Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la baleine à bec commune (population du plateau néo-écossais) au Canada -Mise à jour

Introduction

Une population d’environ 213 baleines à bec communes, Hyperoodon ampullatus, utilise le Goulet de l’île de Sable, important canyon sous‑marin situé en bordure du plateau néo‑écossais. Ces animaux fréquentent le Goulet toute l’année. À tout moment, environ 57 p. 100 de la population réside dans une aire principale de 20 km sur 8 km à l’entrée du canyon. Les animaux du Goulet paraissent en grande partie sinon totalement distincts de ceux qui vivent au large du Nord du Labrador : ils sont plus petits et semblent se reproduire à une époque différente de l’année. Il s’agit de la seule population de baleines à bec au monde à faire l’objet de recherches de longue durée portant sur des individus identifiés. Les menaces pesant sur cette population comprennent la navigation commerciale, la pêche et l’exploitation pétrolière et gazière. Le champ Primrose, découverte pétrolière et gazière d’intérêt commercial, se trouve à environ 5 km de l’habitat principal de la population. Celle‑ci est vulnérable en raison de sa petite taille, de sa situation à l’extrémité sud de l’aire de répartition de l’espèce et du fait qu’elle dépend toute l’année d’une zone marine restreinte et unique. Elle est menacée par les projets d’exploitation des champs pétroliers et gaziers situés à proximité du Goulet.