Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chat-fou liséré (Noturus insignis) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Seuls 49 chats-fous lisérés avaient été capturés au Canada avant 1990, selon le premier rapport de situation (Goodchild, 1990). Depuis, on a capturé au moins 64 spécimens additionnels. La majorité des spécimens proviennent de la rivière Fall (comté de Lanark) et du lac Joseph (district de Muskoka), en Ontario.

Les biologistes sont revenus aux premiers lieux de capture et à plusieurs des sites suivants, en Ontario et au Québec, pour tenter de déterminer le statut du chat-fou liséré au Canada. En juillet 1982, les biologistes sont retournés à la rivière Fall (comté de Lanark) pour pêcher les chats-fous lisérés à la senne, mais leur tentative a été infructueuse. Toutefois, le 4 septembre 1997, 24 spécimens ont été capturés au même endroit par le MRNO à l’aide de matériel portatif de pêche électrique. Trois de ces spécimens sont catalogués dans la collection du Musée royal de l’Ontario (ROM) [ROM 70989]; les autres ont été libérés. Il semble que le matériel de pêche électrique ait été particulièrement efficace à cet endroit (Alan Dextrase, MRNO, comm. pers.). Aucune nouvelle observation du chat-fou liséré n’a été signalée dans la rivière Fall depuis 1997.

Entre 1991 et 1996, dans le district de Muskoka, le MRNO a capturé 18 chats-fous lisérés dans le lac Joseph [ROM 68174], cinq dans le lac Muskoka [ROM 68167], et un dans le lac Rosseau (Alan Dextrase, MRNO, comm. pers.), dans le cadre du relevé des petits poissons (les plus souvent capturés) et du programme de pêche indicatrice au filet dans les eaux littorales. Pour le relevé des petits poissons, on a utilisé des pièges à ménés, et des trappes de 6 pi pour la pêche indicatrice. On suppose que l’espèce est maintenant établie dans les Muskokas puisqu’on l’a capturée régulièrement dans cette région (Alan Dextrase et Warren Dunlop, MRNO, comm. pers.). Toujours en Ontario, les scientifiques du MRNO sont retournés au ruisseau Bolton, hameau de Fallbrook (comté de Lanark), le 4 septembre 1997, et y ont capturé deux spécimens [ROM 70988].

Au Québec, les biologistes sont retournés à l’exutoire du lac à la Loutre rejoignant le lac Lapêche, dans le parc de la Gatineau, où le chat-fou liséré avait été capturé pour la première fois en 1971. La région a été rééchantillonnée en 1982, 1983 et 1984, mais la tentative n’a pas abouti à la capture de cette espèce. Toutefois, en 1982, deux spécimens ont été capturés en aval [NMC 82-0321]. Le 1er septembre 1982, deux chats-fous lisérés ont été capturés dans la rivière Lapêche, à Saint-Louis-de-Masham (comté de Gatineau) [NMC 82-0572], et un autre spécimen le 19 juillet de l’année suivante [NMC 83-0S35]. Plusieurs spécimens ont été recueillis dans la région au début des années 1990 (Brian Coad, Musée canadien de la nature, comm. pers.).

La taille des populations de chats-fous lisérés peut fluctuer, étant donné leur faible effectif et leur dépendance à l’égard du succès reproducteur de l’année précédente. Ces fluctuations semblent se manifester dans la rivière Fall, en Ontario. En 1976, on a capturé 14 spécimens, mais aucun au même endroit en 1982 (Coad, 1986). En 1997, 24 spécimens ont été capturés [ROM 70989]; toutefois, ces différences peuvent aussi s’expliquer par le fait que les engins d’échantillonnage variaient d’une fois à l’autre.

Dans le premier rapport de situation, on signalait que 49 chats-fous lisérés avaient été capturés avant 1990. Depuis, on a recueilli au moins 64 spécimens en Ontario et au Québec. Des chats-fous lisérés ont été capturés à quatre nouvelles localités de l’Ontario : au lac Muskoka et au lac Rosseau dans le district de Muskoka, et dans le ruisseau Bolton et la rivière Mississippi dans le comté de Lanark. Au Québec, la répartition du chat-fou liséré s’est élargie à la Gatineau et à la rivière des Outaouais, dans les comtés de Hull et de Papineau, ainsi que dans la région du lac Cole, dans le comté de Buckingham. Ces nouvelles mentions de capture sont peut-être le fruit d’efforts d’échantillonnage accrus et plus rigoureux, ou encore le résultat d’introductions récentes.