Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hyménoxys herbacé (Hymenoxys herbacea) au Canada - Mise à jour

Résumé technique

Hymenoxys herbacea

Hyménoxys herbacé – Lakeside daisy

Renseignements sur les zones d’occurrence et d’occupation

Zone d’occurrence :

75 246 km²

Zone d’occupation :

environ 14 km²

Information sur les populations

Nombre total d’individus au Canada :

471 millions de rosettes (ramets)

Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada :

> 6,8 millions de rosettes florifères

Durée d’une génération :

16 ans (âge moyen de première reproduction)

Tendance de la population totale :

inconnue, mais certaines populations sont en déclin

Taux de déclin (le cas échéant) de la population totale :

  • ____% au cours de 10 ans ou trois générations;
  • _____ % par ____ ans.

Nombre de populations connues :

39 au Canada

La population totale est-elle fragmentée?

Oui

Nombre d’individus dans la plus petite population :

50 rosettes

Nombre d’individus dans la plus grande population :

202 013 200 rosettes

Nombre d’emplacements toujours existants :

38

Nombre d’emplacements aujourd’hui disparus :

1

L’espèce connaît-elle des fluctuations d’effectif?

aucune fluctuation significative

Le cas échéant, quel est

  • l’effectif maximal? ______
  • l’effectif minimal? ______

L’ampleur de ces fluctuations est-elle supérieure à un ordre de grandeur?

Non

Menaces

Destruction de l’habitat (exploitation de carrières, construction de chalets, circulation des humains et piétinement), manque d’habitats convenant à l’espèce.

Potentiel de sauvetage

L’espèce existe-t-elle à l’extérieur du Canada?

Oui

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Non? ~ 0,6 migrant/génération entre les populations canadiennes. Aucune migration n’a été constatée entre populations du Canada et des États-Unis, mais elle est très improbable. Les deux populations connues des États-Unis sont séparées des milieux pouvant leur servir d’habitat au Canada par de vastes étendues d’eau. L’espèce n’a pas une grande capacité de dispersion, et il est peu probable que des propagules des populations des États-Unis puissent franchir ces étendues d’eau et atteindre des habitats favorables au Canada.

Les individus des populations étrangères les plus proches seraient-ils adaptés aux conditions canadiennes?

Probablement

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible pour les individus immigrants?

Oui, au moins à l’île Manitoulin et dans la péninsule Bruce