Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Plan de gestion de la salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus) au Canada [Proposition]

8. Références / Annexe A

8. Références

Atlas des amphibiens et reptiles du Québec. 1988 - . Banque de données active depuis 1988 alimentée par des bénévoles et professionnels de la faune. Société d'histoire naturelle de la vallée du Saint-Laurent et ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec.

Benoit, R. et W. Wu. 2004. Cartographie et analyse du gisement éolien du Québec par le Système West. R-3526-2004 pour le Regroupement pour la responsabilité sociale des entreprises, Régie de l’Énergie du Québec, Environnement Canada, Recherche en prévision numérique, Dorval.

Bider, R. et S. Matte. 1994. Atlas des amphibiens et des reptiles du Québec. Société d’histoire naturelle de la vallée du Saint-Laurent, Saint-Anne-de-Bellevue, Québec et Ministère de l’Environnement et de la Faune, Direction de la faune et des habitats, Québec. 106 p.

Bonin, J. 2001. Update on the status of Desmognathus ochrophaeus extrait du document original: Stratégie de rétablissement des salamandres des ruisseaux du complexe appalachien : Gyrinophilus porphyriticus, Desmognathus ochrophaeus et. Desmognathus fuscus. Direction du développement de la faune, Société de la faune et des parcs du Québec. 13 p.

Boutin, A. 2006. Caractérisation de l’habitat d’une communauté de salamandres de ruisseaux comportant des hybrides. Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures en vue de l’obtention du grade de Maître ès sciences (M.Sc.) en sciences biologiques, Département de sciences biologiques, Université de Montréal, Québec, 91 p.

Boutin, A. 2011. Communication personnelle. Biologiste coordonnatrice de l’Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux du Québec, Montréal (Québec).

Brooks, R. T. 2009. Potential impacts of global climate change on the hydrology and ecology of ephemeral freshwater systems of the forests of the northeastern United States. Climate Change 95 : 469-483.

Bruce, R. C. 1978. Life-history patterns of the Spring Salamander, Gyrinophilus porphyriticus in the Cowee Mountains, North Carolina. Herpetologica 34 : 325-332.

Committe on the status of Species at Risk in Ontario. 2010. COSSARO candidate species at risk evaluation form for Spring salamander (Gyrinophilus porphyriticus) (PDF; 26.9 Ko) (en anglais seulement). Ontario.

COSEPAC. 2004. Processus et critères d’évaluation du COSEPAC. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, 12 p.

COSEPAC. 2007. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la salamandre sombre des montagnes (Desmognathus ochrophaeus) (population des Grands Lacs et du Saint-Laurent et population carolinienne) au Canada – Mise à jour. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, Ottawa, vii + 39 p.

COSEPAC. 2011. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa, 52 p.

Environnement Canada. 2010. Programme de rétablissement du crotale des bois (Crotalus horridus) au Canada. Série de Programmes de rétablissement de la Loi sur les espèces en péril, Environnement Canada, Ottawa, v + 19 p.

Ford, W. M., B. R. Chapman, M. A. Menzel et R. H. Odom. 2002. Stand age and habitat influences on salamanders in Appalachian cove hardwood forests. Forest Ecology and Management 155 : 131-141.

Fournier, V. 2008. Hydrologie de la tourbière du Mont Covey Hill et implications pour la conservation. Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en science de la terre. Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec. 85 p. + annexe.

Frenette, M. 2007. Bilan des actions de l’Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux du Québec. Rapport rédigé pour l’Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux du Québec, ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 59 p.

Frenette, M. 2008. Plan de conservation des salamandres de ruisseaux au mont Covey Hill, Montérégie. Conservation de la nature Canada et Équipe de rétablissement des salamandres de ruisseaux, Montréal, 57 p.

Green, L. et J. E. Peloquin. 2008. Acute toxicity of acidity in larvae and adults of four stream salamander species (Plethodontidae). Environmental Toxicology and Chemistry 3 : 2361-2367.

Jutras, J. (éditeur). 2003. Plan d’intervention sur les salamandres de ruisseaux du Québec. Société de la faune et des parcs du Québec, Direction du développement de la faune, Québec. 26 p.

Karraker, N. E., J. P. Gibbs et J. R. Vonesh. 2008. Impacts of road deicing salt on the demography of vernal pool-breeding amphibians. Ecological Applications 18 : 724-734.

Larocque, M. et S. Pellerin. 2006. Dynamique hydrologique des habitats de la salamandre sombre des montagnes et de la salamandre pourpre sur la colline de Covey. Université du Québec à Montréal et Institut de recherche en biologie végétale, 28 p. + annexes.

Laurendeau, C. 2011 (en préparation). Rapport d’inventaire de salamandres pourpres 2010-2011 au Québec. Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, Secteur Faune Québec, Centre de données sur le patrimoine naturel du Québec, Québec.

Lowe, W. H. et D. T. Bolger. 2002. Local and landscape-scale predictors of salamander abundance in New-Hampshire headwater streams. Conservation Biology 16 : 183-193.

Lowe, W. H., K. H. Nislow et D. T. Bolger. 2004. Stage-specific and interactive effects of sedimentation and trout on a headwater stream salamander. Ecological Applications 14 : 164-172.

Lowe, W.H. 2010. Communication personnelle. Professeur-assistant, Division des Sciences biologiques, University of Montana.

Lowe, W.H. 2012. Climate change is linked to long-term decline in a stream salamander. Biological Conservation 145 : 48-53.

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune. 2008a. Ensemencements des plans d’eau. Québec. [Consulté le 21 novembre 2008].

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune. 2008b. Protection des espèces menacées ou vulnérables en forêt publique - Les salamandres de ruisseaux : la salamandre pourpre (Gyrinophilus porphyriticus), la salamandre sombre des montagnes (Desmognathus ochrophaeus) et la salamandre sombre du Nord (Desmognathus fuscus). Faune Québec, Direction de l’expertise sur la faune et ses habitats. 38 p.

NatureServe. 2011. NatureServe Explorer: An online encyclopedia of life [web application]. Version 5.0. NatureServe, Arlington, Virginia. [Consulté le 12 juillet 2011].

Niagara Peninsula Source Protection Area. 2011. Draft amended proposed assessment report. Rapport preparé pour le compte de la Niagara Peninsula Source Protection Authority (en anglais seulement), Welland, Ontario. [Consulté le 27 septembre 2011].

Petranka, J. W. 1998. Salamanders of the United States and Canada. Smithsonian Institution Press, Washington, D.C., USA.

Ploss, J. 2010. Determining critical habitat for the spring salamander (Gyrinophilus pophyriticus) in Québec, Canada. McGill School of Environment, Montréal, Québec, rapport inédit, 19 p.

Resetarits, W. J. Jr. 1991. Ecological interactions among predators in experimental
stream communities. Ecology 72 : 1782-1793.

Resetarits, W. J. Jr. 1995. Competitive asymmetry and coexistence in size-structured populations of brook trout and spring salamanders. Oikos 73 : 188-198.

Shannon, C. B. 2000. Stream salamander response to timber harvest and interstitial refuge selection. Undergraduate Thesis. Dartmouth College, Hanover, New Hampshire, USA.

Union internationale pour la conservation de la nature. 2010. Guidelines for using the IUCN Red List categories and criteria, version 8.1. Standards and Petitions Subcommittee. Site web : http:// intranet.iucn.org/webfiles/doc/SSC/RedList/RedListGuidelines.pdf [consulté le 27 septembre 2011].

Waters, T. F. 1995. Sediment in streams: sources, biological effects and controls. American Fisheries Society Monograph 7, Bethesda, Maryland, USA, 251 p.

Yagi, A.R., A. Brant et R. Tervo. 2009. Niagara Region Natural Areas Inventory - Reptile and Amphibian Study 2006 to 2008. Ontario Ministry of Natural Resources and Land Care Niagara, unpublished report for the Niagara Peninsula Conservation Authority, 78 pp.

Haut de la page

Annexe A. Effets sur l’environnement et sur les espèces non ciblées

Une évaluation environnementale stratégique (EES) est effectuée pour tous les documents de planification du rétablissement en vertu de la LEP, conformément à La directive du Cabinet sur l’évaluation environnementale des projets de politiques, de plans et de programmes. L’objet de l’EES est d’incorporer les considérations environnementales à l’élaboration des projets de politiques, de plans et de programmes publics pour appuyer une prise de décisions éclairée du point de vue de l’environnement.

La planification de la gestion d’une espèce préoccupante vise à favoriser les espèces en péril et la biodiversité en général. Il est cependant reconnu que des plans de gestion peuvent, par inadvertance, produire des effets environnementaux qui dépassent les avantages prévus. Le processus de planification fondé sur des lignes directrices nationales tient directement compte de tous les effets environnementaux, notamment des incidences possibles sur les espèces ou les habitats non ciblés. Les résultats de l’EES sont directement inclus dans le plan de gestion lui-même, mais également résumés dans l’énoncé ci-dessous.

Ce plan de gestion contribue directement à l’atteinte des objectifs et des cibles de la Stratégie fédérale du développement durable pour le Canada. Plus précisément, il va aider à restaurer les populations d’espèces sauvages à des niveaux sains et à maintenir des écosystèmes productifs et résilients ayant la capacité de se rétablir et de s’adapter (objectifs 5 et 6 de la Stratégie).

La possibilité que ce plan de gestion produise par inadvertance des effets négatifs sur l’environnement et sur d’autres espèces a été envisagée. Les activités recommandées se limitant à des activités non intrusives, telles des suivis de la population et des activités d’intendance de l’habitat, il est possible de conclure que le présent plan de gestion n’entraînera pas d’effets négatifs significatifs.

Selon toute vraisemblance, les activités proposées pour réduire les principales menaces anthropiques sur la salamandre pourpre et son habitat amèneront un effet positif global sur toute la flore et la faune présente dans les habitats de l’espèce cible, qui est associée au milieu aquatique, mais aussi au milieu forestier riverain. On peut penser aux autres espèces d’amphibiens, aux communautés d’insectes aquatiques et de la litière forestière, aux écrevisses, ainsi qu’aux prédateurs des amphibiens (oiseaux, mammifères, rongeurs, reptiles).

L’obtention des connaissances nécessaires pour préciser la répartition et la taille des sous-populations de la salamandre pourpre facilitera vraisemblablement le suivi d’autres espèces d’amphibiens. Par exemple, la salamandre pourpre se retrouve couramment avec la salamandre à deux lignes (Eurycea bislineata), la salamandre cendrée (Plethodon cinereus), la salamandre sombre du Nord (Desmognathus fuscus) ainsi que la salamandre sombre des montagnes (piémont des Adirondacks) (Boutin, 2006). Il est à noter que la salamandre sombre de Nord se retrouve sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables au Québec. Pour sa part, la salamandre sombre des montagnes est désignée « espèce menacée » par le gouvernement du Québec. La salamandre sombre des montagnes, population des Grands Lacs et du Saint-Laurent, a également été évaluée « espèce menacée » au Canada par le COSEPAC (2007) et est inscrite à la Liste des espèces en péril (annexe 1) de la LEP. D’autres espèces en péril sont également retrouvées dans les Appalaches, par exemple la grive de Bicknell (Catharus bicknelli), le moucherolle à côtés olive (Contopus cooperi), la couleuvre tachetée (Lampropeltis triangulum), le ginseng à cinq folioles (Panax quinquefolius). Même si ces espèces occupent un habitat différent de celui de la salamandre pourpre, les efforts déployés pour assurer la conservation et la viabilité à long terme de cette espèce pourraient faciliter le rétablissement et la gestion de ces autres espèces en péril.

Haut de la page