Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chabot du versant est (populations des rivières St. Mary et Milk) (Cottus sp.) au Canada

logo du COSEPAC

COSEPAC
Résumé

Chabot du versant est
Populations des rivières St. Mary et Milk
Cottus sp.

Information sur l’espèce

Le chabot du versant est, un petit chabot d'eau douce, n’est présent au Canada que dans les bassins des rivières St. Mary et Milk, en Alberta, et peut-être dans la rivière Flathead, en Colombie-Britannique. La taxinomie de ce poisson n’est pas encore établie, mais des mesures sont en cours pour éclaircir son statut. Les plus récentes découvertes génétiques et morphologiques semblent indiquer que le chabot du versant est constitue une nouvelle espèce qui est en voie d'être officiellement décrite. Les populations des rivières St. Mary et Milk représentent une unité désignable, et celle de la rivière Flathead pourrait en représenter une autre. Cette dernière n’est toutefois pas couverte par le présent rapport.

 

Répartition

Le chabot du versant est se trouve dans les rivières St. Mary et Milk, en Alberta et au Montana, ainsi que dans la rivière Flathead en Colombie-Britannique. Sans égard à la taxinomie, la répartition du chabot du versant est semble extrêmement limitée en Alberta. Sa présence dans la rivière St. Mary, en amont du réservoir St. Mary, et dans la rivière Milk semble être restreinte en partie par sa préférence pour les eaux froides et les substrats rocheux et propres. Il s'agit par ailleurs de la seule espèce de chabot présente dans ces bassins.

 

Habitat

Le chabot du versant est fréquente des cours d'eau modérément froids qui présentent des habitats de radier, des substrats de gravier ou rocheux et des courants lents ou rapides. Il est par ailleurs généralement absent des fosses dont le fond se compose entièrement de sable ou d'argile. Les plus importantes perturbations dans l’habitat du chabot dans les rivières St. Mary et Milk sont les dérivations, les réservoirs et les prélèvements d'eau pour l’irrigation. Ces facteurs, combinés aux fréquentes périodes de sécheresse que connaît le sud de l'Alberta, ont sérieusement réduit l’habitat du chabot. Seule une petite partie de l'aire occupée par l’espèce est réglementée par les gouvernements, et les mesures de protection envisageables dépendraient des lois et des règlements prévus pour la protection de l’habitat.

 

Biologie

L'information sur le cycle vital du chabot du versant est, extrêmement limitée, est fondée sur un nombre restreint d'études concernant les populations de Cottus d'autres bassins de l’Ouest. La seule étude qui ait décrit spécifiquement le cycle vital de ce chabot en Alberta observait que la fraye de toutes les espèces de Cottus de la province, y compris le chabot du versant est, avait lieu à la fin du printemps. La fécondité des individus capturés dans les rivières St. Mary et Milk était généralement de 100 à 250 œufs. Ces œufs éclosent normalement en 2 à 3 semaines, et les jeunes atteignent de 30 à 40 mm de longueur totale à la fin de leur premier été. On croit que les deux sexes atteignent la maturité sexuelle à l'âge de 23 mois. Le chabot du versant est se nourrit surtout de larves d'insectes aquatiques, mais également de mollusques, de poissons et même d'œufs de chabots. Ni les juvéniles ni les adultes ne semblent entreprendre de longues migrations.

 

Taille et tendances des populations

Le chabot du versant est semble être présent en abondance dans les aires qu'il occupe, mais sa répartition dans le bassin de la rivière Milk a changé depuis qu'il y a été observé pour la première fois dans les années 1960. Il semble avoir pris de l’expansion vers l’aval dans la rivière Milk au fil des ans, mais demeure absent des sections les plus en aval. Tout porte à croire qu’il a disparu du cours d’amont de la rivière Milk depuis que sa présence y a été enregistrée au milieu des années 1980. Sa répartition dans la rivière St. Mary est demeurée la même. Il y est présent seulement en amont du réservoir St. Mary.

 

Facteurs limitatifs et menaces

Les prélèvements, les dérivations et l’aménagement de réservoirs pour l'irrigation, combinés aux fréquentes périodes de sécheresse que connaît le sud de l'Alberta, sont vraisemblablement les facteurs qui ont eu la plus grande incidence sur la taille et la répartition des populations et continueront d'être les principales menaces pour la survie de l'espèce en Alberta.

 

Importance de l’espèce

Ce chabot génétiquement distinct représente un élément important de la diversité génétique du complexe des chabots de l’Ouest et mérite un niveau de protection élevé.

 

Protection actuelle ou autres désignations de statut

L’inscription du chabot du versant est à la liste des espèces menacées a été approuvée (en juin 2004) en vertu de la Wildlife Act de l'Alberta. Compte tenu de sa répartition extrêmement limitée dans la province, un plan de gestion provincial a été élaboré dans les années 1990 afin d'aider à la protection des populations existantes. Plus récemment, la Fish and Wildlife Division de Alberta Sustainable Resource Development a commandé des relevés dans la rivière Milk (2000 et 2002) afin de déterminer le statut de plusieurs espèces non pêchées, notamment le chabot du versant est, et de fournir des recommandations pour leur protection.