Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

La répartition limitée et éparse de l’A. townsendiana et le fait qu’il vive à l’intérieur ou à proximité des terres les plus altérées et les plus utilisées de la Colombie‑Britannique sont probablement les deux principaux facteurs pesant sur la survie de l’espèce au Canada. L’exploitation agricole et forestière, et plus récemment l’urbanisation, constituent des menaces pour les populations. Les sous‑populations d’escargots deviennent plus isolées que par le passé à cause de la destruction et de la fragmentation des habitats. En plus d’isoler les dèmes, la fragmentation de l’habitat pourrait entraîner une dégradation des microhabitats, rendant ainsi les escargots plus vulnérables aux prédateurs naturels et aux fluctuations climatiques.

L’A. townsendiana semble pouvoir survivre en petites concentrations dans des îlots forestiers jouxtant des zones fortement utilisées par l’homme et où l’habitat est perturbé, mais on ne connaît pas la taille minimale que doivent avoir les habitats pour que des populations viables puissent s’y maintenir. Le plus petit îlot d’habitat connu occupé par l’espèce est d’environ 25 m par 25 m, mais on ne connaît pas l’aire occupée à la plupart des localités. Le brûlage des broussailles, le fauchage de la végétation, l’exploitation forestière, le piétinement et l’utilisation de pesticides pourraient mettre en péril l’A. townsendiana.

Les escargots indigènes pourraient aussi être menacés par la concurrence avec les gastropodes introduits, qui abondent dans les régions urbaines. Les espèces introduites associées à l’exploitation agricole et résidentielle étendent leurs aires de répartition, certaines étant aujourd’hui présentes dans les régions boisées (Forsyth, 1999b et 2001). Enfin, comme l’A. townsendiana se trouve au Canada à la limite septentrionale de son aire de répartition, il pourrait y être particulièrement vulnérable aux fluctuations climatiques et autres phénomènes stochastiques.