Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'hespérie du Sonora (Polites sonora) au Canada

COSEPAC Résumé

Hespérie du Sonora
Polites sonora

Information sur l’espèce

L’hespérie du Sonora (Polites sonora) est un papillon appartenant à la famille des hespéries (Hesperiidés). Les adultes ont une envergure de 25 à 30 mm. La surface dorsale des ailes est une combinaison d’orange rouille et de brun avec des bordures noirâtres. La surface ventrale des ailes antérieures porte une tache basale noire, des zones fauves et pâles sur la partie médiane et une bordure brun foncé. La surface ventrale des ailes postérieures est brun ocre avec une bande semi-circulaire distincte composée de points pâles. Les spécimens canadiens ne correspondent à la description d’aucune des sous-espèces nommées. Au Canada, ces spécimens forment une seule entité, et l’entité entière est le sujet du présent rapport de situation.

Répartition

L’espèce est largement répartie dans l’ouest de l’Amérique du Nord, depuis l’extrême sud-ouest de la Colombie-Britannique, vers le sud jusqu’en Basse-Californie et vers l’est jusqu’aux États américains du Wyoming et du Colorado. La répartition canadienne connue est confinée à la région de la chaîne des Cascades et à la région adjacente du plateau Thompson, situées au sud de Princeton en Colombie-Britannique. Il y a quelques anciens enregistrements de l’espèce provenant de sites n’ayant pas été vérifiés récemment, quelques enregistrements récents provenant de six emplacements canadiens de même qu’un enregistrement non confirmé.

Habitat

Les habitats connus de l’hespérie du Sonora sont des clairières de prairies humides dans des forêts en flanc de montagne, des terrains déboisés de même qu’un défrichement agricole dans le fond d’une vallée.

Biologie

Au Canada ou ailleurs, la biologie de l’hespérie du Sonora est très peu connue. En laboratoire, des individus ont été élevés avec succès sur plusieurs espèces de graminées. Par contre, en milieu naturel, les plantes hôtes utilisées comme sources alimentaires par les larves sont inconnues. Des adultes ont été observés entre le 21 juin et le 13 août.

Taille et tendances des populations

La taille et les tendances des populations canadiennes individuelles de l’hespérie du Sonora sont inconnues. Au Canada, les adultes n’ont été observés qu’en petit nombre.

Facteurs limitatifs et menaces

Le facteur limitatif le plus probable pour l’hespérie du Sonora est la disponibilité des habitats herbeux humides dépourvus de couvert forestier dans une région où les forêts de conifères prédominent. Le pâturage intensif, l’avancée forestière dans les prés et le feu pourraient avoir un impact négatif sur les populations. Le déboisement a augmenté la quantité d’habitat disponible dans un emplacement, mais la croissance future des plantations rendra ces habitats inutilisables si des ouvertures herbeuses ne sont pas entretenues.

Importance de l’espèce

L’hespérie du Sonora fait partie d’un groupe comprenant plusieurs espèces de papillons ayant une répartition nord-américaine principalement méridionale et atteignant leur limite de répartition nordique dans l’extrême-sud de la Colombie-Britannique. La population canadienne fait partie d’un groupe de populations apparemment disjoint s’observant uniquement dans le nord de la chaîne des Cascades près de la frontière qui sépare la Colombie-Britannique et l’État de Washington. Six des onze (55 p. 100) occurrences connues du groupe sont situées au Canada.

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Si l’espèce est encore présente dans les parcs provinciaux Manning et Cathedral, elle est protégée par la législation provinciale. Au Canada, aucune législation spécifique ne protège cette espèce.

Historique du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le Comité a été créé  pour satisfaire au besoin d’une classification nationale des espèces sauvages en péril qui soit unique et officielle et qui repose sur un fondement scientifique solide. En 1978, le COSEPAC (alors appelé Comité sur le statut des espèces menacées de disparition au Canada) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) promulguée le 5 juin 2003, le COSEPAC est un comité consultatif qui doit faire en sorte que les espèces continuent d’être évaluées selon un processus scientifique rigoureux et indépendant.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) évalue la situation, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés ou d’autres unités désignables qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes comprises dans les groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, arthropodes, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes responsable des espèces sauvages des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (le Service canadien de la faune, l’Agence Parcs Canada, le ministère des Pêches et des Océans et le Partenariat fédéral d’information sur la biodiversité, lequel est présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres scientifiques non gouvernementaux et des coprésidents des sous-comités de spécialistes des espèces et du sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit au moins une fois par année pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions (2006)

Espèce sauvage
Espèce, sous-espèce, variété ou population géographiquement ou génétiquement distincte d’animal, de plante ou d’une autre organisme d’origine sauvage (sauf une bactérie ou un virus) qui est soit indigène du Canada ou qui s’est propagée au Canada sans intervention humaine et y est présente depuis au moins cinquante ans.

Disparue (D)
Espèce sauvage qui n’existe plus.

Disparue du pays (DP)
Espèce sauvage qui n’existe plus à l’état sauvage au Canada, mais qui est présente ailleurs.

En voie de disparition (VD)*
Espèce sauvage exposée à une disparition de la planète ou à une disparition du pays imminente.

Menacée (M)
Espèce sauvage susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitants ne sont pas renversés.

Préoccupante (P)**
Espèce sauvage qui peut devenir une espèce menacée ou en voie de disparition en raison de l'effet cumulatif de ses caractéristiques biologiques et des menaces reconnues qui pèsent sur elle.

Non en péril (NEP)***
Espèce sauvage qui a été évaluée et jugée comme ne risquant pas de disparaître étant donné les circonstances actuelles.

Données insuffisantes (DI)****
Une catégorie qui s’applique lorsque l’information disponible est insuffisante (a) pour déterminer l’admissibilité d’une espèce à l’évaluation ou (b) pour permettre une évaluation du risque de disparition de l’espèce.

* Appelée « espèce disparue du Canada » jusqu’en 2003.
** Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.
*** Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.
**** Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».
*****Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999. Définition de la catégorie (DI) révisée en 2006.

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.