Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica) au Canada

Biologie

Depuis 1985, on cultive la lespédèze de Virginie dans les jardins du Ojibway Nature Centre, en guise de précaution contre une disparition catastrophique du site du Tallgrass Prairie Heritage Park. On a réussi sans peine à faire germer dans le sable des graines provenant du parc, mais les sujets florifères matures n'ont produit que quelques centaines de graines, ce qui pourrait limiter leur capacité à coloniser un nouvel habitat.

Dernièrement, le Rural Lambton Stewardship Network a également réussi à faire germer des graines provenant du site du Tallgrass Prairie Heritage Park. L'organisme tentera de propager les semis en grand nombre dans les futurs sites de rétablissement de la prairie à grandes graminées du Sud-Ouest de l'Ontario (Delaney, comm. pers., 1997). [On trouvera d'autre information sur la biologie de l'espèce dans le rapport de situation original rédigé par Pratt (1986).]

L'espèce a besoin de terrains dégagés pour que ses semis s'établissent. Elle semble incapable de se régénérer en présence d'un ombrage dense ou de tolérer des niveaux même modérés de compétition interspécifique.