Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le gravelier (Erimystax x-punctatus) au Canada – Mise à jour

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Dès les années 1970, le Kansas (Platt, 1974) et le Wisconsin (Anonyme, 1979) ont désigné le gravelier « espèce en voie de disparition » (endangered). Gilbert (1980) a signalé sa disparition de diverses localités où il était présent aux États-Unis. L’espèce apparaît sur diverses listes d’espèces protégées par la loi en Indiana et au Wisconsin, et elle est considérée comme préoccupante (of special concern) au Kansas, au Kentucky, au Minnesota et dans l’État de New York (Becker, 1983; Johnson, 1985).

Les cotes mondiales, nationales (États-Unis et Canada), subnationales (État) et provinciales du gravelier sont présentées dans le résumé technique.

Le COSEPAC a réexaminé l’espèce et l’a désignée « espèce disparue du pays » en mai 2000. En Ontario, l’espèce est considérée comme disparue (OMNR, 2007), alors que la cote S de NatureServe est SX (disparue) [NatureServe, 2007]. La cote générale du gravelier est 1 (disparue) au Canada et en Ontario (CESCC, 2006).

Le gravelier est considéré comme apparemment non en péril (apparently secure) à l’échelle mondiale (G4) et à l’échelle nationale aux États-Unis (N4) [NatureServe, 2007]. Les cotes subnationales varient de SX (disparue [extirpated]) au Kentucky à S3? (apparemment vulnérable [apparently vulnerable]) en Arkansas. Seul le Missouri n’a pas attribué de désignation à l’espèce (NatureServe, 2007).

Le gravelier figure sur la liste des espèces disparues du pays de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral [EC, 2007]. En plus d’offrir une protection juridique à l’espèce, la LEP exige l’élaboration de programmes de rétablissement. Des initiatives de rétablissement ont été soulignées dans le programme de rétablissement de l’écosystème aquatique de la rivière Thames (TRRT, 2005) et le Programme de rétablissement du gravelier (Erimystax x-punctatus) au Canada (Edwards et al., 2007). Les équipes de rétablissement sont formées, mais il reste à élaborer des plans d’action.