Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’ours grizzli au Canada – Mise à jour

logo du COSEPAC
COSEPAC
Résumé

Ours grizzli
Ursus arctos

Description

L’ours grizzli a la morphologie typique des Ursidés. Il est musculeux, robuste et de grande taille. À la différence de l’ours noir, il porte une bosse proéminente entre les épaules, son profil facial est de forme concave et les griffes des pattes antérieures sont longues. Sa fourrure peut aller du blond à différents tons de brun ou même être presque noire. En moyenne, la masse corporelle des mâles est 1,8 fois supérieure à celle des femelles. Les femelles adultes pèsent entre 100 kg, chez les populations de l’intérieur, et 200 kg, chez les populations côtières.


Répartition

L’ours grizzli (ou ours brun) est présent au Canada, aux États-Unis et dans peut-être au moins 42 pays d’Eurasie. De nombreuses populations eurasiennes sont isolées, de petite taille et en voie de disparition. On estime qu’à l’échelle planétaire, les effectifs et l’aire de répartition de l’espèce ont diminué de 50 p. 100 depuis le milieu du 19e siècle. Au Canada, l’ours grizzli occuperait actuellement 2 574 000 km2, soit environ 26 p. 100 de la superficie du pays. Au cours de l’actuelle période post-glaciaire et de la période historique, la superficie de son aire de répartition s’est considérablement rétrécie au Canada comme dans l’ensemble de l’Amérique du Nord. De nos jours, on trouve des ours grizzlis dans certaines parties de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut.


Habitat

L’ours grizzli est un généraliste en matière d’habitat. On le trouve aussi bien au niveau de la mer que dans des milieux alpins. Au Canada, il occupe des habitats aussi variés que les forêts pluviales tempérées côtières et la toundra arctique semi-désertique. La majorité des ours grizzlis se nourrissent avant tout de végétaux; c’est pourquoi leur choix d’habitat a un fort caractère saisonnier et est ordinairement déterminé par le développement de la végétation. Dans les secteurs de montagnes, cela peut donner lieu à des migrations saisonnières entre les basses et les hautes altitudes.


Biologie

Malgré son anatomie de carnivore pour ce qui est de l’alimentation et de la digestion, l’ours grizzli est omnivore, et beaucoup d’individus sont principalement herbivores. Dans certaines régions cependant, l’ours grizzli est un prédateur efficace de l’orignal et du caribou, et les populations côtières se nourrissent abondamment de saumon durant la fraye. Habituellement, les femelles ont leur première portée à l’âge de six ans, les portées comptent deux ou trois oursons et l’intervalle entre les portées est communément de trois ou quatre ans. Cet ours vit ordinairement une vingtaine d’années, mais on a trouvé des individus de 34 ans. L’ours grizzli, espèce non territoriale, a un domaine vital qui peut couvrir jusqu’à 8 000 km2; dans les milieux riches, son domaine vital est cependant beaucoup moins étendu. Chaque année, l’ours grizzli hiverne durant au plus sept mois. Les oursons naissent dans la tanière en janvier ou en février.


Taille et tendances des populations

On estime qu’il y a au Canada entre plus de 26 916 et plus de 29 150 ours grizzlis. La population la plus importante se trouve en Colombie-Britannique, province qui compte au moins 14 000 ours. De 6 000 à 7 000 ours vivraient au Yukon, 5 100 dans les Territoires du Nord-Ouest et 1 000 en Alberta. On ignore quel est l’effectif de l’espèce au Nunavut, mais il se situe probablement entre 800 et 2 000 ours. On ignore aussi quels étaient anciennement les effectifs au Canada, mais ils étaient certainement très supérieurs à ceux d’aujourd’hui. On croit cependant que l’effectif canadien est généralement stable depuis 1990.


Facteurs limitatifs et menaces

Il y a une certaine mortalité naturelle, mais la plupart des mortalités sont liées aux activités humaines. Au Canada, l’ours grizzli est chassé dans la plupart des régions où il est présent et les chasseurs détenteurs de permis abattent plus de 450 ours grizzlis chaque année. Les données montrent qu’une centaine d’autres sont tués par l’homme dans d’autres contextes que la chasse légale, et un nombre important d’ours sont aussi tués sans que leur mort soit signalée.

Les activités humaines se déroulant dans les habitats de l’ours grizzli, notamment l’exploitation minière et forestière, l’agriculture, la construction résidentielle et les activités récréatives, réduisent la qualité de ces habitats et accroissent le risque de mortalité. Cet ours peut être attiré vers les lieux d’activité humaine par la nourriture qui peut s’y trouver. Nombre d’ours grizzlis attirés par exemple par les ordures et les animaux d’élevage sont abattus.

La construction de routes et d’autres infrastructures linéaires dans l’habitat de l’ours grizzli constitue une importante menace. En elles-mêmes, les routes causent peu de dommages, mais leur utilisation par l’homme réduit l’utilité de l’habitat pour l’ours grizzli dans la zone d’influence des routes. De plus, les routes facilitent l’accès aux habitats, de sorte que les chasseurs peuvent plus facilement abattre, légalement ou non, des ours.

L’activité humaine a conduit à l’isolement géographique ou génétique de plusieurs populations canadiennes d’ours grizzlis, dont huit repérées dans le Sud de la Colombie-Britannique. Chacune d’entre elles compte moins de 100 individus, et la possibilité de sauvetage par les populations voisines est de faible à nulle. Les activités responsables de cet isolement sont aussi à l’origine d’une certaine mortalité, de sorte que ces isolats risquent fortement de disparaître.


Protection actuelle

Environ 8,3 p. 100 de l’aire de la répartition actuelle de l’ours grizzli au Canada se trouve dans des zones protégées. Cependant, la chasse et d’autres activités susceptibles de réduire la qualité des habitats de l’ours grizzli sont permises dans certaines de ces zones dites « protégées ». Toutes les provinces et tous les territoires ont adopté des mesures de restriction de la chasse : périodes de fermeture, accès limité, quotas de prises, protection des femelles et des oursons, etc. Il est interdit d’employer des appâts pour la chasse à l’ours grizzli et de faire le commerce de parties ou de dérivés de cet ours.