Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la baleine noire (Eubalaena glacialis) de l’Atlantique Nord [Proposé]

INTRODUCTION

Les baleines franches (Eubalaena sp.) ont déjà été répandues dans les eaux tempérées de tous les océans, mais elles ont été décimées par huit siècles de chasse à la baleine (IWC, 1986). Aujourd’hui, les populations de l’Atlantique Nord (E. glacialis) et du Pacifique Nord (E. japonica) (baleines franches boréales ou baleines noires) sont menacées d’extinction, tandis que certaines populations de l’hémisphère Sud, E. australis, (baleines franches australes) montrent des signes d’un rétablissement vigoureux (IWC, 2001b). Deux espèces de baleines noires sont présentes dans les eaux canadiennes : E. japonica dans le Pacifique et E. glacialis dans l’Atlantique. Le présent programme de rétablissement vise uniquement les baleines noires de l’Atlantique Nord, dont le nombre est d’environ 3221 (COSEPAC, 2003).

La baleine noire de l’Atlantique Nord[1] (Eubalaena glacialis) est un grand cétacé(pouvant atteindre 17 m), de peau généralement noire, parfois tachetée de blanc sur le ventre, sans nageoire dorsale. Animal migrateur, la baleine noire de l’Atlantique Nord se déplace le long de la côte est de l’Amérique du Nord, principalement depuis l’est de la Floride au golfe du Saint‑Laurent et Terre‑Neuve. Le rôle du Canada dans la protection des baleines noires de l’Atlantique Nord et la promotion de leur rétablissement est crucial, parce qu’une très forte proportion de l’effectif actuel passe la totalité ou une partie de l’été et de l’automne dans les eaux canadiennes.

La baleine noire de l’Atlantique Nord est inscrite à la liste des espèces en voie de disparition de l’annexe 1, partie 2, de la LEP, de sorte qu’elle bénéficie d’une protection juridique et doit faire l’objet d’un programme de rétablissement, qui est administré par Pêches et Océans Canada (MPO). Le présent programme de rétablissement est un sommaire de la meilleure information accessible sur la biologie et la situation de la baleine noire de l’Atlantique Nord. Il fait ressortir l’état actuel des connaissances sur cet animal de même que la nécessité d’une coopération et d’une coordination pour son rétablissement. Il sera suivi d’un ou de plusieurs plans d’action (documents séparés) exigés par la LEP, qui exposeront en détail les mesures qui seront prises dans les cinq prochaines années pour la mise en œuvre du programme. Il est à espérer que ce programme permettra d’atténuer les facteurs menaçant la survie de la baleine noire de l’Atlantique Nord tant au Canada qu’ailleurs dans le monde et résultera éventuellement en son rétablissement.

Le présent programme de rétablissement fait fond sur les efforts notables de l’équipe de rétablissement de la baleine noire de l’Atlantique Nord, mise sur pied en 1997 par le Fonds mondial pour la nature Canada et le MPO, dans le but de regrouper les divers experts et intérêts qui participent à la conservation de l’espèce. L’équipe a préparé le Plan canadien de rétablissement de la baleine noire de l’Atlantique Nord (WWF/MPO, 2000), qui a servi d’assise au présent document.




1Représente le nombre de baleines noires de l’Atlantique Nord cataloguées supposées être vivantes en 2003 (COSEPAC, 2003). Aucun calcul des effectifs précis de la population n’a été fait. Cependant, Kraus et Rolland (2007) sont d’avis qu’elle compte 350 individus à l’heure actuelle.