Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le crapet sac-à-lait au Canada – Mise à jour

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Le crapet sac-à-lait est une espèce d’eau chaude qui préfère les habitats couverts de végétation dans les lacs et les cours d’eau (Carlander, 1969; Scott et Crossman, 1998; Coker et al., 2001). On trouve les adultes à des profondeurs de 0,1 à 5 m, dans des zones qui contiennent de la végétation émergente et submergée au-dessus de substrats de sable ou de vase (Lane et al, 1996b; Page et Burr, 1991). On trouve les aires de croissance dans les deux premiers mètres de la colonne d’eau où de la végétation submergée pousse sur du sable, de la vase ou du gravier (Lane et al., 1996a), tandis que les frayères se trouvent dans les deux premiers mètres de la colonne d’eau où de la végétation à la fois émergente et submergée pousse sur des souches et des roches ou où des touffes de végétation croissent sur du gravier et du sable, ou, souvent, sur des blocailles et de la vase (Lane et al., 1996c).

Tendances en matière d’habitat 

En raison du manque de données historiques, on trouve peu d’information au sujet des changements de l’habitat dans les zones où le crapet sac-à-lait a été observé. Depuis les années 1980, qui ont été marquées par un déclin du couvert végétal aquatique dans la baie Rondeau, la végétation aquatique a augmenté de façon considérable, probablement en raison de la baisse des niveaux d’eau et d’une meilleure clarté due à l’envahissement des moules de la famille des Dreissénidés (S. Dobbyn, MRNO, comm. pers.). Cela a probablement augmenté le nombre d’habitats favorisés par l’espèce. Par contre, dans le parc national de la Pointe-Pelée, la baisse des niveaux d’eau a entraîné un accroissement de l’intervalle entre les brèches dans la barre de sable, et il est possible que le déclin de la qualité de l’eau (par exemple les teneurs en oxygène dissous) et la hausse de la turbidité (H. Surette, University of Guelph, comm. pers.) aient un impact négatif sur le crapet sac-à-lait. 

Protection et propriété

Au Canada, on ne trouve le crapet sac-à-lait que dans des eaux qui sont de propriété publique, et tous les habitats des poissons qui s’y trouvent sont protégés par la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral. On trouve le plus grand nombre de poissons de cette espèce dans le parc national de la Pointe-Pelée, puis dans le parc provincial Rondeau. Il est donc possible que l’habitat du poisson bénéficie d’une protection supplémentaire grâce à la Loi sur les parcs nationaux et la Loi sur les parcs provinciaux.