Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport du COSEPAC sur la situation de l’arméria de l’Athabasca (ssp. interior) au Canada – Mise à jour

Taille et tendances des populations

Cette sous-espèce n’existe que sous la forme de petites populations ou d’individus isolés. Les pavages de gravier qui forment son principal habitat sont eux-mêmes relativement peu communs et ils portent une végétation très clairsemée. Par conséquent les espèces qui croissent sur ces pavages de gravier sont parmi les espèces les moins communes des dunes de sable de l’Athabasca. On pense que cette sous-espèce compte parmi les plantes endémiques les moins fréquentes vivant dans les dunes de sable (Harms, comm. pers.). Il n’existe que 18 spécimens de ce taxon dans les herbiers (Harms et al., 1992), dont 16 qui se trouvent dans des herbiers d’Ottawa et que nous avons examinés de nouveau (Herbier national du Canada et Herbier du ministère de l’Agriculture). La population de cette sous-espèce est très réduite, mais il est impossible de la quantifier de façon précise ou d’évaluer ses tendances en l’absence de données quantitatives. Cependant rien ne permet de penser que le nombre d’individus a diminué au cours des dernières années.