Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) au Canada

COSEPAC Résumé

Escargot-forestier de Townsend
Allogona townsendiana

Information sur l’espèce

L’escargot-forestier de Townsend (Oregon Forestsnail), Allogona townsendiana (I. Lea, 1838), appartient à la famille des Polygyridés, groupe nombreux et diversifié d’escargots terrestres endémiques à l’Amérique du Nord. La coquille des individus matures, qui atteint un diamètre de 28-35 mm, est globuleuse et de couleur brun pâle ou jaune paille. Le bord de l’ouverture de la coquille est pâle et largement réfléchi vers l’extérieur. À la différence de certaines espèces apparentées, il n’y a pas de dent pariétale à l’intérieur de l’ouverture de la coquille. La couche externe de la coquille, lisse, est dépourvue des fines projections trichoïdes observées chez certains groupes apparentés.

Répartition

L’escargot-forestier de Townsend est présent aux États-Unis dans l’ouest de la chaîne des Cascades, dans la dépression de Puget et dans l’est des basses terres de la péninsule Olympic. Au Canada, il est présent dans l’extrême Sud-Ouest de la Colombie-Britannique, où la plupart des observations ont été réalisées dans la vallée du Fraser dans la région de Mission, d’Abbotsford et de Chilliwack, ainsi que dans la vallée du cours inférieur de la Chilliwack. On compte deux localités excentriques, l’une à Langley et l’autre dans le sud de l’île de Vancouver.

Habitat

L’escargot-forestier de Townsend vit dans les forêts mixtes ou feuillues le plus souvent dominées par l’érable à grandes feuilles (Acer macrophyllum). Son habitat comporte habituellement un couvert dense de végétation herbacée basse. Presque toutes les localités connues de l’espèce se trouvent à moins de 360 m d’altitude.

Biologie

On sait peu de choses de l’écologie et du cycle vital de l’escargot-forestier de Townsend. Il s’agit d’une espèce hermaphrodite ovipare dont la maturation pourrait être lente et la longévité élevée. Sa capacité de dispersion est probablement faible, si l’on en juge par sa répartition éparse dans l’ensemble de son aire. Les individus semblent le plus actifs à la surface au printemps et au début de l’été, période de l’accouplement et de la ponte.

Taille et tendances des populations

L’accroissement des efforts de recherche depuis les années 1950 a permis de découvrir plusieurs nouvelles localités de l’escargot-forestier de Townsend. Comme aucune donnée sur la taille des populations n’a été recueillie dans le passé aux anciennes localités, on ne peut évaluer les tendances des populations.

Facteurs limitatifs et menaces

Dans le passé, des facteurs climatiques et le manque d’habitats de forêt mixte propices situés à faible altitude ont probablement entravé l’expansion de l’aire de répartition de l’espèce vers le nord au Canada. Actuellement, c’est la répartition limitée et éparse de l’espèce et le fait qu’elle vive à l’intérieur ou à proximité des terres les plus altérées et les plus utilisées de la Colombie-Britannique qui sont probablement les deux principaux facteurs pesant sur la survie de l’espèce au Canada. On s’attend à ce que les terres continuent d’être transformées, particulièrement par l’urbanisation, ce qui entraînerait la dégradation et la destruction d’habitats propices à l’espèce.

Importance de l’espèce

Assez peu d’escargots indigènes de grande taille vivent dans les forêts côtières de la Colombie-Britannique, et l’escargot-forestier de Townsend contribue de façon importante à la biodiversité de la faune du tapis forestier. La présence de l’espèce au Canada offre un intérêt sur le plan scientifique et en matière de conservation, les populations qui se trouvent à la limite septentrionale de leur aire de répartition pouvant présenter des adaptations uniques.

Protection actuelle et autres désignations

Les évaluations des gastropodes terrestres pour les listes provinciales rouge et bleue des espèces en péril n’ont pas encore été réalisées, et la Wildlife Act de la Colombie-Britannique n’offre pas de protection à ce groupe d’espèces. Une seule des localités de l’escargot-forestier de Townsend connues se trouve dans une zone protégée. Aux États-Unis, l’espèce ne s’est vue attribuer aucun statut spécial et on estime que l’exploitation forestière ne la met pas en péril.

Mandat du COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine le statut, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés et des populations sauvages  canadiennes importantes qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées à toutes les espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, lépidoptères, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

Composition du COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes fauniques des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans, et le Partenariat fédéral sur la biosystématique, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétence, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

Définitions

Espèce
Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D)
Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC)
Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)Note de bas de pagea
Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M)
Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)Note de bas de pageb
Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)Note de bas de pagec
Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)Note de bas de paged
Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

 

Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.

 

Note de bas de page a

Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

Retour à la référence de la note de bas de pagea

Note de bas de page b

Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de pageb

Note de bas de page c

Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

Retour à la référence de la note de bas de pagec

Note de bas de page d

Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Retour à la référence de la note de bas de paged