Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'hespérie du Sonora (Polites sonora) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’hespérie du Sonora se trouve dans une région de l’ouest de l’Amérique du Nord qui décrit plus ou moins un triangle : à partir de la Basse-Californie au sud, vers le nord-est jusqu’à l’est du Wyoming, vers le nord-ouest jusqu’au sud-ouest de la Colombie-Britannique et vers l’ouest, dans le territoire américain, jusqu’à la côte Pacifique. Dans cette aire générale, l’espèce est représentée par trois importants groupes de populations disjoints les uns des autres, et occupe également deux petites zones (dans le sud de la Californie et dans le nord de la Basse-Californie), ce qui, au total, constitue une portion relativement petite de l’Amérique du Nord (figure 2). Le groupe de populations se trouvant au Canada est vraisemblablement confiné au nord de la chaîne des Cascades et au plateau Thompson adjacent situés en Colombie-Britannique et dans l’État voisin de Washington (figure 3).

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Polites sonora.

Figure 2. Aire de répartition mondiale du Polites sonora

Figure 3. Répartition du Polites sonora dans le sud de la Colombie-Britannique et dans la région voisine des États-Unis (information adaptée de Guppy et Shepard, 2001).

Figure 3. Répartition du Polites sonora dans le sud de la Colombie-Britannique et dans la région voisine des États-Unis

Aire de répartition canadienne

L’aire de répartition canadienne de l’hespérie du Sonora est confinée au centre-sud de la Colombie-Britannique (figure 4, voir l’annexe 1 pour la liste des spécimens canadiens enregistrés). Dans le passé, l’espèce a été signalée dans trois emplacements bien définis, deux sur le mont Crater et une au lac Twenty Minute dans le parc provincial Manning. Il existe un enregistrement de 1989 qui provient d’un emplacement non défini dans « Manning Park ». Cet emplacement pourrait être ou non le lac Twenty Minute. L’espèce a aussi été signalée dans un ou deux emplacements définis de façon imprécise dans les « Hope Mountains », terme historique faisant référence à une région de la chaîne des Cascades située entre Hope et Princeton. Le mont Crater est situé dans le chaînon Okanagan et le parc Manning, et les « Hope Mountains » sont situés dans le chaînon Hozameen. Les deux chaînons sont situés dans la chaîne des Cascades. On estime l’aire de répartition canadienne de l’hespérie du Sonora à moins de 1 p. 100 de l’aire de répartition mondiale de l’espèce.

Figure 4. Enregistrements de la répartition canadienne du Polites sonora (carrés = emplacements antérieurement connus, mais non recensés en 2003; cercles = emplacements découverts en 2003; triangles = emplacements recensés en 2003, mais sans y trouver de P. sonora). Remarque : en raison de l’échelle de la carte, les emplacements ne peuvent pas tous être représentés par des symboles individuels.

Figure 4.  Enregistrements de la répartition canadienne du Polites sonora

Tel que démontré par la base de données du Système canadien d’information sur la biodiversité, la carte de répartition dans Layberry et al. (1998) localise incorrectement l’enregistrement pour « Hope Mountains » dans la ville de Hope. En effet, dans la Collection nationale canadienne d’insectes, arachnides et nématodes, les coordonnées de Hope sont associées avec l’enregistrement du spécimen provenant de la région de « Hope Mountains ». De plus, la carte de répartition dans Layberry et al. (1998) montre un enregistrement pour Merritt, sur le plateau Thompson, dont la source est impossible à retrouver; cet enregistrement est considéré comme une erreur de cartographie et n’est pas inclus dans les figures 3 et figure4. En effet, sur cette carte, le point « Merritt » est situé précisément au nord du point « Manning Park », suggérant que la latitude a été incorrectement entrée dans la base de données de cartographie pour un des enregistrements du parc Manning.

Le travail effectué sur le terrain en 2003 par N. Kondla a mené à la découverte de deux nouveaux emplacements dans lesquels on y retrouve l’hespérie du Sonora : un dans la vallée du ruisseau Wolfe, située au sud de Princeton, ainsi qu’un autre dans la vallée du ruisseau Placer, située à l’est du parc Manning. Pour ces deux nouveaux emplacements, aucun spécimen de référence ne semble avoir été déposé dans une collection publique, mais il y a quelques spécimens dans la collection privée de N. Kondla. L’aire de répartition canadienne connue de l’hespérie du Sonora se compose de portions de la chaîne des Cascades, du parc Manning à l’est jusqu’au mont Crater et au plateau Thompson immédiatement au sud de Princeton.

Au Canada, la répartition complète de l’hespérie du Sonora ne sera connue qu’en effectuant un programme d’inventaire soigneusement élaboré. Il existe probablement, dans cette partie du sud de la Colombie-Britannique, d’autres habitats propices n’ayant pas été échantillonnés en raison de l’absence de réseaux routiers. En s’appuyant sur la répartition présentement connue, la zone d’occurrence de l’hespérie du Sonora au Canada représente un maximum possible de l’ordre de 2 100 km² (fondé sur l’aire du polygone convexe englobant la répartition géographique de tous les sites connus où l’espèce est sensée être présente). Cependant, cette aire de répartition consiste principalement en habitats alpins, forestiers ou de prairies sèches qui sont, de toute évidence, non propices. Des habitats de prairies humides d’apparence propices ne sont présents que dans une petite fraction de l’aire de répartition totale. Ainsi, la zone d’occupation maximale actuelle, fondée sur une estimation visuelle d’habitats potentiellement propices à partir d’images par satellite, représente moins de 5 p. 100 de la zone d’occurrence maximale possible, soit environ 100 km². Toutefois, tel que discuté dans la section suivante, l’espèce n’occupe pas tous les habitats qui semblent propices. Kondla et Guppy évaluent, à partir des données existantes limitées, ainsi qu’à partir de leur expérience personnelle, que la zone d’occupation est certainement de moins de 100 km² et peut même être de moins de 20 km².