Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’Isoète de Bolander au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat

L’Isoetes bolanderi pousse dans des étangs et petits lacs non ombragés de l’étage alpin ou de la partie supérieure de l’étage subalpin. Les deux sites canadiens sont situés dans la partie supérieure de l’étage subalpin (Upper Subalpine Ecoregion d’Achuff et al., 2002), le site du lac Summit se trouvant à 1 950 m, et le site historique des lacs Carthew, à 2 200 m. Les sites de l’espèce semblent associés à la présence d’eau oligotrophe limpide, où pratiquement aucune autre plante ne pousse à l’intérieur des peuplements d’isoètes. L’eau du lac Summit est un peu calcaire (pH de 7,3), mais c’est la moins alcaline parmi les 21 lacs étudiés à cet égard en 2002 et 2003, dont l’eau avait un pH de 7,4 à 9,1 (Annexe 1). Le substrat entourant les racines d’isoète est une couche de 3 à 14 cm de limon ou de limon et sable recouvrant un sable plus grossier et présente sans doute un pH inférieur à 7,3. L’I. bolanderi semble occuper presque tout le fond du lac Summit, où il est présent jusqu’à une profondeur d’au moins 1,5 m (Smith et Bradley, 2003).


Tendances en matière d’habitat

Au Canada, l’habitat subalpin de l’Isoetes bolanderi semble être stable depuis de nombreuses décennies. Cependant, au cours des dernières décennies, les forêts des versants entourant le lac Summit ont changé, avec la mort de nombreux pins à blanche écorce (Pinus albicaulis) atteints par la rouille vésiculeuse du pin blanc, maladie causée par un champignon introduit, le Cronartium ribicola. Cependant, aucun effet de ce changement sur la population d’I. bolanderi n’a été observé.

La population du lac Summit occupe un milieu relativement stable, situé en eau peu profonde et non soumise à l’effet direct des eaux d’un ruisseau, à de fortes vagues ni à d’autres facteurs dynamiques du milieu. L’incidence physique de grands ongulés a été notée, mais il semble s’agir d’événements localisés. Aucun dispositif de contrôle du niveau des eaux n’est présent.

On ne sait pas si une modification de l’habitat a contribué à la disparition de la population des lacs Carthew. La situation et les tendances en matière d’habitat de l’Isoetes bolanderi aux États-Unis sont inconnues.


Protection et propriété

Les sites actuels et historiques de l’Isoetes bolanderi au Canada sont entièrement inclus dans le parc national des Lacs-Waterton, où l’espèce est protégée par la Loi sur les parcs nationaux du Canada et les règlements connexes, lesquels renferment des dispositions protégeant la flore et interdisent notamment que les végétaux soient enlevés, endommagés ou détruits. L’Isoetes bolanderi a été reconnu comme élément particulier du parc national des Lacs-Waterton (Achuff, 1997), ce qui lui a valu d’être pris en compte dans les travaux de planification et d’évaluation environnementale, notamment dans le cadre du plan d’aménagement du parc (Parcs Canada, 2000).