Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) au Canada

Importance de l'espèce

L’Allogona townsendiana n’est pas endémique au Canada, mais on ne le trouve que dans les basses terres côtières depuis la Colombie-Britannique jusque dans l’Ouest de l’Oregon. En outre, les populations qui se trouvent à la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce pourraient posséder des adaptations uniques et présenter ainsi un intérêt particulier sur le plan scientifique et en matière de conservation (Scudder, 1989). De plus, on ne sait rien du degré de différenciation génétique entre les populations canadiennes et américaines. Enfin, relativement peu d’escargots terrestres indigènes de grande taille vivent dans les forêts côtières de la Colombie‑Britannique, la présence de l’A. townsendiana y contribuant de façon importante à la biodiversité de la faune du tapis forestier.

Aucune espèce apparentée ne s’est vue attribuer un statut spécial, mais Frest et Johannes (1995) ont recommandé que l’Allogona ptychophora solida (Vanatta, 1924) (Dryland Forestsnail) et l’A. lombardii A.G. Smith, 1943 (Selway Forestsnail) soient considérés comme des espèces vulnérables dans l’Ouest des États-Unis.

L’escargot‑forestier de Townsend présente peu ou pas d’intérêt public, et est sans doute peu connu de la population. Pour autant qu’on sache, l’A. townsendiana n’a pas de valeur commerciale, et les Autochtones ne semblent pas l’exploiter
(N. Turner, comm. pers.). Il se pourrait que dans les zones résidentielles et en périphérie, il soit pris pour une espèce exotique nuisible.