Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Isoète de Bolander au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Il existe très peu d’information sur les exigences de survie de l’Isoetes bolanderi. On sait cependant que la dégradation de la qualité de l’eau, notamment son enrichissement en éléments nutritifs, l’élévation de sa température ainsi que la compétition excessive exercée par les autres plantes aquatiques, a provoqué des pertes énormes de vigueur des plantes et de taille des populations dans le cas d’autres espèces d’isoètes aquatiques, autant en Europe qu’en Amérique du Nord (Voge, 1997; Britton et Brunton, 1989).

La cause de la disparition apparente de la population des lacs Carthew demeure inconnue, et aucune incidence n’est visible à cet endroit. Il a donc lieu de supposer que cette disparition a été causée par un de ces phénomènes stochastiques auxquels sont exposées les petites populations. La seule population canadienne d’Isoetes bolanderi encore existante est également menacée par ce type d’événement isolé aux effets catastrophiques.

Les incidences physiques visant la population du lac Summit, qui seraient probablement liées aux activités récréatives, constituent la plus grande menace immédiate à la présence de l’Isoetes bolanderi au Canada. Le fait que le sentier récréatif principal longe la rive du lac Summit pourrait causer une érosion des berges, ce qui a déjà été observé autour du lac, et cette érosion pourrait causer une dégradation de la rive et des milieux d’eau peu profonde adjacents (Brunton, 1994). Des signes de baignade ont également été observés. Ces incidences demeurent très localisées et négligeables pour le moment, mais elles pourraient devenir appréciables si les activités récréatives venaient à augmenter.

Une autre incidence possible serait liée à l’utilisation des eaux du lac Summit pour la lutte contre les incendies. Le prélèvement d’eau au moyen de pompes ou d’un hélicoptère équipé à cette fin pourrait perturber physiquement les plantes, et un déversement de carburant affecterait toute la population de ce petit lac. Parcs Canada a pris des mesures pour réduire au minimum ces types de perturbations.

La récolte de plantes par des botanistes professionnels ou amateurs est la seule consommation humaine délibérée que l’on puisse concevoir dans le cas de l’Isoetes bolanderi au Canada. Un tel prélèvement a déjà eu lieu, mais à une échelle négligeable, et Parcs Canada réglemente ce prélèvement en délivrant des permis de récolte et de recherche. Les plantes du genre Isoetes ne sont d’ailleurs cultivées qu’aux fins de recherches (Wherry, 1972; Lellinger, 1985), et on ne leur connaît aucune propriété médicinale ou autre valeur en herboristerie (Erichsen-Brown, 1979).

La plus grave des menaces potentielles à la viabilité à long terme de la population du lac Summit est l’introduction éventuelle de matières toxiques (produits pétrochimiques, herbicides, engrais, etc.) qui affecteraient directement la population ou favoriseraient la croissance d’espèces aquatiques concurrentes. Il suffirait d’un seul événement du genre pour faire disparaître l’espèce du Canada.