Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hyménoxys herbacé (Hymenoxys herbacea) au Canada - Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Les propos ci-dessus montrent qu’un certain nombre de facteurs peut limiter la taille des populations de l’hyménoxys herbacé. Il peut s’agir de facteurs naturels, comme le broutage, une capacité limitée de dispersion ou un potentiel limité de reproduction. Des insectes (criquets, coléoptères et chenilles), des oiseaux granivores, le lapin à queue blanche et le cerf de Virginie mangent le capitule de la plante et réduisent ainsi la quantité de graines produites. L’aptitude de l’espèce à coloniser de nouveaux habitats est limitée par le mode principal de dispersion de ses graines, qui tombent au sol par gravité. Il doit y avoir dans une population un minimum d’allèles d’auto-incompatibilité pour que le taux de compatibilité entre individus et la production de graines soient viables. Il a été démontré que des abeilles indigènes butinant les fleurs des populations de la péninsule Bruce augmentent chez ces dernières la production de graines. Un déclin éventuel de ces pollinisateurs entraînerait forcément un amoindrissement du potentiel de reproduction des populations hôtes. Enfin, les activités humaines (randonnée, chalets, exploitation de carrières, etc.) ont une incidence plus ou moins prononcée sur l’habitat de l’hyménoxys herbacé. Un grand nombre des populations, en particulier celles de la péninsule Bruce, sont exposées quotidiennement à la présence humaine durant les mois d’été.