Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la petite Nyctale de la sous-espèce brooksi (Aegolius acadicus brooksi) au Canada

Information sur l'espèce

Nom et classification

La Petite Nyctale (Aegolius acadicus) appartient à la famille des Strigidés (hiboux véritables). Le genre Aegolius compte quatre espèces, dont deux occupent les forêts néotropicales, alors que la Nyctale de Tengmalm (Aegolius funereus) occupe les forêts boréales holarctiques. Il existe deux sous-espèces d’Aegolius acadicus : la sous-espèce nominative, présente dans la partie continentale de l’Amérique du Nord et les îles proches, et la sous-espèce brooksi, que l’on trouve uniquement à Haida Gwaii (îles de la Reine-Charlotte) (Cannings, 1998). En langue anglaise, en plus du nom officiel retenu de Northern Saw-whet Owl, les noms communs de cette sous-espèce endémique comprennent Queen Charlotte Owl (Bent, 1961; Johnsgard, 1988), Haida Gwaii Saw-whet Owl, Queen Charlotte Saw-whet Owl.

Figure 1. À gauche : Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi. (Photo de Jared Hobbs, publiée avec sa permission). À droite : spécimens adultes de Petites Nyctales, avec la sous-espèce acadicus à gauche et la sous-espèce brooksi à droite. (Photo de Laurie Savard, publiée avec sa permission. Les spécimens appartiennent au Royal BC Museum.)

Figure 1.    À gauche : Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi.(Photo de Jared Hobbs, publiée avec sa permission). À droite : spécimens adultes de Petites Nyctales, avec la sous-espèce acadicus à gauche et la sous-espèce brooksi à droite. (Photo de Laurie Savard, publiée avec sa permission. Les spécimens appartiennent au Royal BC Museum.)

Description morphologique

La Petite Nyctale de la sous-espèce brooksi est une petite chouette longue d’environ 20 cm (figure 1). On observe chez la sous-espèce un important dimorphisme sexuel inversé, les femelles étant 20 p. 100 plus grosses que les mâles. Cette chouette a une tête relativement grosse et un disque facial rond imposant, et elle est dépourvue d’aigrettes. Les yeux sont jaunes à orange. Les parties supérieures sont brun chamois, et la couronne exhibe des lignes chamois et blanches qui convergent en forme de V entre les yeux. Certains individus présentent des « sourcils » blancs bien visibles. Les parties inférieures sont de couleur chamois et arborent de larges bandes brun roux. Les ailes, arrondies, sont d’un brun roux chamois, et les scapulaires présentent des tâches plus pâles.

Le plumage de la sous-espèce brooksi est globalement plus foncé que celui de la sous-espèce nominative (figure 1), lequel est généralement plus blanc aux endroits où l’A. a. brooksi est de couleur chamois, plus particulièrement sur les parties inférieures (Fleming, 1916; Bent, 1961; Guiguet, 1978; Johnsgard, 1988; Cannings, 1993; Sealy, 1998; Koenig et al., 1999).

Description génétique

L’archipel Haida Gwaii accueille diverses espèces et sous-espèces endémiques. Il y a toujours un vif débat à savoir si l’apparition de ces nouveaux taxons est attribuable au fait que Haida Gwaii ait été un refuge glaciaire (voir p. ex. Scudder et Gessler, 1989). Des données plus récentes laissent croire qu’il y aurait eu un refuge glaciaire sur la plateforme continentale là où se trouve aujourd’hui le détroit d’Hécate (ex. Byun et al.,1997). Dans le cas de la Petite Nyctale, les analyses génétiques de régions hautement conservées d’ADN (gène du cytochrome b de l’ADN mitochondrial) ont révélé une très faible différenciation génétique entre les sous-espèces, ce qui laisse croire que la Petite Nyctale de Haida Gwaii a peut-être divergé d’une population de chouettes ayant migré du continent après la période glaciaire, probablement à partir de refuges situés au sud de l’inlandsis de la Cordillère (Byun, 1998). Une analyse comparative de l’ADN satellite des deux sous-espèces est actuellement en cours afin de mieux comprendre les changements récents de la structure génétique des Petites Nyctales (Kevin Winker, comm. pers.).