Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'hespérie du Sonora (Polites sonora) au Canada

Biologie

Cycle vital et reproduction

Au Canada, les hespéries du Sonora adultes ont été observées entre le 21 juin et le 13 août. Les individus observés aux dates les plus tardives étaient situés en haute altitude. L’espèce produit une seule génération par année et a le cycle vital type des Lépidoptères. Dans l’État de Washington, le papillon a été élevé en laboratoire sur de l’herbe à pelouse et sur de la fétuque de l’Idaho (Festuca idahoensis) (Newcomer, 1967). Dans l’État du Colorado, le papillon a été élevé en laboratoire sur du pâturin des prés (Poa pratensis) (Scott, 1992). En conditions naturelles toutefois, les plantes hôtes servant de nourriture aux larves sont inconnues. Une ou plusieurs espèces de graminées sont susceptibles de jouer ce rôle au Canada.

Prédateurs

Il n’y a pas d’information sur les prédateurs ou les parasitoïdes des hespéries du Sonora. Au Canada, les prédateurs types des papillons sont les oiseaux insectivores, les petits mammifères, les araignées et les insectes prédateurs. Les parasitoïdes types sont des espèces variées de mouches (ordre des Diptères) et de guêpes (ordre des Hyménoptères) (Guppy et Shepard, 2001).

Physiologie

Il n’y a pas d’information sur la physiologie du P. sonora.

Déplacements et dispersion

Il n’y a pas d’information sur la dispersion du P. sonora. Une espèce apparentée, le P. sabuleti, a semble-t-il connu une expansion nordique considérable de son aire de répartition dans l’État de Washington et la Colombie-Britannique durant les cinquante dernières années, ce qui suggère une importante capacité de dispersion et de colonisation. Pyle (2002) note la grande capacité du P. sonora à coloniser des habitats propices nouvellement disponibles dans l’État de Washington. Ce papillon semble donc apte à coloniser de nouveaux habitats propices dans la mesure où ces derniers ne pas trop éloignés du site qu’il occupe. La distance que peut parcourir le papillon, s’il doit traverser des habitats non propices, est inconnue mais vraisemblablement inférieure à 10 kilomètres. Il n’y a aucune preuve de migration chez les Polites, y compris le P. sonora.

Relations interspécifiques

Il n’y a pas d’information sur les relations interspécifiques concernant le P. sonora.

Adaptabilité

En s’appuyant sur la présence du P. sonora dans les habitats créés par les activités agricoles et forestières, cette espèce peut vraisemblablement s’adapter à divers habitats.