Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour - Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la lespédèze de Virginie (Lespedeza virginica) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Un facteur limitatif pour la lespédèze de Virginie est sa dépendance à l'égard des perturbations occasionnelles pour maintenir un milieu peu compétitif et des conditions de plein soleil. La tendance, dans les aires protégées, est plutôt de laisser libre cours à la succession végétale et d'empêcher toute perturbation de la végétation. Avec le temps, les sites actuels finiront ainsi par ne plus convenir à l'espèce, à moins que les plans de gestion ne tiennent compte du problème.

Un autre facteur limitatif pourrait être la production relativement faible de graines, qui diminue la capacité de la lespédèze de Virginie d'envahir rapidement les milieux convenables.

Les perturbations provoquées par les humains constituent par ailleurs toujours une menace immédiate pour l'espèce, mais pas autant qu'en 1985. Les sites du Tallgrass Prairie Heritage Park et du parc Ojibway seraient toutes deux affectées par le dépôt d’ordures ou par l'enlèvement de sol.

L'unique sujet connu du Black Oak Heritage Park a probablement été détruit par les véhicules tous terrains.

Certaines caractéristiques biologiques ont aussi contribué à la désignation originale de l'espèce comme espèce en voie de disparition, soit sa dépendance à l'égard du sol minéral exposé et son incapacité à se régénérer en présence d'un ombrage dense ou à soutenir des niveaux modérés de compétition interspécifique (Pratt, 1986).