Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la baleine à bec commune (population du plateau néo-écossais) au Canada -Mise à jour

Évaluation

La population de baleines à bec communes du Goulet est peu nombreuse (environ 213 animaux); elle vit à l’extrémité méridionale de l’aire de répartition de l’espèce; et elle est en grande partie ou totalement distincte des populations plus importantes qui vivent plus au nord. Ces animaux semblent sédentaires : ils passent en moyenne 57 p. 100 de leur temps dans une aire principale de 20 km sur 8 km unique au plan bathymétrique dans l’Ouest de l’Atlantique Nord. Ces caractéristiques rendent la population particulièrement sensible à l’activité humaine. Il faut donc, à tout le moins, considérer cette population comme vulnérable.

Le développement et l’exploitation des champs pétroliers et gaziers du plateau néo‑écossais s’approchent du Goulet, ce qui menace la baleine à bec commune et les autres habitants du Goulet, notamment des effectifs exceptionnels d’autres Cétacés (Gowans et Whitehead, 1995). L’exploitation du champ Primrose risque de pousser les baleines à bec communes à abandonner leur aire principale dans le Goulet, mettant la population en péril. Vu les projets actuels de développement progressif des champs pétroliers et gaziers situés à proximité du Goulet, il y aurait lieu de considérer cette population comme vulnérable.