Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’anguille d'Amérique au Canada

Effect d'une immigration de source externe

Si l’anguille d’Amérique disparaissait du pays ou était gravement décimée dans l’une des AEED du Canada, la possibilité d’un effet d’immigration de source externe pourrait être abordée selon deux scénarios :

1)    Les anguilles ont disparu ou sont gravement décimées au Canada, mais il ne s’est pas produit de modification substantielle dans les composantes étatsuniennes. Selon ce scénario, de jeunes anguilles de la mer des Sargasses, surtout de lignée étatsunienne, continuent de coloniser l’ensemble de l’aire de croissance continentale, y compris l’est du Canada. Des composantes extérieures viennent ainsi « à la rescousse » de l’espèce au Canada. Toutefois, la production d’œufs en mer des Sargasses risque de se trouver fort réduite faute de géniteurs engraissés au Canada, aussi le recrutement total des anguillettes au Canada et ailleurs est-il nettement inférieur à la normale, et le recrutement vers les limites de l’aire de répartition peut être réduit si la migration est dépendante de la densité.

2)    Les anguilles ont disparu ou sont gravement décimées tant au Canada qu’aux États-Unis. Selon ce scénario, la ponte en mer des Sargasses est radicalement réduite, et le recrutement des anguillettes tombe sans doute à des niveaux faibles ou négligeables dans toutes les aires de croissance, y compris le Canada. L’effet d’une immigration de source externe des anguilles au Canada est donc limité, particulièrement si la migration dépend de la densité.

En raison de la panmixie, la progéniture des anguilles engraissées au Canada colonise au hasard l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. En conséquence, dans le cas d’un déclin de la population touchant le Canada et les États-Unis, la ponte des anguilles engraissées au Canada viendrait « à la rescousse » des composantes des États-Unis tout comme la ponte des anguilles engraissées aux États-Unis viendrait « à la rescousse » des composantes canadiennes.

La situation de l’anguille d’Amérique sur le plan de la conservation est jugée très préoccupante aux États-Unis, où le United States Fish and Wildlife Service (USFWS) mène actuellement une étude visant l’inscription de l’espèce sur la liste des espèces en péril aux termes de l’Endangered Species Act (USFWS, 2005). L’USFWS, d’autre part, étudie une proposition d’inscription de l’espèce à l’Annexe III de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Les craintes en matière de conservation ont aussi amené l’Atlantic States Marine Fisheries Commission (ASMFC) à préparer une évaluation des stocks d’anguilles, qui est actuellement en cours.