Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la paruline du Canada au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

L’Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord a décrété que l’espèce était un oiseau terrestre hautement prioritaire dans la région de conservation des oiseaux nº 14 (Forêt septentrionale de l’Atlantique) (Dettmers, 2003). Partenaires d’envol estime que la Paruline du Canada a une importance continentale au Canada et aux États-Unis, et que sa conservation est hautement préoccupante dans la Forêt septentrionale (Rich et al., 2004).

NatureServe (2007) classe la Paruline du Canada « non en péril à l’échelle mondiale » (G5, tableau 4), et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) la classe comme étant de « préoccupation mineure » (BirdLife International, 2004).

Au Canada, les individus adultes de la Paruline du Canada, leurs nids et leurs œufs sont protégés en vertu de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs (Environnement Canada, 2004) et de la Wildlife Act de 1982 de la Colombie-Britannique (Cooper et al., 1997). Dans Situation générale des espèces au Canada, la Paruline du Canada est considérée globalement en sécurité au Canada, étant considérée « possiblement en péril » au Yukon à en sécurité dans majorité des autres provinces (CCCEP, 2006; tableau 4). NatureServe estime que la Paruline du Canada est globalement en sécurité au pays. Lors de la révision de 2000, l’espèce a été jugée gravement en péril au Yukon à en sécurité en Saskatchewan, en Ontario et en Nouvelle-Écosse (NatureServe, 2007; tableau 4). En Alberta, l’espèce est jugée sensible en raison de sa vulnérabilité à ou à la détérioration de son habitat par les diverses utilisations du sol (gouvernement de l’Alberta, 2007). La Paruline du Canada figure également au nombre des 10 espèces dont la conservation doit être hautement préoccupante pour les gestionnaires forestiers des forêts mixtes boréales commerciales de l’Alberta (Hannon et al., 2004). En Colombie-Britannique, la Paruline du Canada est considérée vulnérable (liste bleue) en raison de l’incertitude quant aux conséquences de l’exploitation forestière sur la qualité de son habitat (Cooper et al., 1997). Dans les Territoires du Nord-Ouest, le statut de l’espèce n’a pas été déterminé (groupe de travail sur le statut général des espèces des Territoires du Nord-Ouest, 2006).

Aux États-Unis, l’espèce est considérée en sécurité (N5B, tableau 4). Cependant, elle est considérée gravement en péril (S1) ou en péril (S2) dans trois États du Midwest américain (Illinois, Indiana et Ohio). Le « Northeast Endangered Species and Wildlife Diversity Technical Committee » considère également que l’espèce est hautement prioritaire sur le plan de la conservation et de la recherche (Therres, 1999). Dans les forêts tropicales de bois de feuillus des Andes, Finch et Stangel (1993) estiment que la Paruline du Canada est vulnérable en raison de la déforestation intensive de cette région.

Tableau 4. Cotes accordées à la Paruline du Canada en Amérique du Nord, selon NatureServe (2007) et les classifications de la situation générale (CCCEP, 2006)
RégionNatureServeNote de tableau*Situation générale
Mondial
G5
---
États-Unis
N5B
---
Canada
N5B
En sécurité
Colombie-Britannique
S3S4B
Sensible
Alberta
S4
Sensible
Nouveau-Brunswick
S4B
En sécurité
Nouvelle-Écosse
S5B
En sécurité
Île-du-Prince-Édouard
S4B
Sensible
Yukon
S1B
Possiblement en péril
Saskatchewan
S5B
En sécurité
Manitoba
S4B
En sécurité
Ontario
S5B
En sécurité
Québec
S5
En sécurité
Territoires du Nord-Ouest
 Indéterminée