Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le gravelier (Erimystax x-punctatus) au Canada – Mise à jour

Information sur l’espèce

Nom et classification

Règne :
Animaux
Embranchement :
Cordés
Classe :
Actinoptérygiens
Ordre :
Cypriniformes
Famille :
Cyprinidés
Espèce :
Erimystax x-punctatus (Hubbs et Crowe, 1956)
Sous-espèce :
Erimystax x-punctatus trautmani (Hubbs et Crowe, 1956)

Nom commun

Français:
gravelier (Coad, 1995)
Anglais:
gravel chub (Nelson et al., 2004)
Autre nom anglais:
spotted chub

Description morphologique

Le gravelier est un méné au corps élancé et arrondi (figure 1) dont la longueur moyenne est de 76 mm LT (longueur totale) et la longueur maximale est d’environ 100 mm LT (voir Scott et Crossman [1998] pour une description détaillée). Il est vert olive sur le dos, argenté sur les flancs et blanc sur le ventre. Le dos et les flancs du gravelier, dont les écailles sont aléatoirement bordées de noir, présentent des marques caractéristiques en forme de X, de W et de Y. Cette bordure est parfois absente chez les adultes de grande taille. Elle était habituellement peu évidente chez les spécimens de l’Ontario (Scott et Crossman, 1998). Une petite tache noire proéminente se trouve à la base de la nageoire caudale. Le museau est arrondi et long et surplombe la bouche, dont chaque commissure porte un barbillon petit, mais évident.

Figure 1. Gravelier (Erysmatix x-puntatus) [≈X 2]. ©Joseph Tomelleri (reproduction autorisée en vertu d’une licence accordée au MPO).

Figure 1.  Gravelier (Erysmatix x-puntatus) [»X 2]. ©Joseph Tomelleri(reproduction autorisée en vertu d’une licence accordée au MPO).

Description génétique

Deux populations géographiquement distinctes sont reconnues comme sous-espèces (Gilbert, 1980). La sous-espèce nominale (E. x. x-punctatus) vit à l’ouest du fleuve Mississippi, alors que l’E. x-p. trautmani vit à l’est (Gilbert, 1980). Hubbs et Crowe (1956) ont classé les populations canadiennes de graveliers dans la sous-espèce E. x. trautmani, qui se distingue morphologiquement de la sous-espèce E. x. x-punctatus. Simons (2004) a confirmé la validation génétique en vue de la désignation des sous-espèces d’après le gène du cytochrome b.

Unités désignables

Tous les spécimens canadiens ont été trouvés dans la zone biogéographique des Grands Lacs et du Haut-Saint-Laurent, selon la classification de la zone biogéographique d’eau douce adoptée par le COSEPAC. Aucune donnée ne justifie d’identifier les unités désignables à un niveau inférieur à l’espèce.

Admissibilité

Le gravelier est une espèce reconnue (Nelson et al., 2004). On le considérait autrefois comme indigène au Canada, mais il est absent des eaux canadiennes depuis 1958.

Bien que l’espèce ait une aire de répartition fragmentée aux États-Unis et qu’elle soit en péril dans de nombreuses localités, il y a un manque surprenant de données récentes sur son habitat et son écologie.

Les tentatives pour obtenir des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) sur l’espèce n’ont produit aucune nouvelle donnée.