennes de ce fleuve est faible par rapport au nombre de ceux qui fréquentent son cours inférieur, situé dans la partie américaine de son aire de répartition, et sur lequel des installations hydroélectriques et l'expansion des pêches commerciales ou de subsistance, pêches visant d'autres espèces dans le fleuve, pourraient avoir une incidence négative.

Répartition  YT
Historique du statut
Espèce étudiée en avril 1990 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ». Réexamen en novembre 2004 et désignée « préoccupante ».
Esturgeon vert AcipensermedirostrisPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

On ne connaît pas le nombre d'individus fréquentant les eaux canadiennes, mais il n'est certainement pas élevé. Cette espèce est en péril à l'échelle mondiale et soulève des préoccupations au Canada par suite de l'exploitation et de la perte d'habitat découlant de l'installation de barrages sur les rivières.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987.Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004.
Éperlan d'hiver nain Spirinchussp. Données insuffisantes
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Bien qu'il existe des indices équivoques de l'isolement reproductif des populations d'éperlans d'hiver et d'éperlans d'hiver nains, les meilleurs renseignements dont nous disposons ne suffisent pas pour résoudre la question de l'admissibilité de l'espèce à l'évaluation.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce étudiée en novembre 2004 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».
Méné de lac CouesiusplumbeusDonnées insuffisantes
Populations des sources chaudes du nord de la Colombie-Britannique
Critères d'évaluation   sans objet

Justification de la désignation

Bien qu'il existe des preuves non concluantes de l'isolement reproductif des populations des sources chaudes par rapport à l'espèce apparentée, les meilleurs renseignements dont nous disposons sont insuffisants et ne nous permettent pas de résoudre la question de l'admissibilité de cette espèce à l'évaluation.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce étudiée en novembre 2004 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

 

Plantes vasculaires
Châtaignier d'Amérique CastaneadentataEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A4ace; B2ab(ii,iii,iv,v); C2a(i); D1

Justification de la désignation

Autrefois une essence dominante dans les secteurs bien drainés des forêts de feuillus de l'Est, cette espèce a été décimée par la brûlure du châtaignier dans la première moitié du XXe siècle. L'espèce est toujours présente dans la majeure partie de son ancienne aire de répartition, quoique très dispersée et principalement sous forme de rejets émergeant des collets. La plupart des individus succombent à la brûlure avant d'atteindre une taille appréciable et moins de 150 d'entre eux atteignent une taille suffisante pour produire des semences. C'est une espèce à pollinisation croisée et sa production de semences est réduite en raison de l'éloignement entre les individus matures. Les menaces à l'espèce sont la persistance de la brûlure, le vieillissement et l'attrition des collets, la coupe à blanc dans certains sites et l'hybridation avec d'autres espèces.

Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en novembre 2004.
Chardon de Hill CirsiumhilliiMenacée
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », C2a(i), mais est désignée « menacée », C2a(i); D1, car l'espèce n'est pas exposée à une disparition imminente en raison de la présence de nombreux sites, quelques-uns se trouvant dans des aires protégées.
Justification de la désignation
Il s'agit d'une graminée vivace dont l'aire de répartition se limite aux États du nord du Midwest américain et des Grands Lacs qui y sont adjacents, et qui est observée dans des habitats ouverts sur des sols peu profonds sur des substrats rocheux de calcaire. En Ontario, l'espèce est présente dans 64 sites existants, mais les individus matures qui fleurissent sont relativement peu nombreux; on estime leur nombre à moins de 500 individus. Certaines populations sont protégées dans un parc national et un parc provincial, mais la plus grande population subit la menace à cause de l'extraction d'agrégat. L'espèce subit des menaces continues causées par le développement des rives, la circulation des véhicules tous terrains et les processus de succession découlant de la suppression des feux dans son habitat.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.
Iris lacustre IrislacustrisMenacée
Critères d'évaluation   D2

Justification de la désignation

C'est une espèce rare dans le monde, endémique aux Grands Lacs et présente au Canada uniquement dans des zones calcaires semi-ombragées de la péninsule Bruce et de l'île Manitoulin en Ontario. Au Canada, l'espèce est présente dans environ 40 sites; elle subit la perte et la détérioration de son habitat dans certains sites. Plusieurs sites ont disparus en raison du développement. Deux des plus grandes populations sont protégées dans un parc national ainsi que dans un parc provincial.

Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.
Limnanthe de Macoun LimnanthesmacouniiMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii)+2ab(iii), mais est désignée « menacée », B1ab(iii)+2ab(iii); D2, car l'espèce ne semble pas exposée à une disparition imminente, et une large portion des populations se trouve sur le territoire domanial.

Justification de la désignation

Une espèce endémique au Canada dont l'aire de répartition est grandement restreinte à une mince bande côtière de microhabitats temporairement humides, où elle est en péril à cause de la compétition permanente avec une grande variété de plantes exotiques. Sa présence dans une région fortement urbanisée se traduit par la perturbation de l'habitat et une diminution de la population.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1988. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « menacée » en novembre 2004.
Phlox de l'Ouest Phloxspeciosa ssp. occidentalisMenacée
Critères d'évaluation   B1ab(ii,iii,v)+B2ab(ii,iii,v); D2

Justification de la désignation

Présente dans moins de 10 sites, cette espèce vivace remarquable a une aire de répartition très restreinte. Elle est présente dans une région où l'aménagement de propriétés privées, certaines pratiques agricoles et la prolifération des espèces envahissantes causent la perte et la détérioration continues de l'habitat.

Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.
Ketmie des marais HibiscusmoscheutosPréoccupante

Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2, mais est désignée

« préoccupante » car elle est relativement répandue, elle est présente dans des aires protégées, et il y a possibilité d'une immigration de source externe.

Justification de la désignation

Cette espèce est une graminée robuste et vivace des marais de rivage des Grands Lacs présente en de nombreux endroits en Ontario, généralement en très faible quantité sur de très petites superficies. La population totale du Canada est estimée à moins de 10 000 plants lesquels, y compris deux des plus grandes populations, se trouvent dans des aires protégées. L'espèce connaît depuis longtemps la perte de son habitat, et plusieurs populations ont récemment disparu. Les populations subissent également la détérioration de leur habitat et sont touchées par les répercussions découlant particulièrement de la présence de plantes exotiques envahissantes. Des preuves démontrant la dispersion de la plante par la dérive de touffes flottant sur l'eau indiquent qu'une colonisation des sites où l'espèce était présente historiquement est possible.

Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1987.Réexamen et confirmation du statut en novembre 2004.

 

Mousses
Entosthodon rouilleux EntosthodonrubiginosusEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B2ab(iii); C2a(i); D1

Justification de la désignation

Cette espèce est endémique dans la partie occidentale de l'Amérique du Nord. Elle est présente dans le sud de la Colombie-Britannique, et a été observée du Montana jusqu'en Arizona et au Nouveau-Mexique. Cette mousse a une répartition très restreinte dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, où seulement quatre populations ont été observées. Trois de ces populations existent encore et une n'a pas été retrouvée. L'espèce n'est pas abondante dans tous les sites connus. Elle vit sur une étroite bande de rivage dominée par les graminées et d'autres mousses, dans des habitats alcalins temporairement humides. Deux populations ont subi le piétinement par les chevaux et le bétail, et tous les sites examinés subissent, à divers degrés, les impacts des animaux domestiques. Au moins une partie d'une population a été détruite par le piétinement par les animaux domestiques.

Répartition  BC

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2004.

Ptérygoneure de Koslov PterygoneurumkozloviiMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B2ab(iii,iv), mais est désignée « menacée », B2ab(iii,iv), car l'espèce est observée dans différents emplacements sur un vaste territoire; elle n'est pas considérée exposée à une disparition imminente.

Justification de la désignation

En Amérique du Nord, cette espèce n'est présente que dans l'ouest du Canada. L'espèce est considérée comme en péril ou rare à l'échelle mondiale, et la grande majorité des sites documentés se trouvent au Canada. L'espèce pousse généralement sur le sol parmi les graminées et les carex sur les bords d'étangs alcalins et de marécages dans les régions semi-arides du Canada. Sa présence n'a été récemment confirmée que dans 13 des 24 sites signalés dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, et on ne compte qu'un seul site non confirmé en Saskatchewan. Environ la moitié des sites connus subissent les impacts causés par les humains et les animaux domestiques. Parmi les sites de la Colombie-Britannique, 6 semblent avoir été détruits en raison du développement urbain, de l'amélioration des autoroutes et du piétinement par le bétail, ce qui signifie que le déclin de la qualité et de l'étendue de l'habitat se répercute actuellement sur la situation de l'espèce.

Répartition  BC SK
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en novembre 2004.

 

Résultat de Mai 2005

Mammifères
Baleine boréale BalaenamysticetusMenacée
     Population de la baie d'Hudson et du bassin de Foxe
Critères d'évaluation   D1
Justification de la désignation
La population a été gravement réduite par la pêche commerciale à la baleine entre 1860 et 1915. Les estimations récentes de la population sont incertaines, mais elles indiquent qu’il pourrait y avoir aussi peu que 300 individus matures, dont seulement la moitié serait composée de femelles. Les menaces  pesant sur cette petite population comprennent la chasse illégale et une vulnérabilité accrue à la prédation de l’épaulard résultant de la couverture glaciaire réduite.
Répartition  Océan Arctique
Historique du statut
Les populations de l'est et de l'ouest de l'Arctique ont été considérées comme un tout et ont été désignées « en voie de disparition » en avril 1980. Division en deux populations (population de l'est de l'Arctique et population de l'ouest de l'Arctique) en avril 1986 pour permettre une désignation individuelle. La population de l'est de l'Arctique n'a pas été réévaluée en avril 1986, mais a conservé le statut « en voie de disparition » des « populations de l'est et de l'ouest de l'Arctique » initial. La population de l'est de l'Arctique a été par la suite divisée en deux populations (population de la baie d'Hudson et du bassin de Foxe et population du détroit de Davis et de la baie de Baffin) en mai 2005, et la population de la baie d'Hudson et du bassin de Foxe a été désignée « menacée ».
Baleine boréale BalaenamysticetusMenacée
Population du détroit de Davis et de la baie de Baffin
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A1b, mais est évaluée comme étant « menacée », A1b, car la pêche à la baleine commerciale, principale cause de la réduction de la population, a cessé.
Justification de la désignation
La population comptait au moins 11 000 individus lorsque la pêche commerciale à la baleine a commencé. Cette pêche a réduit la population à moins de 30 % de son ancienne abondance. Des estimations récentes indiquent que la population s’accroît et qu’elle est plus grande que ce que l’on pensait, mais son nombre d’individus semblerait encore s’élever à moins de 3 000 individus, tous âges confondus. La population remplit les conditions de la catégorie en voie de disparition, mais n’est pas considérée comme étant en danger imminent de disparition. Les menaces comprennent la chasse illégale et une vulnérabilité à la prédation de l’épaulard résultant de la couverture glaciaire réduite.
Répartition  Océan Arctique
Historique du statut
Les populations de l'est et de l'ouest de l'Arctique ont été considérées comme un tout et ont été désignées « en voie de disparition » en avril 1980. Division en deux populations (population de l'est de l'Arctique et population de l'ouest de l'Arctique) en avril 1986 pour permettre une désignation individuelle. La population de l'est de l'Arctique n'a pas été réévaluée en avril 1986, mais a conservé le statut « en voie de disparition » des « populations de l'est et de l'ouest de l'Arctique » initiales. La population de l'est de l'Arctique s'est par la suite divisée en deux populations (population de la baie d'Hudson et du bassin de Foxe et population du détroit de Davis et de la baie de Baffin) en mai 2005, et la population du détroit de Davis et de la baie de Baffin a été désignée « menacée ».
Rorqual commun BalaenopteraphysalusMenacée
Population du Pacifique
Critères d'évaluation   A1d
Justification de la désignation
L’espèce est actuellement observée seulement de façon peu fréquente dans les anciens lieux de pêche à la baleine au large de la Colombie-Britannique. La pêche côtière à la baleine a réduit la population entre 1905 et 1967 d’au moins  7 600 individus, et des milliers d’autres individus ont été pris lors de pêches pélagiques durant les années 1970. Le taux des prises des stations de pêche côtière à la baleine a diminué de façon abrupte au large de la Colombie-Britannique au cours des années 1960. En se basant sur l’importante diminution de la population et un délai de temps insuffisant pour son rétablissement, on en a déduit que la population actuelle est inférieure à 50 % de son niveau d’il y a 60 à 90 ans. Les individus continuent d’être vulnérables aux collisions avec des navires et à l’enchevêtrement dans des engins de pêche.
Répartition  Océan Pacifique
Historique du statut
L'espèce a été considéré comme une unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1987. Division en deux populations (population du l'Atlantique et population du Pacifique) en mai 2005. La population du Pacifique a été désignée « menacée » en mai 2005.
Baleine boréale BalaenamysticetusPréoccupante
Population des mers de Béring, des Tchouktches et de Beaufort
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Au temps de la pêche commerciale à la baleine, cette population a été intensément chassée. Elle semble en voie de se rétablir, même en présence d’une chasse réglementée; la population représente actuellement environ 50 % de sa taille historique. La population n’est cependant pas encore en sécurité et est potentiellement touchée de façon défavorable par le changement climatique ainsi que par l’exploitation pétrolière et gazière.
Répartition  Océan Arctique
Historique du statut
Les populations de l'est et de l'ouest de l'Arctique ont été considérées comme un tout et désignées « en voie de disparition » en avril 1980. Division en deux populations (population de l'est de l'Arctique et population de l'ouest de l'Arctique) en avril 1986 pour permettre une désignation individuelle. La population de l'ouest de l'Arctique a été désignée « en voie de disparition » en avril 1986. La population a été renommée « population des mers de Béring, des Tchouktches et de Beaufort » et désignée « préoccupante » en mai 2005.
Rorqual commun BalaenopteraphysalusPréoccupante
Population de l'Atlantique
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
La pêche à la baleine a réduit la taille de cette population pendant une grande partie du XXe siècle. Cependant, l’espèce est aperçue de façon relativement fréquente au large du Canada atlantique et n’est pas chassée depuis 1971. Son abondance et son niveau d’appauvrissement actuels comparativement aux niveaux qui existaient avant le début de la pêche à la baleine sont incertains. Les rorquals sont confrontés à un certain nombre de menaces, dont les collisions avec des navires et l’enchevêtrement dans des engins de pêche, mais aucune de ces dernières ne semblent menacer gravement la population.
Répartition  Océan Atlantique
Historique du statut
L'espèce a été considéré comme une unité et a été désignée « préoccupante » en avril 1987. Division en deux populations (population de l'Atlantique et population du Pacifique) en mai 2005. La population de l'Atlantique a été désignée « préoccupante » en mai 2005.

 

Oiseaux
Pic de Williamson SphyrapicusthyroideusEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A4c; C1
Justification de la désignation
Ce pic est associé aux peuplements matures de mélèzes du centre-sud de la Colombie-Britannique. Moins de 500 individus se reproduisent au Canada. La perte de l’habitat causée par l’exploitation forestière est estimée à 23 % au cours des dix dernières années, et on prévoit une perte de 53 % de l’habitat au cours de la prochaine décennie.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.

 

Reptiles
Tortue mouchetée EmydoideablandingiiEn voie de disparition
Population de la Nouvelle-Écosse
Critères d'évaluation   B1ab(iii,v)+2ab(iii,v); C2a(i); D1
Justification de la désignation
Les trois petites sous-populations de cette espèce se trouvant dans le centre du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse totalisent moins de 250 individus matures. Ces trois sous-populations sont génétiquement distinctes les unes des autres et d’autres tortues mouchetées au Québec, en Ontario et aux Etats-Unis. Bien que la plus grande sous-population se trouve dans une aire protégée, son nombre d’individus est toujours en déclin. Les autres sous-populations sont également exposées à l’accroissement de la dégradation de leur habitat, la mortalité des adultes et la prédation de leurs oeufs et de leurs petits.
Répartition  NS
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1993. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Tortue mouchetée EmydoideablandingiiMenacée
Population des Grands Lacs et du Saint-Laurent
Critères d'évaluation   C2a(i)
Justification de la désignation
La population des Grands Lacs et du Saint-Laurent de cette espèce, bien commune et relativement nombreuse, est en déclin. Les sous-populations sont de plus en plus fragmentées en raison de l’important réseau routier qui croise tout l’habitat de cette tortue. L’âge tardif de maturité, la faible efficacité de la reproduction et l’extrême longévité rendent cette tortue très vulnérable au taux accru de mortalité des adultes. Les femelles nicheuses sont plus vulnérables à mourir sur la route car elles tentent souvent de nicher sur des  routes en gravier ou sur l’accotement des routes pavées. La perte de femelles matures au sein d’une espèce d’une telle longévité réduit de façon importante le recrutement et la viabilité à long terme des sous-populations. La dégradation de l’habitat en raison de l’exploitation et de la modification des terres humides représente une autre menace. Le commerce d’animaux constitue également une importante menace continue car les femelles nicheuses sont plus vulnérables à la collecte.
Répartition  ON QC
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.

 

Poissons
Kiyi du lac Ontario CoregonuskiyiorientalisDisparue
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
La dernière observation de cette sous-espèce a été enregistrée dans le lac Ontario en 1964 où elle était en voie de disparaître en raison de l’exploitation commerciale ainsi que de la prédation et de la concurrence par des espèces introduites.
Répartition  ON
Historique du statut
L'espèce était « préoccupante » en avril 1988. L'espèce a été divisée en deux sous-espèces (Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs et Kiyi du lac Ontario) en mai 2005. Le Kiyi du lac Ontario a été désignée « disparue ».
Cisco à museau court CoregonusreighardiEn voie de disparition
Critères d'évaluation   D1
Justification de la désignation
L’observation de cette espèce endémique de trois des Grands Lacs a été consignée pour la dernière fois en 1982 dans le lac Michigan, en 1985 dans le lac Huron et en 1964 dans le lac Ontario. Bien que l’espèce soit probablement disparue dans toute son aire de répartition, les efforts de recherche.n’ont pas permis de conclure que l’espèce est disparue. On croit que la disparition apparente de cette espèce est attribuable à la surpêche commerciale et peut-être à la concurrence ou à la prédation par des espèces introduites.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1987. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Esturgeon jaune AcipenserfulvescensEn voie de disparition
Populations de l'Ouest
Critères d'évaluation   A2b
Justification de la désignation
Les populations canadiennes de l’Ouest de cette espèce ont connu un déclin général estimé à au moins 77 % au cours des dernières décennies du XXe siècle en raison de l’exploitation, et de la perte et de la détérioration de l’habitat liées aux barrages, aux retenues d’eau et aux changements des habitudes quant à l’utilisation de l’eau.
Répartition  AB SK MB
Historique du statut
L'espèce était considérée comme étant une seule unité et a été désignée « non en péril » en avril 1986. Lorsque l'espèce a été divisée en unités séparées en mai 2005, l'unité « populations de l'ouest » a été désignée « en voie de disparition ».
Raie tachetée LeucorajaocellataEn voie de disparition
Population du sud du golfe du Saint-Laurent
Critères d'évaluation   A4b
Justification de la désignation
Des caractéristiques du cycle biologique de l’espèce augmentent la vulnérabilité à l’exploitation, réduisent le taux de rétablissement et augmentent le risque de disparition de l’espèce. Ces caractéristiques comprennent l’âge tardif de maturité, la longue durée de génération, la faible fécondité et le lent taux de croissance de la population en découlant. Des aires de répartition latitudinales étroites et un degré élevé d’endémicité ont été enregistrés à l’échelle mondiale pour la famille des raies. Cette population semble, selon les cartes de répartition des relevés de prises indépendants des pêches, avoir une répartition limitée. Les individus de cette population sont beaucoup plus petits lorsqu’ils arrivent à maturité que ceux qui habitent des eaux canadiennes. On estime que l’abondance d’individus matures dans le sud du golfe du Saint-Laurent a diminué de 98 % depuis le début des années 1970; leur abondance est actuellement à un niveau historiquement bas. La zone occupée par la population semble avoir diminué considérablement depuis le milieu des années 1980. La cause probable du déclin est un taux non viable auquel les individus ont été capturés comme prise accessoire lors de pêches dirigées pour d’autres espèces de poissons de fond.
Répartition  Océan Atlantique
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Chabot du versant est Cottussp. Menacée
Populations des rivières St. Mary et Milk
Critères d'évaluation   D2
Justification de la désignation
La zone d’occurrence de cette espèce est très limitée dans les rivières St. Mary et Milk au Canada, où la perte et la dégradation de l’habitat causées par les déviations de cours d’eau, des conditions qui ont été aggravées au cours des récentes années par la sécheresse, les affectent.
Répartition  AB
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Chevalier noir MoxostomaduquesneiMenacée
Critères d'évaluation   D2
Justification de la désignation
Il s’agit d’un poisson d’eau douce dont la répartition et la zone d’occupation sont très petites et fragmentées et avec des préférences restreintes pour son habitat de frai. On n’a observé des populations indigènes que dans cinq bassins hydrographiques de l’Ontario, dans des zones fortement touchées par l’urbanisation et l’agriculture. L’espèce est exposée à la perte et à la dégradation de l’habitat à cause de l’envasement et de la turbidité. Les barrages peuvent nuire aux régimes d’écoulement et pourraient avoir fragmenté les populations dans les deux principales rivières où se trouve cette espèce.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1988. Réexamen et confirmation du statut en mai 2005.
Lépisosté tacheté LepisosteusoculatusMenacée
Critères d'évaluation   D2
Justification de la désignation
L’aire de répartition de cette espèce est très limitée au Canada, où on ne la trouve que dans trois zones humides côtières du lac Érié. La température constitue un facteur de limitation de sa répartition, certains habitats peu profonds où pousse de la végétation qui sont nécessaires à cette espèce à toutes les étapes de sa vie sont touchés par l’envasement, le dragage, le remblai et l’enlèvement de la végétation aquatique ainsi que les améliorations portuaires.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1983. Réexamen et confirmation du statut en avril 1994. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « menacée » en novembre 2000, et en mai 2005.
Raie tachetée LeucorajaocellataMenacée
Population de l'est du plateau néo-écossais
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », A4b, mais la population est désignée « menacée » car elle n'est pas en danger imminent de disparition du pays.
Justification de la désignation
Des caractéristiques du cycle biologique de l’espèce augmentent la vulnérabilité à l’exploitation, réduisent le taux de rétablissement et augmentent le risque de disparition de l’espèce. Ces caractéristiques comprennent l’âge tardif de maturité, la longue durée de génération, la faible fécondité et le lent taux de croissance de la population en découlant. Des aires de répartition latitudinales étroites et un degré élevé d’endémicité ont été enregistrés à l’échelle mondiale pour la famille des raies. Cette population semble, selon les cartes de répartition des relevés de prises indépendants des pêches, avoir une répartition limitée. Les individus de cette population sont beaucoup plus grands lorsqu’ils arrivent à maturité que ceux du sud du Golfe et on a signalé qu’ils parviennent à maturité à un âge très différent de celui des individus qui habitent des eaux plus au sud. On estime que l’abondance d’individus matures dans l’est du plateau néo-écossais a diminué de plus de 90 % depuis le début des années 1970; leur abondance est actuellement à un niveau historiquement bas. La zone occupée par la population semble avoir diminué considérablement depuis le milieu des années 1980. Des individus de plus grande taille et plus âgés de cette population ont fait l’objet d’une forte diminution, ce qui a créé une importante troncature dans la distribution des longueurs des individus de la population au fil des années. La cause probable du déclin est le taux non viable auquel les individus ont été capturés comme prise accessoire lors de pêches dirigées pour d’autres espèces de poissons de fond. Ils ont été pris et continuent de l’être lors de la pêche dirigée pour les raies, bien que les prises actuellement déclarées soient faibles.
Répartition  Océan Atlantique
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Truite fardée versant de l'ouest OncorhynchusclarkiilewisiMenacée
Population de l'Alberta
Critères d'évaluation   A4e
Justification de la désignation
La présente évaluation n’a considéré que les populations reliques génétiquement pures se trouvant dans leur aire de répartition naturelle en Alberta. Ces populations ont été dangereusement isolées et ont diminué à la suite de la disparition et de la dégradation de l’habitat, de l’exploitation et particulièrement de l’hybridation avec des espèces introduites. Le taux d’hybridation indique que la présente population pourrait être exposée à un plus grand risque; il n’y avait cependant pas assez d’information disponible au moment de l’évaluation.
Répartition  AB
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Brochet vermiculé EsoxamericanusvermiculatusPréoccupante
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « menacée », B2ab(ii,v), mais est désignée « préoccupante », car il y a possibilité d'une immigration de source externe, et l'espèce ne deviendra probablement pas en voie de disparition ou ne disparaîtra pas du pays dans un avenir rapproché.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une sous-espèce connue dans dix emplacements entre le lac St-Louis, au Québec, et le lac Huron, en Ontario. Son habitat habituel est une eau peu profonde présentant une végétation aquatique abondante. Un déclin global d’environ 22 % dans la zone d’occupation a été observé. Ce déclin semble lié à la dégradation et à la perte d’habitat imputables à la canalisation et aux activités de dragage dans les habitats de zones humides où l’espèce se trouve.
Répartition  ON QC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Crapet sac-à-lait LepomisgulosusPréoccupante
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2, toutefois, il existe une possibilité d'immigration des populations avoisinantes des États-Unis. L'espèce est donc désignée « préoccupante ».
Justification de la désignation
L’aire de répartition de cette espèce est très limitée au Canada; en effet, elle n’existe qu’à quatre emplacements le long de la rive du lac Érié, entre Pointe-Pelée et Long Point. L’espèce est vulnérable aux changements de l’habitat ce qui donne lieu à la perte de végétation aquatique.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1994. Réexamen et confirmation du statut en novembre 2001 et en mai 2005.
Esturgeon à museau court AcipenserbrevirostrumPréoccupante
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2, mais est désignée « préoccupante » étant donné qu'il n'y a pas de menaces immédiates.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une espèce anadrome limitée à un seul réseau hydrographique au Canada où le poisson frayant nécessite un accès libre aux frayères d’eau douce. Cependant, la population pourrait avoir été divisée depuis 1967 en raison du barrage de Mactaquac. Ce grand poisson à croissance lente et à maturation tardive est dépendant de mesures de conservation. Il existe certains risques de mortalité attribuables aux installations hydroélectriques, aux prises accessoires pendant les pêches au gaspareau et à l’alose ainsi qu’au braconnage. Toutefois, il n’existe aucune menace immédiate pouvant mener à l’élimination de la population dans une très courte période de temps.
Répartition  NB
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1980.Réexamen et confirmation du statut en mai 2005.
Esturgeon jaune AcipenserfulvescensPréoccupante
Populations du lac des Bois et de la rivière à la Pluie
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Historiquement, la population de l’unité désignable a fait l’objet d’une pêche importante, ce qui a mené à un grave déclin. Toutefois le rétablissement se poursuit depuis 1970. Pour ce qui est de cette population, les barrages n’ont pas entravé l’accès à d’importantes parties de l’habitat durable.
Répartition  ON
Historique du statut
L’espèce était considérée comme étant une seule unité et a été désignée « non en péril » en avril 1986. Lorsque l’espèce a été divisée en unités séparées en mai 2005, l'unité « populations du lac des Bois et de la rivière à la Pluie » a été désignée « préoccupante ».
Esturgeon jaune AcipenserfulvescensPréoccupante
Populations du sud de la baie d'Hudson et de la baie James
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il existe peu de données sur la population de cette unité désignable. Il y a eu un déclin en matière d’habitat et possiblement un déclin des populations lié à l’exploitation et à une multitude de barrages. L’accès accru aux populations relativement non touchées et la probabilité d’aménagements hydroélectriques dans certaines aires sont sources de préoccupation pour cette unité désignable.
Répartition  MB ON QC
Historique du statut
L'espèce était considérée comme étant une seule unité et a été désignée « non en péril » en avril 1986. Lorsque l'espèce a été divisée en unités séparées en mai 2005, l'unité « populations du sud de la baie d'Hudson et de la baie James » a été désignée « préoccupante ».
Esturgeon jaune AcipenserfulvescensPréoccupante
Populations des Grands Lacs et de l'ouest du Saint-Laurent
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Une très vaste pêche commerciale dans les Grands Lacs entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle (c.-à-d. il y a de trois à cinq générations) a réduit les populations à une petite fraction de leur taille d’origine. Il est estimé que le nombre d’individus de certaines de ces populations est encore très faible. Les populations sont considérées comme étant en déclin dans certaines parties de la rivière des Outaouais et aussi comme étant en disparition dans bon nombre de ses affluents, en raison des barrages. Une baisse de la population du fleuve Saint-Laurent est survenue récemment, probablement à cause de la surexploitation. Les effets directs et indirects des barrages, les contaminants ainsi que les espèces envahissantes touchent  actuellement les populations. Le braconnage ainsi que la contamination génétique par des programmes d’empoissonnement et d’aquaculture pourraient aussi ralentir le rétablissement. Toutefois, il y a également un certain nombre de populations qui sont stables ou qui affichent de modestes augmentations, et l’espèce se trouve toujours à de nombreux endroits.
Répartition  ON QC
Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs CoregonuskiyikiyiPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Cette sous-espèce, qui ne se trouve actuellement que dans le lac Supérieur, est disparue des lacs Huron et Michigan en raison d’un ensemble de facteurs qui comprennent l’exploitation et l’introduction d’espèces exotiques. La disparition de ce poisson des lacs Huron et Michigan s’est produite sur plus de trois générations dans le passé. La population restante du lac Supérieur semble stable et fait l’objet d’une petite pêche réglementée. D’autres menaces, telles que l’introduction d’espèces exotiques, qui ont eu une incidence sur les populations dans la région inférieure des Grands Lacs, ne semblent pas importantes dans le lac Supérieur.
Répartition  ON
Historique du statut
L'espèce était « préoccupante » en avril 1988. L'espèce a été divisée en deux sous-espèces en mai 2005 (Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs et Kiyi du lac Ontario). Le Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs a été désignée « préoccupante » en mai 2005.
Meunier tacheté MinytremamelanopsPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Cette espèce de poisson d’eau douce a une distribution limitée au sud-ouest de l’Ontario. La menace la plus importante pesant sur cette espèce est la dégradation de son habitat causée par l’érosion accrue et la turbidité. L’espèce est également en péril en Pennsylvanie, mais n’est pas en péril au Michigan (où elle se classifie comme étant S3-vulnérable), rendant l’immigration de source externe modérée tout au plus.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1983. Réexamen et confirmation du statut en avril 1994, en novembre 2001 et en mai 2005.
Raie tachetée LeucorajaocellataPréoccupante
Population du banc Georges, de l'ouest du plateau néo-écossais et de la baie de Fundy
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Des caractéristiques du cycle biologique de l’espèce augmentent la vulnérabilité à l’exploitation, réduisent le taux de rétablissement et augmentent le risque de disparition de l’espèce. Ces caractéristiques comprennent l’âge tardif de maturité, la longue durée de génération, la faible fécondité et le lent taux de croissance de la population en découlant. La zone d’occupation de cette espèce est stable dans la baie de Fundy et sur le banc Georges. Les estimations de la situation de la population sur le banc Georges ne montrent aucune tendance perceptible au fil des années. L’abondance dans la baie de Fundy semble être demeurée stable au fil des années. Il existe une forte probabilité que la population reçoive des immigrants de l’espèce habitant la portion américaine du banc Georges. La population est l’objet de prises accessoires lors de pêches pour d’autres espèces de mollusques et crustacés et de poissons de fond. Il y a des pêches dirigées pour cette espèce dans les eaux américaines.
Répartition  Océan Atlantique
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Truite fardée versant de l'ouest OncorhynchusclarkiilewisiPréoccupante
Population de la Colombie-Britannique
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Les populations sont touchées par la perte et la dégradation de l’habitat résultant des activités agricoles et industrielles ainsi que par la concurrence et l’hybridation avec des espèces introduites.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Grand corégone CoregonusclupeaformisDonnées insuffisantes
Population du lac Simcoe
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Bien que cette population soit en voie de disparaître du pays, les faits sont non concluants concernant son caractère distinctif et la meilleure information disponible maintenant est insuffisante pour permettre d’établir l’admissibilité de l’espèce à une évaluation.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en avril 1987. Espèce étudiée en mai 2005 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».
Raie tachetée LeucorajaocellataDonnées insuffisantes
Population du nord du Golfe et de Terre-Neuve
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
L’espèce existe en faible concentration dans le nord du golfe du Saint-Laurent, dans les eaux côtières de la côte sud de Terre-Neuve et dans la portion sud du Grand Banc. Une analyse quantitative des variations spatiales et temporelles de la taille de la population n’est pas possible en raison du nombre trop faible de cas de capture de l’espèce. La population est l’objet de prises accessoires.
Répartition  Océan Atlantique
Historique du statut
Espèce étudiée en mai 2005 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».
Arthropodes
Héliotin blanc satiné SchiniabimatrisEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(iii)c(iv)+2ab(iii)c(iv)
Justification de la désignation
Ce papillon nocturne est associé aux habitats de dunes. Sa présence a été consignée dans un petit nombre de sites dispersés en Amérique du Nord, dont un seul site existant au Canada. La plupart des habitats de dunes au Canada semblent trop secs pour cette espèce. Les habitats de dunes ont connu de graves déclins, et il est probable que cette espèce ait également fait l’objet d’une diminution.
Répartition  MB
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Hespéri Ottoé HesperiaottoeEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(iii)+2ab(iii)
Justification de la désignation
Cette espèce a été observée dans un très petit nombre d’emplacements dans les prairies canadiennes où elle est associée à une végétation de prairie mixte fragmentée et en déclin. Elle a récemment été observée qu’en un seul emplacement.
Répartition  MB
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Héliotin de Verna SchiniavernaMenacée
Critères d'évaluation   B2ab(iii)
Justification de la désignation
Ce papillon ne se trouve que dans les prairies canadiennes, n'occupant qu'un site dans le sud-est de l’Alberta. L’espèce a été historiquement observée dans un très faible nombre d’emplacements, et ce, malgré sa taille relativement grande, ses caractéristiques distinctives et ses habitudes de vol de jour. Sa petite aire de répartition totale, située dans la prairie indigène, est fragmentée et subit un déclin en matière de qualité et d’étendue.
Répartition  AB SK MB
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Héliotin à bandes foncées MelaporphyriaimmortuaDonnées insuffisantes
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il existe très peu d’enregistrements, d’ailleurs largement dispersés, de ce papillon nocturne en Amérique du Nord, dont l’observation la plus récente au Canada date de 1979. On soupçonne que ce papillon est disparu de la partie est de son aire de répartition. Au Canada, il a été observé dans les prairies indigènes, un habitat qui a été considérablement réduit. Toutefois, les exigences particulières en matière d’habitat et les plantes alimentaires ne sont pas connues ce qui rend difficile l’étude de cette espèce. Les lacunes d’information doivent être comblées avant qu’une désignation ne puisse être assignée.
Répartition  AB SK MB
Historique du statut
Espèce étudiée en mai 2005 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

 

Plantes vasculaires
Epilobe densiflore EpilobiumdensiflorumEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A3c; B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante herbacée annuelle  de milieu limité, au sein de l’écosystème des chênes de Garry, dont le nombre de populations a subi d’importants déclins et qui est exposée à une réduction continue de l’habitat en raison de l’exploitation et de la propagation des herbes nuisibles exotiques. Les quatre populations existantes sont fragmentées, petites, et il existe peu de possibilités de les repeupler à partir des emplacements adjacents de l’État de Washington si elles disparaissaient.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Lupin densiflore LupinusdensiflorusEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(ii,iii,iv,v)+2ab(ii,iii,iv,v); C1
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante annuelle ayant une répartition très limitée, dont la présence au Canada a été consignée dans trois emplacements. La taille de la population totale est petite, fluctue de façon importante selon les conditions climatiques. Ces populations sont exposées à des risques continus de perte et de dégradation de l’habitat en raison d’activités telles que l’expansion urbaine, le piétinement, le fauchage et la concurrence avec des plantes exotiques envahissantes.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Méconelle d'Orégon MeconellaoreganaEn voie de disparition
Critères d'évaluation   A3c; B1ab(i,ii,iii,iv,v)c(iv)+2ab(i,ii,iii,iv,v)c(iv); C1+2b
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante annuelle menacée à l’échelle mondiale ayant au Canada des aires de répartition et des zones d’occupation très limitées. Cette plante  est présente dans seulement cinq emplacements de l’écosystème des chênes de Garry, naturellement rare. Ses populations, qui totalisent moins de 3 500 plants matures, fluctuent énormément selon les précipitations variées et sont exposées à des menaces imminentes de pertes importantes attribuables à l’exploitation au sein de l’aire de répartition très urbanisée de l’espèce. Son habitat est en outre touché par la propagation de nombreuses plantes exotiques envahissantes.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Orthocarpe barbu OrthocarpusbarbatusEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(ii,iii,iv,v)c(iv)+2ab(ii,iii,iv,v)c(iv)
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante annuelle semi-parasite limitée à une petite zone à l’est de la chaîne des Cascades. Les quelques petites populations sont exposées à des fluctuations extrêmes du nombre de plants matures ainsi qu’à des menaces continues que posent les plantes nuisibles introduites, le surpâturage et la construction domiciliaire. Il y a une population qui dans la réserve South Okanagan Grasslands Protected Area et elle est protégée contre le développement.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Phacélie rameuse PhaceliaramosissimaEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(ii,iii,iv,v)+2ab(ii,iii,iv,v)
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante vivace très limitée géographiquement dont on ne connaît que trois petites populations comptant moins de 1 000 plants. L’espèce est exposée à une perte continue d’habitat ainsi qu’au déclin de sa population à cause de l’expansion urbaine ainsi que des activités minières.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Silène de Spalding SilenespaldingiiEn voie de disparition
Critères d'évaluation   B1ab(iii)+2ab(iii); C2a(i,ii); D1
Justification de la désignation
Cette plante herbacée dont la durée de vie est longue constitue une espèce en péril à l’échelle mondiale, limitée à deux petites zones à l’ouest des Rocheuses et ne comptant qu’une seule population dans le sud de la Colombie-Britannique. La population canadienne est l’une des plus grandes connues, mais elle ne compterait que moins de 250 plants matures. Ces derniers sont exposés à la perte et à la dégradation continues de l’habitat, en particulier à cause de plantes nuisibles introduites.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « en voie de disparition » en mai 2005.
Carex des sables CarexsabulosaMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(ii-v)+2ab(ii-v), mais est désignée « menacée » en raison du grand nombre d'individus se trouvant dans des aires protégées et du faible niveau des menaces dans ces endroits. Correspond aux critères de la catégorie « menacée » B1ab(ii,iii,iv,v)+2ab(ii,iii,iv,v); D2.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une espèce limitée géographiquement à trois zones de dunes qui constituent l’habitat des cinq populations. Celles-ci consistent en plusieurs millions de pousses issues principalement de la reproduction asexuée. L’espèce a été touchée par une diminution des effectifs, de la taille de la population, de la zone et de la qualité de l’habitat ainsi que par des conséquences permanentes de l’utilisation récréative des VTT à Carcross and Bennett Lake. Cette activité ainsi que l’accroissement du nombre de visiteurs aux systèmes dunaires de Carcross pourraient faire augmenter les répercussions sur l’habitat, suite à  l’aménagement d’un centre de villégiature d’envergure à cet endroit d’ici 2006. Si la rivière Alsek est de nouveau retenue par l’avancée du glacier Lowell, tel que cela s’est produit dans un passé récent, l’importante population se trouvant au confluent des rivières Dezadeash et Kaskawulsh pourrait être en péril.
Répartition  YT
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Castilléjie des rochers CastillejarupicolaMenacée
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « en voie de disparition », D1, mais est désignée « menacée », D1+2, car elle est répartie sur plusieurs crêtes des montagnes et n'est donc pas en danger imminent de disparition du pays.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante vivace occurrence  limitée géographiquement aux falaises, aux affleurements rocheux et aux crêtes situées en haute altitude. Les petites populations fragmentées sont composées d’individus dispersés, probablement moins de 250 plants, qui sont exceptionnellement vulnérables aux événements stochastiques.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Isopyre à feuilles biternées EnemionbiternatumMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii)+2ab(iii), mais est désignée « menacée » étant donné que les populations semblent stables et ne semblent pas en danger imminent de disparition du pays. Correspond aux critères de la catégorie « menacée » B1ab(iii)+2ab(iii); D2.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante herbacée vivace délicate à floraison printanière, dont l’aire est limitée à quelques boisés fragmentés en bordure de cours d’eau du sud-ouest de l’Ontario. Ses populations y sont exposées à la disparition de l’habitat et au déclin de la qualité imputable à diverses activités, dont l’utilisation des sentiers récréatifs et l’expansion de plantes exotiques envahissantes.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1990. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « menacée » en mai 2005.
Polystic des rochers PolystichumscopulinumMenacée
Critères d'évaluation   Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii,v)+2ab(iii,v), mais est désignée « menacée » en raison de l'incertitude concernant la menace imminente que représentent les activités minières aux sites de la Colombie-Britannique. L'espèce est également protégée au Québec. Correspond aux critères de la catégorie « menacée » B1ab(iii,v)+2ab(iii,v); C2a(i); D1+2.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une fougère à l’occurrence très limitée observée sur les substrats de serpentine dans trois zones éloignées du Canada. Ces très petites populations sont en péril en raison des phénomènes stochastiques et,  en ce concerne les 3 populations de Colombie-Britannique, en raison de l’éventuelle exploitation minière pour des métaux précieux.
Répartition  BC QC NL
Historique du statut
Espèce désignée « menacée » en mai 2005.
Isoète prototype IsoetesprototypusPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il s’agit d’une espèce endémique régionale dont la quasi-totalité de la population mondiale se trouve au Canada. Cette plante vivace aquatique a des exigences très particulières en matière d’habitat, ce qui limite son occurrence au Canada à quelque douze petits lacs non connectés en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. On trouve cette espèce dans des lacs froids pauvres en nutriments alimentés par des sources. On a montré que plusieurs lieux contenaient un grand nombre de plants, mais la moitié des endroits confirmés comptent des petites populations. Une vaste gamme de facteurs limitatifs possibles risquent de nuire à l’espèce, notamment les changements relatifs à la qualité de l’eau, la navigation de plaisance et l’aménagement du littoral.
Répartition  NB NS
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Potamot de Hill PotamogetonhilliiPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il s’agit d’une plante aquatique non apparente à racines dont on connaît actuellement moins de 20 populations canadiennes. L’espèce occupe une très petite aire totale d’habitat. On n’a défini aucun facteur limitatif imminent qui aurait d’importantes répercussions sur cette espèce rare à l’échelle mondiale, mais les plantes exotiques envahissantes pourraient avoir une incidence sur certaines populations.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en avril 1986.Réexamen et confirmation du statut en mai 2005.
Verge d'or de Houghton SolidagohoughtoniiPréoccupante
Critères d'évaluation   Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2, mais est désignée « préoccupante » étant donné que de nombreux plants se trouvent en des endroits inaccessibles et dans une réserve naturelle provinciale.
Justification de la désignation
Il s’agit d’une espèce endémique des Grands Lacs présente en Ontario à l’extrémité de la péninsule Bruce et dans l’île Manitoulin. Les quelques populations occupent de très petites zones dans ces habitats de type alvar, rares en Ontario, et qui sont menacés par l’extraction d’agrégats, l’utilisation de véhicules récréatifs et l’expansion possibles des plantes nuisibles envahissantes.
Répartition  ON
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.

 

Mousses
Entosthodon fasciculé EntosthodonfascicularisPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Cette espèce rare est endémique de l’ouest de l’Amérique du Nord. Presque toutes les populations canadiennes de cette mousse se trouvent dans l’habitat menacé des chênes de Garry, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Si la destruction de l’habitat se poursuit au rythme actuel, l’espèce deviendra plus vulnérable.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Fissident pygmée FissidensexilisPréoccupante
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il s’agit d’une mousse dont la répartition est limitée dans l’est de l’Amérique du Nord, mais qui est répandue en Europe. La présence de quelques populations a été confirmée au Canada, principalement en Ontario, où elles se trouvent dans des zones très peuplées et aménagées et où l’on sait que les habitats naturels sont largement exposés à de graves menaces. Bien qu’elle soit de nature cryptique, cette espèce pousse souvent avec d’autres petites espèces dont l’aire de répartition est bien documentée. L’espèce préfère les régions boisées, où on la trouve généralement poussant sur l’argile brute ou des sols remaniés. La plupart de ses emplacements sont situés dans des zones bénéficiant d’un certain degré de protection en matière de conservation.
Répartition  ON QC
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Entodon de Schleicher EntodonschleicheriDonnées insuffisantes
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Il s’agit d’une mousse rampante robuste des forêts riveraines matures mixtes. On sait qu’elle se trouve à dix endroits au Canada, dans les Territoires du Nord-Ouest, en Colombie-Britannique et en Alberta. Les populations de quatre de ces dix endroits ont diminué ou on s’attend à ce qu’elles diminuent dans l’avenir. L’expansion urbaine, la circulation de loisir et l’exploitation des ressources (forestières, pétrolières et gazières) constituent des menaces. Cependant, les habitats riverains couvrent de grandes zones de l’Ouest du Canada et aucune recherche ciblée n’a été menée pour cette espèce. Par conséquent, il n’y a pas d’estimations quant aux populations de cette mousse.
Répartition  NT BC AB
Historique du statut
Espèce étudiée en mai 2005 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».
Lichens
Sclérophore givré SclerophoraperonellaPréoccupante
Population de la Nouvelle-Écosse
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Ce minuscule lichen cryptique est très rare ou menacé dans la majeure partie de son aire de répartition mondiale. Deux des trois emplacements connus de cette espèce au Canada se trouvent en Nouvelle-Écosse. Malgré des efforts considérables pour localiser cette espèce et d’autres rares lichens calicioides dans la province, ce lichen n’est observé que sur le bois parfait des érables rouges dans la forêt de feuillus mature et ancienne. Les menaces comprennent la perte et la dégradation potentielles de l’habitat associées au déclin des écosystèmes de forêts anciennes. Toutefois, les deux populations en Nouvelle-Écosse semblent saines et se trouvent dans d’importantes aires protégées sur l’île du Cap-Breton.       
Répartition  NS
Historique du statut
Espèce désignée « préoccupante » en mai 2005.
Sclérophore givré SclerophoraperonellaDonnées insuffisantes
Population de la Colombie-Britannique
Critères d'évaluation   sans objet
Justification de la désignation
Ce minuscule lichen cryptique est très rare ou menacé dans la majeure partie de son aire de répartition mondiale. L’espèce a été observée dans un seul site dans la partie du centre-nord de la province où elle a déjà été trouvée sur un grand peuplier deltoïde. Bien que des efforts considérables de recherche aient été menés pour trouver des lichens dans les régions plus au sud dans la province, les efforts de recherche dans la région septentrionale où l’espèce a été observée se sont révélés insuffisants.
Répartition  BC
Historique du statut
Espèce étudiée en mai 2005 et classée dans la catégorie « données insuffisantes ».

Rapports retirés

A la réunion d’évaluation de mai 2005,le rapport sur le Naseux d'Umatilla

(Rhinichthys umatilla) a été retiré pour ajout d'information additionnelle. Il sera présenté à nouveau d'ici deux ans. Le rapport sur le Phasque de Vlassov (Microbryum vlassovii) a aussi été retiré pour ajout d’information additionnelle sur les activités de recherche.

 Rapports remis à une date ultérieure

Même si le COSEPAC a évalué l'esturgeon jaune (Acipenser fulvescens) et la truite fardé versant de l’ouest (Oncorhynchus clarkii lewesi) à sa réunion d’évaluation de mai 2005, les rapports de situation pour ces deux espèces ne seront finalisé qu'en 2006 et seront inclus avec le rapport annuel du COSEWIC de 2006. C’est pour cette raison, que  le COSEPAC ne soumet pas dans le présent rapport ces évaluations de statut pour fins de considération en vue de leur inscription en vertu de la LEP.