Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la baleine à bec commune (population du plateau néo-écossais) au Canada -Mise à jour

Protection

Reeves et al. (1993) décrivent la législation canadienne et les conventions internationales qui protègent la baleine à bec commune contre la chasse. La chasse ne constitue une menace ni aujourd’hui ni dans un proche avenir pour la population du Goulet.

Plusieurs initiatives ont été mises en œuvre afin de protéger la population du Goulet :

•           En 1990, la société pétrolière LASMO, qui démarrait alors l’exploitation du champ Cohasset‑Panuke, 110 km à l’Ouest du Goulet, a désigné une zone interdite aux navires‑citernes comprenant le Goulet, afin d’éviter que le trafic maritime associé à ses activités ne nuise aux baleines.

•           Pêches et Océans Canada a désigné le Goulet « réserve naturelle de baleines » pour la baleine à bec commune et publié dans l’édition annuelle des Avis aux navigateurs (1994) des directives concernant le comportement des navires à l’intérieur de cette réserve naturelle. Les sociétés de transport maritime ont été priées (par lettre) d’éviter le Goulet, ce que beaucoup ont accepté de faire.

•           Le Service canadien de la faune, Pêches et Océans Canada, Parcs Canada, le Fonds mondial pour la nature (Canada), divers autres organismes et des particuliers envisagent la création d’une zone de protection marine dans le Goulet (Amirault, 1995).