Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur latruite fardée versant de l'ouest (populations de la Colombie - Britannique et de l'Alberta) au Canada

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Au Canada, la responsabilité de la conservation et de la protection de tous les poissons incombe au ministère des Pêches et des Océans en vertu de la Loi sur les pêches fédérale (http://lois.justice.gc.ca/fr/showtdm/cs/F-14).

Le gouvernement fédéral a délégué aux provinces (Colombie-Britannique et Alberta) le pouvoir d’édicter des règlements provinciaux pour la gestion courante des ressources. Un élément clé de cette responsabilité est la protection des poissons et de leur habitat. La récolte de la truite fardée versant de l’ouest, à titre d’espèce d’importance pour la pêche récréative, est assujettie à des restrictions en Colombie-Britannique (http://wlapwww.gov.bc.ca/fw/fish/regulations/intro.html) et en Alberta (http://www.albertaoutdoorsmen.ca/fishingregs/index.html). En outre, les truites fardées versant de l’ouest à l’intérieur de parcs nationaux bénéficient d’une protection en vertu de la Loi sur les parcs nationaux, et des mesures comme une limite de possession nulle dans les parcs nationaux Banff et Kootenay et la fermeture complète de la pêche dans les ruisseaux Dungarvan et Sofa dans le parc national des Lacs-Waterton ont été mises en œuvre pour conserver la sous-espèce (Peter Achuff, Parcs Canada, parc national des Lacs-Waterton, Alberta, comm. pers., 2006).

Plusieurs lois provinciales ont été édictées en Colombie-Britannique et en Alberta dans le but d’améliorer la protection des espèces et la gestion des pêcheries (http://www.canadianenvironmental.com/legislation/). En Colombie-Britannique, la plus grande partie de la législation encadrant l’utilisation de l’eau est contenue dans les dispositions de la British Columbia Water Act(http://www.qp.gov.bc.ca/statreg/stat/W/96483_01.htm). Des lois semblables sont en vigueur en Alberta. Malheureusement, la loi n’a jamais permis de satisfaire à toutes les exigences en matière d’habitat des poissons, notamment en ce qui concerne le maintien d’un débit adéquat. Souvent, les permis d’utilisation d’eau sont délivrés et contrôlés sans bilan hydrologique adéquat ou fondement scientifique préalable (Rosenau et Angelo, 2003). On s’attend à ce que les amendements à la loi et l’entrée en vigueur de la British Columbia Fish Protection Act en 1997 (http://www.qp.gov.bc.ca/statreg/stat/F/97021_01.htm) donnent aux organismes gouvernementaux suffisamment de moyens pour mieux protéger les régimes hydrologiques critiques pour les populations de poissons.

Aucune des lois susmentionnées n’a été pleinement mise en œuvre et on attend encore une réglementation sur la délivrance de permis d’utilisation d’eau pour les petits cours d’eau « ordinaires », en particulier ceux traversant des terres privées (Rosenau et Angelo, 2003; Ron Ptolemy, Ministry of Water, Land and Air Protection de la Colombie-Britannique, Victoria, Colombie-Britannique, comm. pers., 2004). L’habitat de la truite fardée versant de l’ouest doit être mieux délimité et protégé dans l’ensemble de l’aire de répartition. L’étendue et la nature des besoins en matière d’habitat des individus et leurs déplacements saisonniers sont des facteurs qui ont des incidences sur la viabilité à long terme des populations et qui doivent être abordées (Hilderbrand et Kershner, 2000). Bien que la quantité d’habitat actuellement disponible semble suffisante, il se pourrait que le niveau de protection soit inadéquat (voir par exemple Harper et Quigley, 2000; G3 Consulting Ltd., 2000); il est nécessaire d’intensifier les activités de conformité et de surveillance pour réaliser les objectifs de « perte nette nulle » dans l’Ouest canadien.

À l’heure actuelle, aucune population n’est spécifiquement protégée au Canada, même si les deux sous-espèces de truites fardées de la Colombie-Britannique figurent dans la liste bleue de la province en tant que taxons « vulnérables » (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2003). En Alberta, la truite fardée en tant qu’espèce (Oncorhynchus clarkii), a été classée « non en péril » en 2000, puis son statut est passé à « indéterminé » en 2003 (Ministry of Sustainable Resource Development de l’Alberta, 2000; voir aussi http://www.especessauvages.ca/). À ce jour, le statut de la truite fardée versant de l’ouest (en tant que sous-espèce) n’a pas été déterminé en Alberta. Aux États-Unis, la truite fardée versant de l’ouest est classée « en péril » en Idaho (S2), « vulnérable » au Montana et en Oregon (S3), « gravement en péril » au Wyoming (S1) et sans cote définitive dans l’État de Washington (S?). À l’échelle mondiale, Conservation de la nature a accordé à la truite fardée versant de l’ouest la cote G4T3. La cote G4 signifie « apparemment non en péril, peu commune mais non rare ». La cote T renvoie à la sous-unité taxinomique (sous-espèce dans le cas présent). La truite fardée versant de l’ouest est classée « vulnérable à la disparition ou à l’extinction » (T3).

La truite fardée versant de l’ouest a fait l’objet d’une demande de protection en vertu de la Endangered Species Act des États-Unis en 1997. En 2000, le US Fish and Wildlife Service (USFWS) a jugé cette demande irrecevable, mais des groupes de conservation ont fait appel de cette décision en arguant que la menace de l’hybridation qui pèse sur la sous-espèce n’avait pas été évaluée adéquatement. Après réexamen des données génétiques disponibles (p. ex. Allendorf et al., 2001, 2004, 2005; Shepard et al., 2003; Campton et Kaeing, 2005), le USFWS a, en juillet 2003, rendu sa décision de ne pas inscrire la truite fardée versant de l’ouest en tant qu’espèce « en voie de disparition » en vertu de la loi pour l’instant, pour des motifs d’incertitude quant à l’entité devant être inscrite.