Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Chabot pygmée du lac Cultus (Cottus sp.)

Information sur l’espèce

 

Introduction

Le chabot pygmée du lac Cultus (Cottus sp.) ne se retrouve que dans le lac Cultus, situé dans le bassin du fleuve Fraser, dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique. La forme est endémique du Canada, mais un poisson semblable existe dans le lac Washington, près de Seattle, dans l’État de Washington (Larson et Brown, 1975; McPhail et Lindsey, 1986). Ces deux formes semblent avoir évolué indépendamment; c’est un cas d’évolution parallèle indépendante (voir Cannings, 1993). Les deux formes dérivent du chabot côtier (Cottus aleuticus, Gilbert, 1985), espèce largement répandue dans les cours d’eau côtiers du Pacifique, du centre de la Californie jusqu’à l'île Kiska et au fleuve Kobuk, en Alaska (Scott et Crossman, 1974; Wallace, 1980).

Si le chabot du lac Cultus est mentionné par Scott et Crossman (1974) dans la section sur le Cottus aleuticus, la seule étude connue de cette forme est celle de Ricker (1960). Ce chabot a été classé dans la catégorie G1 à l’échelle mondiale et dans la catégorie provinciale S1 suivant la classification du Conservation Data Centre et de Nature Conservancy, et placé sur la liste rouge provinciale (voir Cannings, 1993, p. 2-6); c’est donc un poisson dont la situation est préoccupante, mais qui n’avait pas jusqu’ici été considéré par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Le présent rapport vise à faire la synthèse de l’information existante pour déterminer quelle est la situation de cette population.

Description

La famille des cottidés constitue un groupe distinct de poissons appartenant à l’ordre des Scorpaeniformes, mais ressemblant à des Perciformes, qui présentent nombre de traits morphologiques reflétant le mode de vie benthique de cette famille. Les chabots sont des poissons à grosse tête et à corps trapu, avec de grandes nageoires pectorales. Le corps s’effile de la tête à la queue pour former un pédoncule caudal relativement étroit. On observe une dorsale épineuse et une dorsale à rayons mous, ainsi qu’une ou plusieurs épines préoperculaires (McPhail et Lindsey, 1970). Les chabots sont avant tout des espèces marines des mers arctiques et tempérées, mais certaines espèces de la famille sont largement répandues dans les eaux douces de l’hémisphère Nord. On trouve huit espèces dans les eaux douces du Canada, dont six en Colombie-Britannique (Scott et Crossman, 1974). Les chabots d’eau douce sont généralement des poissons de petite taille, qui dépassent rarement une longueur totale de 18 cm, à l’exception du chabot piquant, Cottus asper, qui peut mesurer jusqu’à 31 cm.

Il ne semble pas exister de description officielle du chabot pygmée du lac Cultus, à l’exception de celle de Ricker (1960), et on ne connaît pas l'origine du nom commun; on sait seulement que la forme ne se rencontre que dans le lac Cultus, et il semble que le nom soit bien établi localement (Peden, 1990; McPhail et Carveth, 1992; Cannings, 1993). La forme parente, le chabot côtier (Cottus aleuticus) (figure 1), est typique du genre, avec sa tête large et trapue et son corps qui s’effile vers l’arrière jusqu’à un pédoncule caudal déprimé latéralement et modérément haut. Le corps élancé mesure en moyenne de 7,6 cm à 10,2 cm de longueur totale (Scott et Crossman, 1974). On note une épine préoperculaire très développée, et de nombreux pores préoperculo-mandibulaires (10-1-10), dont un est situé au bout du menton. Les nageoires pectorales sont larges et en éventail, avec de 13 à 16 rayons mous, et les nageoires pelviennes sont petites. Il y a deux nageoires dorsales, la première avec de 8 à 10 épines, la seconde, plus grande, avec de 16 à 20 rayons mous. La nageoire caudale est légèrement arrondie; la nageoire anale est longue, et compte de 12 à 16 rayons mous. Il n'y a pas d'écailles types, mais on trouve des petits piquants derrière chacune des nageoires pectorales. La ligne latérale est complète et compte de 34 à 44 pores (Scott et Crossman, 1974).

 Le chabot côtier, Cottus aleuticus

Figure 1.  Le chabot côtier, Cottus aleuticus. La forme du lac Cultus est plus petite (5 cm contre de 7 à 10 cm) et porte des pores de grosse taille sur la tête.


Le chabot côtier (Cottus aleuticus) a une livrée de brune à grise avec des marbrures foncées, qui est plus pâle sur les flancs et presque blanche sur la face ventrale. On note généralement deux ou trois marques foncées en forme de selle sur les flancs, sous la seconde dorsale. Les nageoires portent une pigmentation formant généralement des barres. Les jeunes sont dépourvus de pigmentation sur les nageoires, et les mâles en période de fraye sont généralement plus foncés et portent une bande orange sur le bord de la première nageoire dorsale (Scott et Crossman, 1974).

La morphologie de la forme limnique du lac Cultus semble nettement modifiée par rapport à la forme parente, soit le Cottus aleuticus. Les poissons sont beaucoup plus petits et ressemblent à des larves, leur longueur maximale est de 50 mm, leur densité osseuse est réduite, leur teneur en lipides sous-cutanés est accrue et de gros pores sont présents sur la tête (Ricker, 1960; Cannings, 1993). McPhail juge qu’il s’agit là d’un exemple d’évolution néoténique (information communiquée à Cannings, 1993). Comme le signalent Larson et Brown (1975) au sujet des formes du lac Washington, toute décision quant au statut de ces chabots doit être retenue tant qu’on ne connaît pas leur degré d’isolement reproductif par rapport au Cottus aleuticus. Selon Ricker (1960, p. 932), on pourrait considérer cette population comme une « relique » au sens écologique, mais pas au sens géographique.