Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifiques modifiés pour la flore de la plaine côtière de l'Atlantique au Canada - 2015 [Proposition]

 

2. RÉTABLISSEMENT

2.1 Caractère réalisable du rétablissement

Selon les critères soulignés dans les Politiques de la Loi sur les espèces en péril (Government of Canada, 2009) à chacune des 13 espèces inscrites de la FPCA, le rétablissement est considéré comme réalisable pour ces 13 espèces.

Le caractère opportun, l'efficacité et la probabilité de mettre en œuvre avec succès des mesures de rétablissement pour ces espèces sont grandement renforcés par leur présence dans des habitats et des emplacements similaires, ainsi que par le caractère commun des menaces. Des exemples montrent qu'il est possible de réduire et d'atténuer les menaces et que les techniques nécessaires existent et sont efficaces. Des partenariats officiels et officieux avec l'industrie, les scientifiques, les administrations municipales, les gouvernements fédéral et provincial, les organismes de conservation, les propriétaires fonciers et le public sont un pas en avant vers la conservation et le rétablissement à long terme des espèces de la FPCA.

Voici les quatre critères qui ont été pris en considération :

  1. Des individus de l'espèce sauvage capables de se reproduire sont disponibles maintenant ou le seront dans un avenir prévisible pour maintenir la population ou augmenter son abondance.

    Oui. Toutes les espèces montrent une certaine capacité de reproduction asexuée et sexuée, mais certaines des contraintes relatives à la reproduction sexuée ne sont pas bien comprises. On ignore s'il s'agit de contraintes génétiques ou environnementales et, par conséquent, la façon dont elles se répercutent sur le caractère réalisable du rétablissement est incertain. La capacité est suffisante pour améliorer le taux de croissance de la population et l'abondance, que ce soit par reproduction asexuée ou sexuée.

  2. Une superficie suffisante d'habitat convenable est à la disposition de l'espèce, ou pourrait être rendue disponible par des activités de gestion ou de remise en état de l'habitat

    Oui. Rien n'indique qu'un habitat convenable n'est pas disponible ou ne pourrait être rendu disponible pour les 11 espèces. Cependant, le déclin de la qualité et de l'étendue de l'habitat, en particulier pour les 7 espèces lacustres, causé par les activités anthropiques continue d'entraîner des effets négatifs sur l'habitat.

  3. Les principales menaces pesant sur l'espèce ou son habitat (y compris les menaces à l'extérieur du Canada) peuvent être évitées ou atténuées.

    Oui. Toutes les menaces actuellement connues pourraient être évitées ou atténuées. D'autres recherches sont peut-être nécessaires à la bonne compréhension des conséquences de certaines menaces et à la définition des approches de rétablissement qui seraient le plus efficaces pour éliminer ou atténuer les menaces. Par exemple, il est probablement impossible de mettre fin à l'aménagement près des rivages de lac, mais des mesures d'atténuation des menaces qui rendraient l'aménagement plus compatible avec les populations de la FPCA et leur habitat pourraient être mises en œuvre.

  4. Des techniques de rétablissement existent pour atteindre les objectifs en matière de population et de répartition, ou leur élaboration peut être prévue dans un délai raisonnable.

    Oui. Des mesures de rétablissement et de conservation sont en cours depuis le début des années 1990, et des techniques de rétablissement des espèces ont été utilisées avec succès. Plusieurs exemples indiquent que le rétablissement est réalisable sur le plan technique (voir la section 1.6).

Haut de la page

2.2 Buts du rétablissement

2.2.1 Vision

Une vision pour toutes les espèces de la FPCA et leur habitat a été élaborée pour la conservation et le rétablissement de ce très important groupe d'espèces. Étant donné que, au Canada, ces espèces ne sont présentes qu'en Nouvelle-Écosse et que, à l'échelle mondiale, certains des meilleurs habitats restants pour ces espèces se trouvent en Nouvelle-Écosse, la vision est de maintenir les populations persistantes des espèces de la FPCA et leur habitat en Nouvelle-Écosse et au Canada.

Pour atteindre ce but, il faudra adopter une perspective écosystémique pour la planification du rétablissement et la protection et le maintien des espèces de la FPCA et de leur habitat (en tenant compte du contexte général de la conservation des espèces de la FPCA qui pourraient être en péril dans le cadre de toutes les approches de rétablissement), et de prendre les mesures nécessaires pour éviter que d'autres espèces de la FPCA ne deviennent en péril.

Haut de la page

2.2.2 Buts du rétablissement

Dans le présent document, les buts du rétablissement sont présentés pour toutes les espèces de la FPCA à priorité élevée, y compris les 13 espèces inscrites, les 13 espèces non inscrites qui figurent sur la liste rouge (possiblement en péril) et les 2 espèces dont la situation est indéterminée (données insuffisantes; tableau 10).

Haut de la page

Tableau 10. Buts du rétablissement pour les espèces de la FPCA à priorité élevée.
But noNom commun de l'espèce (statut Note de bas de tableau a)But du rétablissement
1Coréopsis rose (VD)
Hydrocotyle à ombelle (M)
Sabatie de Kennedy (M)
  • Maintenir l'abondance des populations existantes à leur niveau actuel ou à un niveau supérieur dans les emplacements actuels.
  • Maintenir l'étendue et la qualité des habitats des 3 espèces.
  • Remettre en état l'habitat naturel où les espèces étaient présentes auparavant, pour y rétablir des populations.
2Baccharis à feuilles d'arroche (M)
Droséra filiforme (VD)
Lophiolie dorée (M)
Clèthre à feuilles d'aulne (P)
Éléocharide tuberculée (P)
Jonc du New Jersey (P)
Lachnanthe de Caroline (P)
Liléopsis de l'Est (P)
Scirpe de Long (P)
Potamot gracieux (V)
Amélanchier de Nantucket(Rouge - possiblement en péril)
Eupatoire douteuse (Rouge - possiblement en péril)
Iris prismatique(Rouge - possiblement en péril)
Panic des Puritains (Rouge - possiblement en péril)
Proserpinie intermédiaire (Rouge - possiblement en péril)
Proserpinie des marais(Rouge - possiblement en péril)
Rhynchospore à gros épillets (Rouge -possiblement en péril)
Saule soyeux(Rouge - possiblement en péril)
Bermudienne fauve (Rouge - possiblement en péril)
Sumac à vernis(Rouge - possiblement en péril)
Lyonie faux-troène (Rouge - possiblement en péril)
Scirpe de Torrey (Rouge - possiblement en péril)
Trichostème fourchu (Rouge - possiblement en péril)
  • Maintenir l'abondance des populations existantes à leur niveau actuel ou à un niveau supérieur dans les emplacements actuels.
  • Maintenir l'étendue et la qualité des habitats des 23 espèces.
3Élyme halophile(Situation indéterminée)
Suéda maritime (Situation indéterminée)
  • Améliorer l'information sur les 2 espèces et assurer la persistance des populations existantes, à leur niveau d'abondance actuel.

Notes de bas du tableau 10

Note a

Espèces inscrites en vertu de la LEP : en voie de disparition (VD), menacée (M), préoccupante (P). Espèces inscrites en vertu de l'ESA de la Nouvelle-Écosse : vulnérable (V). Classification de la situation générale : rouge (possiblement en péril) ou indéterminée.

Retour à la note a de bas du tableau 10

Haut de la page

Il est actuellement impossible d'établir des buts et des objectifs de rétablissement plus quantitatifs en raison d'un manque de données se rapportant à l'abondance et aux tendances des populations ainsi qu'à la répartition historique à un emplacement donné. De plus, il est important de tenir compte du fait que le potentiel de rétablissement pourrait varier en fonction de facteurs limitatifs sur le plan biologique, notamment la rareté de l'habitat convenable, la croissance lente, la répartition limitée et le faible taux de reproduction.

Les trois espèces visées par le premier but nécessitent une attention supplémentaire, car elles ont connu d'importantes pertes historiques et font face à la menace imminente de l'aménagement dans les sites connus restants. La remise en état de leur habitat est donc un des buts fixés pour ces espèces. La remise en état s'applique uniquement aux zones où on sait qu'il y a eu perte d'habitat ou aux zones où les activités d'intendance pourraient permettre la remise en état de l'habitat. D'autres espèces de la FPCA pourraient bénéficier des mesures de remise en état; cependant, ces trois espèces doivent constituer le point central de ces activités.

Les objectifs et les approches nécessaires à l'atteinte du deuxième but varieront selon l'espèce visée par ce but, principalement en fonction du nombre de menaces et de leur gravité. Pour atteindre les buts, il faudra réduire les menaces existantes dans le cas des espèces en voie de disparition ou menacées, tandis dans le cas des espèces préoccupantes (LEP), des espèces vulnérables (ESA de la Nouvelle-Écosse) et des espèces de la liste rouge, qui font face à moins de menaces, il faudra prévenir l'apparition de menaces supplémentaires pour atteindre le but.

Haut de la page

2.3 Objectifs du rétablissement

Les objectifs suivants (tableau 11) sont présentés pour toutes les espèces de la FPCA à priorité élevée du présent document; ils sont nécessaires et suffisants pour que les buts du rétablissement présentés dans le tableau 10 soient atteints. Le calendrier de chaque objectif est présenté en fonction des différentes espèces visées par les buts du rétablissement (tableau 10). Les priorités présentées dans le tableau des objectifs du rétablissement résultent du processus de caractérisation et d'établissement des priorités présenté à la section 1.4. Chaque objectif porte sur un seul concept ou une seule question, et les changements nécessaires ainsi que la situation finale ou le résultat visés sont présentés pour chacun. Les moyens nécessaires à l'atteinte des objectifs du rétablissement sont décrits dans la section portant sur les approches stratégiques du rétablissement (2.4).

2.3.1 Vision

Tableau 11. Objectifs de rétablissement et calendrier proposé pour l'atteinte de ces objectifs, pour chaque catégorie d'espèces à priorité élevée.
--Calendrier (années)Calendrier (années)Calendrier (années)
Objectif no.ObjectifEspèces inscrites de la FPCARouge (possiblement en péril)Situation indéterminée
1Protéger toutes les populations et leur habitat dans les 53 rivages de lac à priorité élevée, les 56 tourbières ombrotrophes et minérotrophes à priorité élevée, tous les rivages de lac à priorité intermédiaire, les 6 estuaires à priorité élevée et les 7 marais salés à priorité élevée.5-10>10>10
2Prévenir, éliminer et/ou réduire les menaces to qui pèsent sur les espèces et leur habitat, y compris toutes les menaces à priorité élevée qui pèsent sur les rivages de lac, les tourbières ombrotrophes et minérotrophes, et les habitats estuariens et côtiers.5-10>10-
3Obtenir l'information sur l'abondance et la répartition des populations, la disponibilité et le caractère convenable de l'habitat ainsi que les menaces.5>105
4Obtenir l'information concernant la biologie, la diversité et les besoins écologiques des populations nécessaire au soutien de la conservation et du rétablissement.5-10>10>10
5Poursuivre et/ou mettre en œuvre des activités d'intendance dans les 53 rivages de lac et les 56 tourbières ombrotrophes et minérotrophes à priorité élevée ainsi que les rivages de lac à priorité intermédiaire.5>10-
6Accroître la sensibilisation et la connaissance du public concernant l'existence de toutes les espèces à priorité élevée et de leur habitat, l'importance de les conserver et les menaces qui pèsent sur elles.55-105-10
7Définir les besoins en matière de remise en état pour le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle et la sabatie de Kennedy et déterminer les méthodes nécessaires à la mise en œuvre de la remise en état.5-10--

Haut de la page

2.4 Approches recommandées pour l'atteinte des objectifs du rétablissement

2.4.1 Planification du rétablissement

Les buts et les objectifs semblables visant les espèces à priorité élevée du présent document peuvent être abordés au moyen de trois stratégies générales interreliées : gestion, intendance et acquisition de l'information. Ces trois stratégies générales fournissent un cadre en vue de la mise en œuvre future de mesures de rétablissement particulières, aident les participants à définir leur rôle dans le processus de rétablissement et peuvent accroître l'efficacité et l'efficience des mesures de rétablissement. Les priorités présentées dans le tableau des approches du rétablissement ont été établies en fonction du processus de caractérisation et d'établissement des priorités présenté dans la section 1.4. Le tableau 12 présente un sommaire des approches recommandées et des mesures précises nécessaires à l'atteinte des objectifs de rétablissement ainsi que des menaces visées par chaque approche; l'information est organisée en fonction des trois stratégies générales. La section 2.4.2 offre une description générale de chaque stratégie générale et une analyse de son importance pour le rétablissement de la FPCA.

Haut de la page

Tableau 12. Approches recommandées pour l'atteinte des buts et objectifs du rétablissement et l'élimination des menaces, pour toutes les espèces à priorité élevée.
-Approches recommandées pour l'atteinte des objectifs du rétablissementPriorité Note de pied de tableau aObj. noMenaces visées (catégorie et menace générale) Note de pied de tableau b
Stratégie générale : Gestion

1. Protéger tout l'habitat convenable dans tous les emplacements à priorité élevée

  • Élaborer un plan complet de conservation et de protection de l'habitat et mener un recensement détaillé du régime foncier et de l'identité des propriétaires, dans le but d'appliquer les approches qui suivent.
  • Utiliser une variété d'approches afin de protéger l'habitat, y compris : des mesures juridiques (habitat essentiel selon la LEP, habitat principal selon l'ESA de la Nouvelle-Écosse, désignation des aires protégées selon la Special Places Protection Act, la Wilderness Areas Protection Act, servitudes de conservation, acquisition par des fiducies foncières non gouvernementales en conservation ou des organismes de conservation ou de protection gouvernementaux), une approche axée sur les politiques (zonage de la Gestion intégrée des ressources provinciale) ou sur l'intendance (ententes, aires de conservation administrées par la communauté).
  • Appliquer ces approches aux lacs et aux tourbières ombrotrophes et minérotrophes qui renferment un habitat essentiel désigné.
  • Appliquer ces approches aux autres lacs et tourbières ombrotrophes et minérotrophes à priorité élevée qui ne renferment pas d'habitat essentiel.
  • Déterminer les organismes gouvernementaux, les ministères, les industries et d'autres groupes particuliers qui prennent des décisions et effectuent une planification pouvant avoir des répercussions sur la FPCA, renforcer la compréhension des responsabilités légales concernant la FPCA, des initiatives de rétablissement et de conservation et de la façon dont ils pourraient participer.
  • Définir les sites de la FPCA à priorité élevée qui sont considérés comme irremplaçables et travailler en vue de leur acquisition officielle, tout en continuant d'agir de façon opportuniste pour acquérir des sites de la FPCA.
  • Travailler de concert avec les fiducies foncières et d'autres organismes de conservation non gouvernementaux en vue de définir les sites où l'acquisition officielle serait la méthode de protection privilégiée plutôt que les servitudes de conservation ou les accords d'intendance.
  • Collaborer avec le ministère de l'Environnement et du Travail de la Nouvelle-Écosse afin de définir les emplacements prioritaires en vue de la désignation d'aires protégées et d'aller de l'avant avec l'établissement d'aires protégées. s
  • Faire en sorte que les principaux sites où la FPCA est présente soient retenus comme prioritaires en vue de leur protection selon le processus de planification des aires protégées du gouvernement de la Nouvelle-Écosse, qui veut que 12 % du territoire de la province soit protégé.
  • Élaborer des cibles précises quant au nombre de sites où la FPCA à protéger est présente dans un délai précis (au moins un site à priorité élevée pour chaque lac, tourbière ombrotrophe, tourbière minérotrophe ou estuaire d'ici 2012).
Élevée1, 2, 5, 6Toutes les menaces actuelles (sauf D. 2 et F. 1)
Stratégie générale : Gestion

2. Recommander l'application des lois, règlements et politiques visant la protection des espèces et de leur habitat

  • Faire en sorte que tous les responsables provinciaux et fédéraux de l'application des lois et règlements reçoivent la formation appropriée concernant les lois et règlements sur les espèces en péril.
  • Examiner et évaluer l'efficacité des lois, des règlements et des politiques en faisant le suivi des violations et des infractions aux lois, et demander la modification des lois au besoin.
  • Sensibiliser tous les ministères et les ordres de gouvernement aux menaces pesant sur la FPCA et la façon dont leur compétence sur les lois, les règlements et les politiques pourrait avoir des répercussions sur la FPCA.
  • Renforcer l'application des lois, des règlements et des politiques liés aux espèces de la FPCA et leur habitat.
Élevée1, 2Toutes les menaces actuelles (sauf D. 2, E. 1 et F. 1)
Stratégie générale : Gestion

3. Obtenir la participation des organismes décisionnels fédéraux, provinciaux et municipaux responsables de l'utilisation des terres à la conservation et au rétablissement d'espèces et d'habitats de la FPCA et favoriser la communication accrue entre les ordres de gouvernement et entre les ministères.

  • Fournir un aperçu de la situation de la FPCA et du présent document de planification du rétablissement à tous les ministères fédéraux et provinciaux concernés et aux 12 municipalités régionales et rurales dont le territoire où des espèces inscrites de la FPCA à priorité élevée sont présentes et les informer./li>
  • Étendre le contact initial et la communication avec les planificateurs municipaux à l'égard des instruments municipaux qui peuvent être utilisés pour réduire les répercussions de la construction résidentielle et de chalets sur les espèces en péril de la FPCA.
  • Favoriser l'élaboration et la mise en œuvre d'un processus simplifié et allégé lié aux décisions, aux approbations et aux refus des compétences, notamment en ce qui concerne la délivrance de permis et licences et la mise en œuvre de règlements sur les activités anthropiques constituant des menaces pour la FPCA.
  • En plus d'établir une forme de protection ayant force obligatoire, poursuivre le travail lié au processus provincial de planification de gestion intégrée des ressources (GIR) visant à faire progresser la conservation et le rétablissement de la FPCA.
  • Continuer à soutenir et à justifier l'élargissement et la désignation d'autres aires protégées provinciales.
  • Évaluer l'efficacité des restrictions liées à l'aménagement créées en 2004, qui s'appliquent à 13 lacs à priorité élevée du bassin hydrographique de la rivière Tusket régis par le ministère de l'Environnement et du Travail de la Nouvelle-Écosse (mais mis en œuvre en collaboration entre le ministère de l'Environnement et du Travail et le MRN de la Nouvelle-Écosse et les municipalités).
Moyenne1, 2Toutes les menaces actuelles (sauf D. 2, E. 1 et F. 1)
Stratégie générale : Gestion

4. Obtenir la participation et la collaboration des propriétaires fonciers, de l'industrie, des organismes non gouvernementaux et des organismes de réglementation et travailler avec eux dans les programmes de gestion qui ciblent la réduction et l'atténuation des menaces à priorité élevée.

  • Dresser la liste des promoteurs immobiliers qui possèdent des propriétés dans les emplacements à priorité élevée et communiquer avec eux.
  • Dresser la liste de toutes les associations de propriétaires de chalet et d'utilisateurs de véhicules hors route associées aux emplacements à priorité élevée et collaborer avec elles.
  • Dresser la liste de toutes les entreprises (NS Power Incorporated, Bowater Mersey Paper Company Limited, JD Irving Limited, etc.) possédant des terres adjacentes aux emplacements à priorité élevée.
  • Recenser les associations d'éleveurs de vison et obtenir leur collaboration en ce qui a trait au ruissellement des nutriments et au contrôle de la qualité de l'eau (volontaire ou industrie).
  • Collaborer avec les parties intéressées afin de réduire et d'atténuer les menaces à priorité élevée, notamment l'utilisation de véhicules hors route, la construction de chalets et la modification des berges, les changements du niveau d'eau et la charge de nutriments.
Moyenne2, 5, 6Toutes les menaces actuelles à priorité élevée :
A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1-4, 7 et 8)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1, 2, 5 et 6)
D. Perturbations ou persécution (Menace générale 1)
Stratégie générale : Gestion

5. Accroître la sensibilisation et la connaissance du public quant aux approches de gestion visant la conservation et le rétablissement de la FPCA.

  • Inclure une explication des approches de gestion (réduction de l'utilisation de véhicules hors route, restrictions et conseils sur la construction résidentielle et de chalets, participation interministérielle, etc.) dans les documents de diffusion externe et le site Web.
  • À mesure que les aires protégées de la FPCA s'élargissent, augmenter la signalisation informative sur les lieux afin de sensibiliser davantage de gens à l'importance de la FPCA et aux efforts déployés pour la protéger.
Moyenne6A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 6)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1, 2 et 4)
C. Pollution (Menaces générales 1 à 3)
D. Perturbations ou persécution (Menaces générales 1 et 2)
E. Espèces exotiques ou envahissantes (Menace générale 1)
Stratégie générale : Gestion

6. Coordonner les mesures de rétablissement et de conservation visant la FPCA avec celles visant d'autres espèces en péril afin de faire des économies et d'assurer la mise en œuvre efficace.

  • Rencontrer les équipes de rétablissement s'occupant d'autres espèces en péril, notamment la couleuvre mince, la tortue mouchetée et le corégone de l'Atlantique; collaborer et coordonner les activités avec elles.
Moyenne1, 2, 3, 5, 6Toutes les menaces actuelles (sauf D. 2)
Stratégie générale : Gestion

7. Intégrer la conservation et le rétablissement d'espèces en péril aux outils de gestion de l'écosystème et du paysage qui ne sont pas relatifs à la conservation et au rétablissement, mais qui ont un effet sur les espèces en péril (agriculture, foresterie, planification municipale).

  • Évaluer tous les autres outils de gestion de l'écosystème et du paysage qui pourraient inclure des éléments sur les espèces en péril.
  • Effectuer une analyse de ces outils de gestion et offrir des suggestions sur la façon dont ils pourraient inclure davantage de composantes sur les espèces en péril.
  • Continuer à travailler avec les planificateurs municipaux sur les approches et les outils municipaux qui jouent un rôle dans la conservation et le rétablissement de la FPCA.
Faible1, 2, 6Toutes les menaces actuelles (sauf D. 2)
Stratégie générale : Intendance

8. Adapter les activités d'intendance aux espèces, aux habitats, aux emplacements et aux menaces à priorité élevée

  • Faire en sorte que tous les organismes participant à des activités d'intendance disposent du programme de rétablissement et plan de gestion et coordonnent leurs mesures de rétablissement avec l'Équipe de rétablissement de la FPCA.
Élevée5Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Intendance

9. Mettre en œuvre des programmes d'intendance avec les propriétaires fonciers pour les espèces et les emplacements à priorité élevée qui n'ont pas encore été ciblés.

  • Travailler avec le NSNT pour élargir ses programmes d'intendance, en particulier le premier contact avec les propriétaires fonciers, afin d'inclure tous les emplacements à priorité élevée.
  • Obtenir la participation d'autres organismes non gouvernementaux intéressés à l'intendance de la FPCA, y compris les groupes environnementaux et les organisations vouées à la conservation de la région, dont la Tusket River Environmental Protection Association (TREPA), afin d'aider à accomplir cette étape.
Élevée5A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 4)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1 et 2)
C. Pollution (Menaces générales 1 à 3)
D. Perturbations ou persécution (Menaces générales 1 et 2)
E. Espèces exotiques ou envahissantes(Menace générale 1)
Stratégie générale : Intendance

10. Poursuivre et améliorer les initiatives d'intendance existantes avec les propriétaires fonciers, y compris les programmes de communication, les accords d'intendance officiels, les servitudes de conservation et les programmes de suivi volontaire.

  • Continuer à établir des relations avec les propriétaires fonciers déjà contactés.
  • Augmenter le nombre d'accords d'intendance officiels et évaluer leur efficacité en fonction de la protection à long terme d'espèces et d'habitats.
  • Continuer à utiliser les servitudes de conservation, les désignations d'aires protégées sur les terres privées et la sécurisation de fiducie foncière pour protéger les emplacements à priorité élevée à perpétuité et coordonner/cibler les servitudes de conservation à des emplacements et à des sites qui coïncident avec la protection existante en vue d'assurer la protection d'une zone contiguë élargie d'habitat.
  • Encourager les programmes de suivi volontaire à suivre les protocoles élaborés par l'équipe de rétablissement, qui sont coordonnés avec d'autres initiatives de suivi; effectuer le suivi des composantes de la population, de l'habitat et des menaces.
Élevée1, 3, 5, 6A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 4)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1 et 2)
C. Pollution (Menaces générales 1 à 3)
D. Perturbations ou persécution (Menaces générales 1 et 2)br /> E. Espèces exotiques ou envahissantes (Menace générale 1)
Stratégie générale : Intendance

11. Examiner des idées de mesures incitatives à la conservation de terres privées, notamment les allégements fiscaux, l'élimination des obstacles fiscaux et la création d'un processus efficient qui réduit le temps et l'énergie requis du propriétaire foncier.

  • Travailler avec l'équipe de rétablissement, le NSNT , Conservation de la nature Canada, d'autres fiducies foncières et les organismes provinciaux et fédéraux concernés afin de mettre en application les recommandations du comité PLaCEs (Private Land Conservation Enhancements) concernant le renforcement de la conservation de terres privées.
  • Collaborer avec les programmes gouvernementaux existants, notamment Dons écologiques, afin d'harmoniser leurs approches avec les stratégies élaborées pour créer des mesures incitatives.
  • Promouvoir l'élargissement et l'amélioration des accords de sécurisation de terres en conservation à frais partagés que la province a conclus avec CNC et le NSNT.
  • Travailler avec CNC pour assurer que les fonds destinés à la sécurisation de terres privées en Nouvelle-Écosse ciblent les habitats et les sites prioritaires de la FPCA et encourager l'utilisation de ces fonds pour l'obtention de fonds de sécurisation de terres supplémentaires.
Élevée1A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 4)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1 et 2)
Stratégie générale : Intendance

12. Continuer de créer des initiatives d'éducation et renforcir les initiatives existantes, notamment les conférences publiques et la production et la distribution d'information sur support papier et électronique.

  • Accroître le nombre de conférences publiques et en diversifier le public cible (résidents, écoles, groupes de naturalistes, promoteurs, employés et élus municipaux, employés de la fonction publique fédérale et provinciale, autres organisations non gouvernementales).
  • Travailler avec le personnel du lieu historique et parc national Kejimkujik dans le cadre de l'élaboration de matériel pédagogique pour les visiteurs des parcs et faire en sorte que ce matériel puisse être utile à l'intérieur et à l'extérieur des limites du parc.
  • Collaborer avec des organismes non gouvernementaux et des groupes voués à la conservation en vue de l'élaboration de brochures et de signalisation supplémentaires destinées aux propriétaires de chalets et aux résidents.
  • Travailler avec le NSNT et Parcs Canada pour évaluer l'efficacité des guides de terrain de la FPCA.
  • Tenir à jour et améliorer le site Web sur la conservation et le rétablissement de la FPCA et en faire la promotion.
Moyenne5, 6Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Intendance

13. Mettre en place des initiatives d'intendance qui font participer l'industrie, d'autres organisations et les trois ordres de gouvernement.

  • Relever toutes les entreprises de développement, les associations de propriétaires de chalet, les clubs d'utilisateurs de véhicules hors route, les associations de propriétaires de visonnières, les entreprises et les industries possédant des terres immédiatement adjacentes aux emplacements à priorité élevée.
  • Travailler avec ces groupes afin de mettre en place des initiatives d'intendance qui réduisent ou atténuent les menaces à priorité élevée qui pèsent sur la FPCA.
Faible2, 5A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 4 à 9)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 3 à 6)
C. Pollution (Menaces générales 1 et 2)
D. Perturbations ou persécution (Menace générale 1)
E. Espèces exotiques ou envahissantes(Menace générale 1)
F. Catastrophes naturelles et climatiques(Menace générale 1)
Stratégie générale : Intendance

14. Établir un réseau international visant à renforcer la coopération et la coordination des initiatives de conservation et de rétablissement de la FPCA dans toute son aire de répartition.

  • Organiser et accueillir la deuxième conférence internationale sur la FPCA.
  • Officialiser et élargir les réseaux de communications déjà établis entre les chercheurs de la FPCA selon le projet et l'espèce.
Faible4, 5, 6Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

15. Élaborer des protocoles et des méthodes de dénombrement spécifiques pour les relevés, le suivi et les inventaires de chaque espèce.

  • Travailler avec le Centre de données sur la conservation du Canada Atlantique et les botanistes de l'équipe de rétablissement dans l'élaboration de protocoles pour évaluer l'abondance, mener des relevés et effectuer le suivi.
  • Restructurer et améliorer les bases de données existantes de façon à ce que tous les relevés, le suivi et les inventaires soient à jour, bien consignés et facilement accessibles.
  • Coordonner l'application de protocoles pour toutes les recherches en cours, y compris les recherches universitaires, communautaires, gouvernementales, des industries et le programme de suivi volontaire du NSNT.
Élevée3Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

16. Mener des relevés afin d'évaluer l'abondance et la répartition de la population ainsi que la disponibilité et le caractère convenable de l'habitat existant et potentiel.

  • Utiliser la nouvelle base de données de la FPCA pour déterminer les emplacements à priorité élevée qui doivent faire l'objet d'un relevé immédiat (la sélection des emplacements doit se fonder sur l'évaluation de l'Équipe de rétablissement de la FPCA concernant des facteurs comme le temps écoulé depuis le dernier relevé et les données incomplètes).
  • Faire en sorte que les données de référence appropriées sur l'abondance et la répartition de la population soient recueillies dans tous les emplacements à priorité élevée.
  • Élaborer, pour tous les emplacements à priorité élevée, des cartes de sites pour représenter les populations et les individus ainsi que l'habitat convenable.
  • Mener des relevés ciblés dans les régions constituant de l'habitat convenable pour les espèces dont la situation est indéterminée (ou données insuffisantes).
  • Mener des relevés ciblés pour les espèces à priorité élevée qui sont susceptibles d'être plus répandues qu'on ne le croit actuellement selon l'Équipe de rétablissement de la FPCA (scirpe de Long, droséra filiforme, éléocharide tuberculée, clèthre à feuilles d'aulne).
  • Mener des études ciblées le long de rivières et de ruisseaux qui sont l'affluent ou l'émissaire d'un lac à priorité élevée.
Élevée3Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

17. Faire le suivi régulier des populations et de leur habitat afin d'établir les tendances quant à leur situation

  • Appliquer des protocoles de suivi, mettre en œuvre un calendrier de suivi régulier pour tous les emplacements à priorité élevée et vérifier qu'un programme de suivi à long terme est en place.
  • Coordonner les activités avec celles des programmes de suivi volontaire et les recherches universitaires, gouvernementales et de l'industrie.
Élevée3, 5Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

18. Faire le suivi des menaces pesant sur les populations et les habitats et évaluer les mesures d'atténuation et de réduction.

  • Vérifier qu'il existe une base de données de référence appropriée sur les menaces pour tous les emplacements à priorité élevée.
  • Coordonner le suivi des menaces avec celui des populations et des habitats afin d'accroître l'efficacité.
Élevée3Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

19. Effectuer les recherches biologiques et écologiques nécessaires pour combler les lacunes dans les connaissances

  • Examiner le rôle de la reproduction sexuée et asexuée pour la viabilité des populations des espèces.
  • Évaluer la pollinisation et la façon dont son absence pourrait restreindre la survie et la croissance des espèces et déterminer les besoins en matière d'habitat des pollinisateurs.
  • Établir l'importance des processus à l'échelle du bassin hydrographique relativement à la dispersion des graines.
  • Étudier la diversité génétique, particulièrement les différences entre les populations des États-Unis et de Nouvelle-Écosse.
Moyenne4Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

20. Effectuer des relevés et des recherches afin d'examiner le rôle des principaux processus et facteurs écologiques en ce qui a trait à la caractérisation de l'habitat.

  • Évaluer les processus et les facteurs écologiques tels que les régimes naturels de perturbation, la pollinisation, la dispersion des graines et les effets cumulatifs des menaces afin de déterminer leurs répercussions sur la façon dont l'habitat est caractérisé.
Moyenne1,3,4Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

21. Évaluer les méthodes de remise en état de l'habitat et déterminer les sites propices à leur mise en œuvre.

  • Évaluer les méthodes possibles de remise en état de l'habitat, en particulier pour le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle et la sabatie de Kennedy.
Moyenne7A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 4)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1 et 2)
C. Pollution (Menaces générales 1 à 3)
D. Perturbations ou persécution (Menaces générales 1 et 2)
E. Espèces exotiques ou envahissantes(Menace générale 1)
Stratégie générale : Acquisition d'information

22. Travailler avec la collectivité mi'kmaq afin de définir leurs connaissances traditionnelles écologiques (CTE) pertinentes pour la conservation et le rétablissement.

  • Harmoniser les occasions de communication et de participation pour la collectivité mi'kmaq avec d'autres initiatives sur les espèces en péril dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse (couleuvre mince et tortue mouchetée).
  • Offrir à la collectivité mi'kmaq la possibilité de nommer un représentant pour faire partie de l'Équipe de rétablissement de la FPCA.
Moyenne4, 5A. Perte ou dégradation de l'habitat (Menaces générales 1 à 4)
B. Changements dans la dynamique écologique ou les processus naturels (Menaces générales 1 et 2)
C. Pollution (Menaces générales 1 à 3)
D. Perturbations ou persécution (Menaces générales 1 et 2)
E. Espèces exotiques ou envahissantes(Menace générale 1)
Stratégie générale : Acquisition d'information

23. Coordonner les études scientifiques et les approches de rétablissement, et favoriser la collaboration.

  • Faire en sorte que les universitaires disposent du présent programme de rétablissement et plan de gestion et sont informés des approches et des étapes à priorité élevée définies.
  • Travailler avec d'autres organismes axés sur la recherche, comme le Mersey Tobeatic Research Institute (MTRI), de façon à ce que les activités soient coordonnées et que l'utilisation efficace des ressources soit facilitée.
  • Comme dans le cas de l'approche et des étapes de gestion mentionnées ci-dessus : faire connaître les initiatives de rétablissement aux équipes de rétablissement d'autres espèces en péril et coordonner les activités.
Moyenne3, 4Toutes les menaces actuelles
Stratégie générale : Acquisition d'information

24. Concevoir des outils pour soutenir la planification contingentielle.

  • Élaborer un plan de contingence permettant d'adapter les étapes de conservation et de rétablissement et de modifier les priorités à mesure que de nouveaux renseignements sont accessibles, que les menaces prioritaires changent ou que de nouvelles menaces apparaissent.
  • Évaluer et mettre à l'essai les techniques de multiplication comme un outil potentiel en vue du rétablissement.
  • Mettre sur pied une banque de gènes et une réserve de semences.
Faible4Toutes les menaces actuelles

Notes de bas du tableau 12

Note a

La priorité correspond à : élevée = urgente, intermédiaire = nécessaire, faible = bénéfique

Retour à la note a de bas du tableau 12

Note b

Consulter le tableau 8 pour la signification des codes de menaces alphanumériques.

Retour à la note b de bas du tableau 12

Haut de la page

2.4.2 Commentaires à l'appui du tableau de planification du rétablissement

Les priorités sont établies pour toutes les approches de rétablissement exposées au tableau 12, mais il est important de reconnaître le besoin de souplesse dans la mise en œuvre du présent document. À mesure que de nouveaux renseignements surgissent ou que les menaces changent, il est important de pouvoir répondre à ces situations en adaptant et en modifiant les priorités en conséquence.

Stratégie générale : Gestion

Comme stratégie générale, la gestion offre plusieurs outils qui ont une incidence sur le rétablissement, y compris : les lois, la prise de décisions, la coordination, la planification, les politiques, les programmes et les aires protégées. Il importe que les espèces et les habitats de la FPCA reçoivent une attention et une priorité immédiates au cours de la planification de la gestion générale et de la prise de décisions. Il est nécessaire d'entreprendre les activités de gestion de façon opportune, en ciblant les priorités exposées dans le document, en se fondant sur des renseignements solides, en étant adaptables et en les évaluant fréquemment. Une approche qui n'intégrerait pas ces aspects risquerait de causer le gaspillage de ressources précieuses et pourrait avoir des répercussions négatives pour ces espèces.

La protection de l'habitat constitue la priorité de gestion définie au tableau 12 la plus urgente. Elle ne sera réalisée que par l'élaboration puis la mise en œuvre d'un plan détaillé de conservation et de protection de l'habitat. Un examen de tous les régimes fonciers aux emplacements à priorité élevée serait nécessaire afin de déterminer les meilleures approches à appliquer pour la protection de l'habitat (considérations juridiques, politiques, zonage, intendance, acquisition, etc.) à chaque emplacement. De nombreuses approches et étapes précises subséquentes qui sont soulignées dans la stratégie générale de gestion dépendront de l'élaboration du plan de conservation et de protection de l'habitat.

Stratégie générale : Intendance

L'intendance représente une importante stratégie générale en vue du rétablissement, car elle renforce la capacité locale en conservation. Elle regroupe un assortiment d'approches moins officielles, souvent volontaires, associées à l'attention et à la responsabilité relativement aux espèces et aux habitats; elle peut comprendre un éventail d'approches de conservation. Il serait nécessaire d'encourager les citoyens, les organismes non gouvernementaux, les industries et les gouvernements à mener des activités d'intendance en vue du rétablissement de la FPCA. La communication et la sensibilisation efficaces représentent des composantes intégrales du présent document, car elles font la promotion des initiatives d'intendance et les soutiennent.

Même si la gestion et l'intendance sont définies comme deux stratégies générales distinctes, les approches et mesures spécifiques des deux stratégies se recoupent et s'assimilent dans plusieurs cas, ce qui renforce l'importance d'adopter des approches et des étapes multiples dans le cadre des initiatives de rétablissement. Plusieurs priorités d'intendance urgentes sont définies au tableau 12, dont une qui revêt une importance fondamentale et vise l'harmonisation des activités d'intendance avec les priorités définies dans le présent document. En raison de la proportion élevée de terres privées en Nouvelle-Écosse, les initiatives d'intendance qui font participer les propriétaires fonciers sont considérées comme essentielles. La stratégie comprend des étapes précises, notamment le premier contact avec les propriétaires fonciers et l'établissement de relations avec eux, l'élaboration d'accords d'intendance officiels, la réalisation d'un programme de suivi volontaire, la promotion et la conclusion de servitudes de conservation et la création de mesures incitatives en vue de la conservation de terres privées.

Stratégie générale : Acquisition d'information

Des renseignements pertinents fiables, tirés de recherches scientifiques, des connaissances traditionnelles écologiques (CTE) et d'autres sources culturelles et non scientifiques, devraient constituer la base de tout document de planification du rétablissement. La base d'information existante sur la FPCA est suffisante pour définir un grand nombre d'approches de rétablissement stratégiques nécessaires. Toutefois, des lacunes dans les connaissances demeurent (section 1,7); par conséquent, l'acquisition continue d'information est essentielle. De plus, les renseignements tirés du suivi et des relevés continus sont cruciaux en vue de l'évaluation de la situation et des tendances quant aux espèces, aux habitats et aux menaces.

Haut de la page

2.5 Mesure du rendement

La finalité de l'établissement de mesures de rendement consiste à déterminer si les approches de rétablissement utilisées ont un effet positif ou bénéfique. Dans le cadre du document de planification du rétablissement, il serait de mise d'adopter une approche de gestion adaptative permettant l'intégration régulière des nouvelles données au document. Les mesures de rendement offrent un moyen d'évaluer si les objectifs du rétablissement sont atteints, de signaler les progrès et d'orienter leur amélioration. Les évaluations futures du présent document de planification du rétablissement se fonderont sur les mesures de rendement présentées au tableau 13.

Tableau 13. Mesures de rendement liées à chacun des objectifs du rétablissement.
Objectif noObjectifMesure du rendement
1Protéger toutes les populations et leur habitat dans les 53 rivages de lacs à priorité élevée, les 56 tourbières ombrotrophes et minérotrophes à priorité élevée, les rivages de lacs à priorité intermédiaire, les 6 estuaires à priorité élevée et les 7 marais salés à priorité élevée.
  • Nombre de sites protégés
  • Aucune perte de populations ou réduction de la répartition
2Prévenir, éliminer et/ou réduire les menaces qui pèsent sur les espèces et leur habitat, y compris toutes les menaces à priorité élevée qui pèsent sur les rivages de lac, les tourbières ombrotrophes et minérotrophes et les habitats estuariens et côtiers.
  • Réduction du nombre d'occurrences de menaces
  • Réduction de la gravité ou des répercussions des menaces
3Établir et mettre à jour l'information sur l'abondance et la répartition des populations, la disponibilité et le caractère convenable de l'habitat ainsi que les menaces
  • Base de données créée et mise à jour avec les données sur l'abondance et la répartition de la population, et l'état de l'habitat
  • Protocoles de suivi élaborés et programmes de suivi régulier en place
4Obtenir l'information concernant la biologie, la diversité et les besoins écologiques des populations nécessaire au soutien de la conservation et du rétablissement.
  • Composantes importantes sur les connaissances en biologie et en écologie nécessaires pour comprendre la conservation et le rétablissement
5Poursuivre et/ou mettre en œuvre des activités d'intendance dans les 53 rivages de lacs et les 56 tourbières ombrotrophes et minérotrophes à priorité élevée ainsi que les rivages de lacs à priorité intermédiaire.
  • Accords d'intendance en place pour tous les emplacements et les espèces à priorité élevée
  • Nombre de sites protégés au moyen d'accords d'intendance avec les propriétaires fonciers
  • Nombre de personnes et de groupes qui participent à l'intendance
6Accroître la sensibilisation et la connaissance du public concernant l'existence de toutes les espèces à priorité élevée et de leur habitat, l'importance de les conserver et les menaces qui pèsent sur elles.
  • Tous les propriétaires fonciers ont été sensibilisés à la conservation et au rétablissement de la FPCA
  • Tous les participants ont été recensés et une base de données de personnes-ressources a été mise sur pied et est tenue à jour.
  • Tous les participants concernés reçoivent des documents d'information et de sensibilisation
7Définir les besoins en matière de remise en état pour le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle et la sabatie de Kennedy et déterminer les méthodes nécessaires à la mise en oeuvre de la remise en état.
  • Plan de remise en état et échéances précisée
  • Nombre de sites, pour chaque espèce, où la remise en état a été réussie

Haut de la page

2.6 Habitat essentiel

L'habitat essentiel est défini au paragraphe 2(1) de la Loi sur les espèces en péril comme étant « l'habitat nécessaire à la survie ou au rétablissement d'une espèce sauvage inscrite, qui est désigné comme tel dans un programme de rétablissement ou un plan d'action élaboré à l'égard de l'espèce ».

Dans le présent document plurispécifique de planification du rétablissement, l'habitat essentiel est abordé pour les cinq espèces inscrites en vertu de la LEP : le coréopsis rose (Coreopsis rosea) et le droséra filiforme (Drosera filiformis), espèces en voie de disparition, ainsi que l'hydrocotyle à ombelle (Hydrocotyle umbellata), la lophiolie dorée (Lophiola aurea) et la sabatie de Kennedy (Sabatia kennedyana), espèces menacées. Ces 5 espèces sont présentes dans les habitats de tourbière ombrotrophe et minérotrophe, de rivages de lacs ou de rivières (tableau 7).

L'habitat essentiel ne s'applique pas dans le cas des espèces « préoccupantes » ou des espèces qui sont uniquement protégées par l'ESA de la Nouvelle-Écosse; l'habitat essentiel n'est donc pas désigné pour l'éléocharide tuberculée, le jonc du New Jersey, la lachnanthe de Caroline, le liléopsis de l'Est, la clèthre à feuilles d'aulne, le baccharis à feuilles d'arroche, le potamot gracieux et le scirpe de Long. Cependant, la gestion et la protection de l'habitat demeurent un élément essentiel à la conservation à long terme de ces espèces et, par conséquent, leur habitat est décrit de façon détaillée dans la section 1.5 (tableau 4), et les emplacements où ces espèces sont présentes sont consignés et classés en ordre de priorité à la section 1.5.

Dans le présent programme de rétablissement modifié, l'habitat essentiel est entièrement désigné pour les 5 espèces de la FPCA qui sont en voie de disparition ou menacées, sur la base de la meilleure information accessible. Un résumé de l'approche et de la justification utilisée pour la désignation de l'habitat essentiel se trouve ci-dessous, suivi de la désignation de l'habitat essentiel pour chacune des 5 espèces. Le programme de rétablissement de 2010 comprenait un calendrier des études (section 2.6.4), et le tableau 23 du présent document fait état des activités qui ont déjà été réalisées.

Haut de la page

2.6.1 Approche et justification relatives à la désignation de l'habitat essentiel des espèces

Pour les 5 espèces, l'habitat essentiel sera évalué à diverses échelles spatiales (tableau 14). L'échelle « emplacement » (totalité d'un lac, d'une rivière ou de tourbière ombrotrophe ou minérotrophe) est utilisée pour faciliter la désignation de l'habitat essentiel, mais ne sert pas à la désignation en tant que telle. L'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site (occurrence précise dans un emplacement) et de l'individu (endroit où une plante pousse). Cette approche à échelles multiples est utile et nécessaire pour faire en sorte que tous les besoins écologiques et biologiques en matière d'habitat sont pris en considération et que tous les outils de gestion nécessaires à la protection de l'habitat sont évalués. Ces échelles sont interreliées, mais une évaluation des trois offre l'approche la plus complète pour déterminer l'habitat essentiel. Le tableau 14 donne une description de chaque échelle et indique l'importance de chacune sur les plans de l'écologie et de la gestion. En outre, une explication plus détaillée de chaque échelle est fournie après le tableau. Il n'y a pas d'échelle de temps particulière devant être abordée en matière d'habitat essentiel pour ces espèces de la FPCA.

Haut de la page

Tableau 14. Échelles évaluées pour la désignation de l'habitat essentiel, avec explication de l'importance de l'échelle du point de vue de l'écologie et de la gestion.
Échelle (Description)Importance de l'échelle : Perspective écologiqueImportance de l'échelle : Perspective de gestion
Emplacement
(lac, tourbière ombrotrophe ou minérotrophe ou rivière)
  • Unité fonctionnelle écologique
  • Modification de l'hydrologie (qualité et intégrité) pouvant avoir des répercussions sur l'habitat à l'échelle du site et de l'individu
  • L'habitat essentiel n'est PAS désigné à cette échelle
  • Les activités à cette échelle entraînent des répercussions sur l'habitat à l'échelle du site et de l'individu (p. ex. eutrophisation, drainage de lacs ou de tourbières ombrotrophes ou minérotrophes, stabilisation des niveaux d'eau)
  • Unité géographique facilement identifiable (noms et limites déjà établis)
  • • Possibilité d'arrêter des décisions en matière de gestion, sans égard à l'état de l'information sur l'habitat à l'échelle du site et de l'individu
Site
(occurrence précise dans un emplacement)
  • Dans un emplacement, aires essentielles où les caractéristiques spécifiques de l'habitat de l'espèce sont présentes
  • Habitat convenable pouvant être défini en fonction des caractéristiques spécifiques de l'habitat de l'espèce
  • L'habitat essentiel est désigné à cette échelle
  • La majorité des activités entraînent des répercussions sur l'habitat à l'échelle du site et de l'individu
  • Descriptions détaillées de l'habitat permettant l'identification d'aires où l'habitat existe, ce qui facilite les décisions de gestion actuelles fondées sur une visite de site et la future cartographie des aires
Individu
(endroit où une plante pousse)
  • Échelle de l'habitat où les individus sont présents (la plus fondamentale)
  • Présence possible d'individus dans des aires ne correspondant pas à la description des caractéristiques de l'habitat à l'échelle du site
  • L'habitat essentiel est désigné à cette échelle
  • La majorité des activités entraînent des répercussions sur l'habitat à l'échelle de l'individu et du site
  • Échelle essentielle pour les décisions de gestion lorsque l'habitat essentiel (c.-à-d. caractéristiques de l'habitat) n'est pas décrit à l'échelle du site
  • Décisions de gestion doivent être prises pour toutes les aires où l'espèce est présente ou l'a été

Haut de la page

Le tableau 15 présente un résumé du nombre d'emplacements pour chaque espèce et indique si de l'habitat essentiel est désigné pour les espèces dans le présent document de planification du rétablissement. À mesure que de nouveaux renseignements seront disponibles ou que de nouvelles aires occupées seront découvertes (à l'échelle du site, de l'individu ou des deux), la désignation de l'habitat essentiel sera modifiée dans un plan d'action subséquent ou dans un programme de rétablissement et plan de gestion mis à jour.

Tableau 15. Pour chaque espèce, nombre total de lacs, de tourbières et de rivages de rivière où de l'habitat essentiel sera désigné à chaque échelle.
-Habitat essentiel désignéHabitat essentiel désignéHabitat essentiel désignéHabitat essentiel désignéHabitat essentiel désigné
Échelle (Description)Coréopsis roseDroséra filiformeHydrocotyle à ombelleLophiolie doréeSabatie de Kennedy
Nbre d'emplacements
(Lac, tourbière ou rivière)
8 lacs5 tourbières3 lacs8 lacs et 3 tourbières11 lacs et 1 rivière
Site
(Occurrence précise dans un emplacement)
ouiouiouiouioui
Individu
(Endroit où une plante pousse)
ouiouiouiouioui

Haut de la page

Échelle de l'emplacement

Pour les cinq espèces, l'habitat essentiel ne sera pas désigné à l'échelle de l'emplacement. Toutefois, il est important de tenir compte de cette échelle et de l'évaluer, parce qu'il s'agit d'une unité écologique englobant les caractéristiques spécifiques de l'habitat de l'espèce, lesquelles sont nécessaires à sa survie et à son rétablissement, et parce que des activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel peuvent se produire à cette échelle. Pour chaque emplacement, le carré de référence de l'atlas de la Nouvelle-Écosse (Province of NS, 2011) est indiqué, pour que la région géographique correspondante puisse être déterminée.

Trois espèces, soit le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle et la sabatie de Kennedy, poussent sur les rivages des lacs, le droséra filiforme est une espèce des tourbières ombrotrophes et minérotrophes, et la lophiolie dorée est présente sur les rivages des lacs et dans les tourbières ombrotrophes et minérotrophes. La sabatie de Kennedy est la seule espèce pour laquelle de l'habitat essentiel sera désigné sur des rivages de rivières.

Échelle du site

De l'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site pour les cinq espèces inscrites comme étant « en voie de disparition » ou « menacées » aux termes de la loi fédérale : coréopsis rose, hydrocotyle à ombelle, sabatie de Kennedy, droséra filiforme et lophiolie dorée (Tableau 15). Cette échelle correspond aux zones des rivages, des lacs, des rivières ou des tourbières ombrotrophes et minérotrophes où les principales caractéristiques de l'habitat nécessaires à une espèce sont présentes. Ces sites sont nécessaires à la survie et au rétablissement des espèces.

L'habitat essentiel à l'échelle du site se définit comme toute aire où les caractéristiques clés de l'habitat spécifique d'une espèce sont présentes, y compris la zone d'occurrence (habitat occupé et inoccupé) à l'intérieur d'un emplacement donné. Ces caractéristiques spécifiques de l'habitat d'une espèce sont des éléments ou des attributs de l'habitat (inclinaison et largeur des rivages, position sur le rivage, composition du substrat et qualité du sol) nécessaires à la survie et au rétablissement de l'espèce et sur lesquels il existe quantité de données et de mentions dans la littérature. Toutes les caractéristiques spécifiques de l'habitat d'une espèce ne doivent pas nécessairement être présentes pour qu'un site soit considéré comme étant de l'habitat essentiel. La désignation d'habitat occupé ou inoccupé à l'échelle du site permet de maintenir les populations existantes aux niveaux actuels et de favoriser la croissance des populations.

À quelques exceptions près, aucune carte détaillée à l'échelle du site n'a été produite pour les emplacements où de l'habitat essentiel est désigné. Cependant, la désignation d'habitat essentiel à l'échelle du site fondée sur les caractéristiques spécifiques de l'habitat établies est considérée comme une approche valide et nécessaire à la désignation d'habitat essentiel, car elle constitue un fondement pour la protection et la gestion de l'habitat. Les caractéristiques de l'habitat à l'échelle de l'emplacement et du site (tableaux 17 à 22) fournissent l'information nécessaire pour pouvoir déterminer, au moment de la visite d'un site, si une activité proposée aura des impacts sur l'habitat essentiel.

Échelle de l'individu

À l'échelle de l'individu, l'habitat essentiel a été entièrement désigné pour les 5 espèces; cette désignation vise l'habitat à l'échelle la plus fondamentale, soit l'endroit où une plante pousse.

L'habitat essentiel à l'échelle de l'individu est défini comme étant l'aire occupée par l'individu, ainsi que de la zone avoisinante ayant les mêmes caractéristiques clés de l'habitat que l'aire occupée. Cet habitat essentiel comprend les zones occupées par des individus et ne correspondant pas aux descriptions d'habitat à l'échelle du site fournies dans les tableaux par espèce 17 à 22. Pour les cinq espèces, l'habitat essentiel à l'échelle de l'individu ne se rapporte qu'aux zones où des individus sont présents, mais qui ne correspondent pas aux descriptions de l'habitat à l'échelle du site. Cette définition de l'habitat essentiel à l'échelle de l'individu représente la quantité minimale d'habitat adéquat nécessaire pour assurer la persistance de l'espèce dans le milieu où elle pousse.

Haut de la page

2.6.2 Désignation de l'habitat essentiel des espèces

2.6.2.1 Emplacements où de l'habitat essentiel est désigné

Les 5 espèces inscrites comme étant « en voie de disparition » ou « menacées » aux termes de la loi fédérale ont été observées sur les rivages de 25 lacs et d'une rivière ainsi que dans 8 tourbières ombrotrophes et minérotrophes, où l'habitat essentiel a été désigné à l'échelle du site et à l'échelle de l'individu. Les lacs, les tourbières et la rivière où de l'habitat essentiel a été désigné sont énumérés dans le tableau 16; voir la figure 3 pour connaître l'emplacement des bassins hydrographiques correspondants.

Tableau 16. Emplacements (lacs, rivière et tourbières ombrotrophes et minérotrophes) où de l'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site et de l'individu.
Bassin hydrographiqueEmplacementCarré de référence de l'atlas de la N.-É. (2001)Coréopsis roseDroséra filiformeHydrocotyle à ombelleLophiolie doréeSabatie de Kennedy
TusketLac Wilsons82W2--
TusketLac Gillfillan82W1---
TusketLac Bennetts82V2---
TusketLac Agard81Z2---
TusketLac Salmon81Z3----
TusketLac Sloans82V1----
TusketLac Pleasant81Z3----
TusketLac Raynards82V2----
MerseyLac Kejimkujik72X3----
TusketLac Springhaven Duck82W2----
TusketLac de l'Ecole82W2----
TusketLac Pearl77W5----
TusketLac Travis77W4----
 TusketLac Kegeshook82X1----
TusketLac Third82W1----
TusketLac Fanning77V5----
TusketRivière Tusket82W1----
RosewayTourbière Quinns Meadow87V2----
RosewayTourbière Port La Tour87V5----
RosewayTourbière du chemin Swains86Z4----
RosewayTourbière Villagedale86Z5----
RosewayTourbière West Baccaro89V1----
MedwayLac Molega73W3----
MedwayLac Beartrap73V4----
MedwayLac Hog73V3----
MedwayLac Ponhook73V4----
MedwayPetit Lac Ponhook73W4----
MedwayLac Shingle73W2----
LahaveLac Seven Mile73X1----
PetitLac Fancy73Z4----
MerseyTourbière Dunraven78Y4----
Little RiverTourbière du lac Moores70Y2----
Little RiverTourbière Tiddville70Y2----
Nbre total d'emplacements29 lacs-802811
Nbre total d'emplacements8 tourbières-05030
Nbre total d'emplacements1 rivières-00001

Haut de la page

2.6.2.2 Désignation d'habitat essentiel à l'échelle du site et de l'individu pour chaque espèce

De l'habitat essentiel a été désigné à l'échelle du site pour les 5 espèces inscrites comme étant « en voie de disparition » ou « menacées ». Dans le cas des 3 espèces de rivage de lac, pour chaque lac qui constitue un emplacement, l'habitat essentiel est désigné comme étant toutes les parties de rivage où les caractéristiques clés de l'habitat décrites pour chaque espèce dans les tableaux 17 à 21 sont présentes, y compris l'habitat occupé et l'habitat inoccupé. L'habitat inoccupé est important pour le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle et la sabatie de Kennedy, car le régime naturel de perturbation, en particulier l'érosion par les glaces, peut déloger des morceaux de substrat ou de matière végétale (y compris des graines, des cultivars et des parties des plants pouvant être dispersées et se propager par voie végétative), qui peuvent être transportés vers d'autres sites du lac. Dans le cas de la sabatie de Kennedy, de l'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site pour un site en bordure de la rivière Tusket; ce site présente les mêmes caractéristiques clés que celles décrites pour l'habitat essentiel à l'échelle des sites de rivage de lac (tableau 19).

Dans le cas du droséra filiforme (espèce en voie de disparition), l'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site. Il y a 5 emplacements de tourbière ombrotrophes et minérotrophes présentés dans le tableau 16 qui contiennent des sites où de l'habitat essentiel est désigné pour le droséra filiforme. À l'échelle du site, l'habitat essentiel est désigné comme étant toute partie d'une tourbière où les caractéristiques clés de l'habitat décrites dans le tableau 20 sont présentes, y compris l'habitat occupé et l'habitat inoccupé.

Dans le cas de la lophiolie dorée (espèce menacée), l'habitat essentiel est désigné à l'échelle du site. Il y a 3 emplacements de tourbières ombrotrophes et minérotrophes présentés dans le tableau 16 qui contiennent des sites où de l'habitat essentiel est désigné pour la lophiolie dorée. À l'échelle du site, l'habitat essentiel est désigné comme étant toute partie de rivage de lac ou de tourbière où les caractéristiques clés de l'habitat décrites dans les tableaux 21 et 22 sont présentes, y compris l'habitat occupé et l'habitat inoccupé.

Pour le coréopsis rose, l'hydrocotyle à ombelle, la lachnanthe de Caroline et la sabatie de Kennedy, de l'habitat essentiel est désigné à l'échelle de l'individu sur les rivages des lacs occupés par les plantes et dans l'habitat environnant où les mêmes caractéristiques clés de l'habitat sont présentes. Cet habitat essentiel correspond aux endroits où des individus sont présents; il ne s'étend pas à tout l'habitat à l'échelle du site décrit dans les tableaux par espèce 17 à 22.

Pour le droséra filiforme (espèce en voie de disparition) et la lophiolie dorée (espèce menacée), de l'habitat essentiel est désigné à l'échelle de l'individu comme étant les zones de tourbière ombrotrophe et minérotrophe occupées par des individus de l'espèce et comprend l'habitat immédiat environnant où les caractéristiques biologiques clés de l'habitat sont les mêmes que dans l'habitat où les individus poussent.

Le programme de rétablissement de 2010 renfermait un calendrier des études nécessaires pour achever la désignation de l'habitat essentiel du droséra filiforme, de la lophiolie dorée et de la sabatie de Kennedy. Ces activités ont été réalisées, et l'habitat essentiel est entièrement désigné pour chacune de ces trois espèces dans le présent programme de rétablissement modifié.

Haut de la page

Tableau 17. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour le coréopsis rose.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Inclinaison et largeur du rivageFaible dénivelé, pente douce; large.
Position sur le rivageAires qui se trouvent sous la zone arbustive et sont souvent inondées et où l'exposition aux perturbations est la plus grande.
Composition du substratSubstrat de sable, de gravier ou de galets; associé aux sédiments glaciaires de till rouge (composés de sable ou de gravier fins et ayant tendance à être saturés d'eau et pauvres en nutriments).
Qualité du solPauvre en nutriments.
Perturbations naturellesFluctuations naturelles du niveau de l'eau, érosion par les glaces, action des vagues.
Autres espèces associéesPlatanthère jaune (Platanthera flava), verge d'or de Caroline (Euthamia caroliniana), marisque inerme (Cladium mariscoides), Xyris caroliniana, panic pubescent (Panicum rigidulum var. pubescens), duliche roseau (Dulichium arundinaceum), gratiole dorée (Gratiola aurea), lycopode apprimé (Lycopodiella appressa).

Notes de bas du tableau 17

Note a

D'après Maher et coll., 1978; Isnor, 1981; Keddy et Keddy, 1983a; Keddy, 1985a; Keddy et Wisheu, 1989; Pronych et Wilson, 1993; Wisheu et Keddy, 1994; Newell, 1998a; Roland et Zinck, 1998.

Retour à la note a de bas du tableau 17

Haut de la page

Tableau 18. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour l'hydrocotyle à ombelle.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Inclinaison et largeur du rivageFaible dénivelé, pente douce; large.
Position sur le rivageBande étroite au-dessus ou au-dessous de la limite de l'eau (là où le niveau de l'eau fluctue).
Composition du substratSubstrat sablonneux ou gravier fin.
Qualité du solAcide; pauvre en nutriments.
Perturbations naturellesFluctuations naturelles du niveau de l'eau.
Autres espèces associéesÉriocaulon aquatique (Eriocaulon septangulare), panic pubescent (Panicum rigidulum var. pubescens), aulne tendre (Alnus serrulata), utriculaire rayonnante (Utricularia radiata), glycérie boréale (Glyceria borealis), carex lenticulaire (Carex lenticularis), verge d'or de Caroline (Euthamia caroliniana), gratiole dorée (Gratiola aurea), jonc filiforme (Juncus filiformis), sabatie de Kennedy (Sabatia kennedyana), xyris difforme (Xyris difformis), millepertuis elliptique (Hypericum ellipticum), violette lancéolée (Viola lanceolata), renoncule flammette (Ranunculus flammula), faux-nymphéa à feuilles cordées (Nymphoides cordata), utriculaire à feuilles subulées (Utricularia subulata).

Notes de bas du tableau 18

Note a

D'après Keddy, 1985a; Wilson, 1984; Keddy et Wisheu, 1989; Wisheu et Keddy, 1989a; Wisheu et Keddy, 1989b; Newell, 1998b; Roland et Zinck, 1998; Vasseur et coll., 2002; Vasseur, 2005.

Retour à la note a de bas du tableau 18

Haut de la page

Tableau 19. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour la sabatie de Kennedy.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Inclinaison et largeur du rivageFaible dénivelé, pente douce; large.
Position sur le rivageAires qui se trouvent sous la zone arbustive et sont souvent inondées et où l'exposition aux perturbations est la plus grande.
Composition du substratSubstrat de sable, de gravier ou de galets; associé aux sédiments glaciaires de till rouge (composés de sable ou de gravier fin et ayant tendance à être saturés d'eau et pauvres en nutriments).
Qualité du solPauvre en nutriments.
Perturbations naturellesFluctuations naturelles du niveau de l'eau, érosion par les glaces, action des vagues.
Autres espèces associéesPlatanthère jaune (Platanthera flava), verge d'or à feuilles de graminée (Euthamia graminifolia), marisque inerme (Cladium mariscoides), gratiole dorée (Gratiola aurea),utriculaire à feuilles subulées (Utricularia subulata), duliche roseau (Dulichium arundinaceum), lycopode apprimé (Lycopodiella appressa), verge d'or de Caroline(Euthamia caroliniana), xyris difforme (Xyris difformis).

Notes de bas du tableau 19

Note a

D'après Keddy et Keddy, 1983b; Keddy, 1985a; Keddy et Wisheu, 1989; Wisheu et Keddy, 1989a; Wisheu et Keddy, 1989b; Wisheu et Keddy, 1994; Newell, 1998d.

Retour à la note a de bas du tableau 19

Haut de la page

Tableau 20. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour le droséra filiforme.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Type de tourbièreTourbière ombrotrophe maritime élevée présentant une microtopographie buttes-dépressions.
Position dans la tourbièreDépressions humides tourbeuses et superficies exposées de substrat tourbeux.
Composition du substratSphaignes mal drainées et peu humidifiées recouvrant une importante couche de tourbe.
Qualité du solTrès infertile, pH de 3,1 à 3,5.
Perturbations naturellesFluctuations naturelles du niveau de l'eau.
Autres espèces associéesSphaigne délicate (Sphagnum tenellum), sphaigne rougeâtre (Sphagnum rubellum), trichophore cespiteux (Scirpus caespitosus), rhynchospore blanc (Rhynchospora alba), carex maigre (Carex exilis), Cladina mitis, C. terraenovae, cladonie corne-de-cerf (Cladonia cervicornis), hépatiques,aronie à feuilles de prunier (Photinia floribunda), gaylussaquier à fruits bacciformes (Gaylussacia baccata), gaylussaquier de Bigelow (Gaylussacia bigeloviana), kalmia à feuilles étroites (Kalmia angustifolia).

Notes de bas du tableau 20

Note a

D'après Zinck, 1991; Freedman et coll., 1992; Freedman et Jotcham, 2001; Landry et Cwynar, 2005.

Retour à la note a de bas du tableau 20

Haut de la page

Tableau 21. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour la lophiolie dorée, dans le cas des rivages de lac.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Inclinaison et largeur du rivagePente douce; rivages généralement d'une largeur supérieure à 2 m.
Position sur le rivagePartie médiane du rivage exposé de façon saisonnière, souvent dans un substrat humide principalement composé de tourbe, parmi des graminoïdes et/ou des éricacées arbustives; partie supérieure du rivage exposé de façon saisonnière, souvent dans un substrat humide principalement composé de tourbe, parmi des graminoïdes et/ou le myrique baumier (Myrica gale).
Composition du substratSubstrat humide principalement composé de tourbe ou (le plus souvent) mince couche de substrat principalement composé de tourbe recouvrant et/ou entourant un substrat minéral grossier, notamment du gravier, des galets, des roches, des blocs rocheux et des affleurements rocheux.
Qualité du solTourbe pauvre en nutriments, souvent entourée de substrat minéral pauvre en nutriments.
Perturbations naturellesInondation, érosion par les glaces et l'action des vagues associée à un lac situé dans un bassin hydrographique de grande superficie.
Autres espèces associéesMarisque inerme (Cladium mariscoides), myrique baumier (Myrica gale), panic raide (Panicum virgatum var. spissum).

Notes de bas du tableau 21

Note a

D'après Atlantic Canada Conservation Data Centre, 2014; COSEWIC, 2012.

Retour à la note a de bas du tableau 21

Haut de la page

Tableau 22. Description des principales caractéristiques de l'habitat essentiel à l'échelle du site pour la lophiolie dorée, dans le cas des tourbières ombrotrophes et minérotrophes.
Paramètre de l'habitatDescription des caractéristiques de l'habitat Note de bas de tableau a
Types de tourbièreTourbière oligotrophe flottante, tourbière oligotrophe de bassin, tourbière minérotrophe littorale, tourbière minérotrophe de bassin.
Position dans la tourbièreZones ouvertes ou lisière des tourbières ombrotrophes et minérotrophes, généralement à proximité d'eau libre et souvent dominées par des espèces graminoïdes et le myrique baumier (Myrica gale).
Composition du substratPrincipalement composé de tourbe.
Qualité du solTourbe pauvre en nutriments, saturée durant la majeure partie ou la totalité de la saison de croissance.
Perturbations naturellesInondation saisonnière par les cours d'eau, dépression ou autres plans d'eau adjacents.
Autres espèces associéesCarex maigre (Carex exilis), carex à fruits tomenteux (Carex lasiocarpa var. americana), calamagrostide de Pickering (Calamagrostis pickeringii), rhynchospore blanc (Rhynchospora alba), myrique baumier (Myrica gale)*, marisque inerme (Cladium mariscoides), sarracénie pourpre (Sarracenia purpurea), aster des tourbières (Oclemena nemoralis), espèces du genre Sphagnum, cassandre caliculé (Chamaedaphne calyculata)*, andromède glauque (Andromeda polifolia var. latifolia)*, gaylussaquier de Bigelow (Gaylussacia bigeloviana)*, canneberge à gros fruits (Vaccinium macrocarpon).
*Ces espèces donnent général des arbustes très bas dans ce type d'habitat.

Notes de bas du tableau 22

Note a

D'après Atlantic Canada Conservation Data Centre, 2014; COSEWIC, 2012; Canada Committee on Ecological (Biophysical) Land Classification: National Wetlands Working Group, 1997

Retour à la note a de bas du tableau 22

Haut de la page

2.6.3 Calendrier des études

Les trois études qui étaient nécessaires pour achever la désignation de l'habitat essentiel ont été réalisées, et l'habitat essentiel est entièrement désigné pour les cinq espèces de la flore de la plaine côtière de l'Atlantique en voie de disparition ou menacées (tableau 23).

Tableau 23. Calendrier des études nécessaires pour achever la désignation de l'habitat essentiel. Les cases cochées indiquent que l'étude est maintenant terminée.
Description de l'activitéRésultat/JustificationDate d'achèvementDroséra filiformeLophiolie doréeSabatie de Kennedy
Mener des recherches sur les caractéristiques de l'habitat et les besoins en matière d'habitat à l'échelle du site.La description détaillée des principales caractéristiques de l'habitat est réalisée2011

Haut de la page

2.6.4 Exemples d'activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel

La destruction est déterminée au cas par cas. On peut parler de destruction lorsqu'il y a dégradation [d'un élément] de l'habitat essentiel, soit de façon permanente ou temporaire, à un point tel que l'habitat essentiel n'est plus en mesure d'assurer ses fonctions lorsque exigé par l'espèce. La destruction peut découler d'une activité unique à un moment donné ou des effets cumulés d'une ou de plusieurs activités au fil du temps (Government of Canada, 2009).

Il est important d'indiquer l'échelle (conformément au tableau 14) à laquelle les activités devraient être gérées pour éviter que l'habitat essentiel ne soit détruit. L'habitat essentiel peut être affecté de façon négative par les activités qui se produisent à une échelle différente de celle qui a été définie. Par exemple, la construction de chalets à n'importe quel endroit autour d'un lac entier, et non seulement dans les environs immédiats de l'habitat essentiel désigné à l'échelle du site ou de l'individu, pourrait devoir être gérée afin d'assurer que l'habitat essentiel n'est pas détruit.

Les activités qui figurent au tableau 24 sont des exemples d'activités qui, en l'absence de mesures d'atténuation, risquent d'entraîner la destruction d'habitat essentiel; il peut toutefois exister d'autres activités destructrices. Les échelles auxquelles les activités pourraient devoir être gérées dans le but d'assurer que l'habitat essentiel n'est pas détruit sont indiquées.

Tableau 24. Exemples d'activités susceptibles d'entraîner la destruction d'habitat essentiel et types d'habitat susceptibles d'être touchés.
---Échelle
(selon le tableau 14)
Échelle
(selon le tableau 14)
Échelle
(selon le tableau 14)
Description de l'activitéDescription des effets en termes de perte de fonction de l'habitat essentielType d'habitat Note de bas de tableau aEmplacementSiteIndividu
Remblayage et construction routièrePerte permanente d'habitat; conversion d'habitat; fragmentation de l'habitat; modification du régime naturel de perturbation de l'habitat existant.L et T-
Utilisation de véhicules hors routeModification des caractéristiques de l'habitat (composition spécifique, compactage du substrat); diminution du microhabitat.L et T-
Construction de chalets et de résidences entraînant un ruissellement de nutriments associé au déboisement, aux installations septiques et au paysagement.Conversion et fragmentation de l'habitat; modification des caractéristiques de l'habitat (envasement accru, teneur accrue en nutriments) entraînant une modification de la composition spécifique.L et T-
Aménagement des berges, y compris le fauchage et le ratissage, ainsi que la construction d'aires et de rampes de mise à l'eau de bateaux, de quais et de brise-lames.Modification du régime naturel de perturbation; modification des caractéristiques de l'habitat (composition du substrat).L-
Production agricole et élevage entraînant un ruissellement de nutriments ou une modification du régime hydrologique.Modification des processus hydrologiques; modification des caractéristiques de l'habitat (envasement accru, teneur accrue en nutriments, modification de la composition spécifique).L--
Pratiques d'exploitation forestière entraînant un ruissellement de nutriments ou une modification du régime hydrologique.Modification des processus hydrologiques; modification des caractéristiques de l'habitat (envasement accru, teneur accrue en nutriments, modification de la composition spécifique).L--
Exploitation de barrages hydroélectriques : stabilisation du niveau de l'eau et drainage des lacs.Conversion d'habitat; modification du régime naturel de perturbation (stabilisation du niveau de l'eau).L--
Extraction de la tourbeConversion d'habitat; élimination du substrat; modification du régime hydrologique (niveau de la nappe phréatique).T--
Culture de la cannebergeConversion d'habitat; élimination du substrat; modification du régime hydrologique (inondation).T--

Notes de bas du tableau 24

Note a

Type d'habitat : L = lac; T = tourbière.

Retour à la note a de bas du tableau 24

Haut de la page

2.7 Approche recommandée pour la mise en œuvre du rétablissement

C'est une approche de rétablissement plurispécifique qui est ici proposée, car les aires de répartition, les besoins en matière d'habitat, les menaces et les approches de rétablissement sont semblables pour les différentes espèces visées par le présent programme de rétablissement et plan de gestion (voir la section 1,3). La mise en œuvre sera supervisée par les trois compétences responsables de l'élaboration du présent document (Environnement Canada, Parcs Canada et province de la Nouvelle-Écosse). Il est particulièrement pertinent de mettre en œuvre une telle approche de rétablissement parce que certaines autres espèces en péril, notamment la tortue mouchetée, la couleuvre mince et le corégone de l'Atlantique, sont présentes aux mêmes emplacements que la FPCA. Les possibilités de collaboration et de coordination des mesures de rétablissement devraient être explorées aux endroits où ces espèces coexistent. Dans le cas de l'hydrocotyle à ombelle, il est recommandé que ces buts, objectifs et approches soient intégrés aux plans de gestion relatifs à la végétation ou à l'écosystème du parc national Kejimkujik.

Haut de la page

2.8 Énoncé sur les plans d'action

Un ou plusieurs plans d'action pour la FPCA seront terminés dans les deux ans suivant l'affichage final du présent document de planification du rétablissement dans le Registre public des espèces en péril ; ces plans seront conformes aux exigences de la LEP fédérale s'appliquant aux plans d'action. Pour des impératifs généraux de conservation, d'autres plans d'action en appui au rétablissement pourront être élaborés hors du processus de la LEP par des compétences et d'autres partenaires en coopération avec l'équipe de rétablissement. Certaines activités détaillées dans la stratégie générale et les approches recommandées (tableau 12) seront entreprises simultanément avec la création du plan d'action. Le plan d'action pour le rétablissement inclus dans le programme de rétablissement et plan d'action plurispécifiques de la FPCA de 2005 servira de point de départ à la planification des activités; cependant, il ne contient pas suffisamment de détails pour servir de plan d'action pour le rétablissement de la FPCA.

Haut de la page