Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’anguille d'Amérique au Canada

Résumé technique

Anguilla rostrata
Anguille d’Amérique       American Eel

Répartition au Canada :Eaux douces accessibles, estuaires et eaux marines abritées de Terre‑Neuve, de la Nouvelle‑Écosse, de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l’Ontario, jusqu’au lac Ontario et à la partie inférieure de la rivière Niagara. Les plates-formes continentales sont également utilisées par les anguilles juvéniles et les anguilles argentées en migration. La limite septentrionale de son aire de répartition dans les eaux canadiennes est l’inlet Hamilton et l’estuaire du lac Melville, au Labrador.

Aires écologiques d’eaux douces (selon le système national du COSEPAC) :

AEED 1 : les Grands Lacs et l’Ouest du Saint‑Laurent (Ontario et régions du centre et de l’ouest du Québec)
AEED 2 : l’Est du Saint‑Laurent (est du Québec)
AEED 3 : les Maritimes (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Île‑du-Prince‑Édouard (et les régions du centre et du sud de la Gaspésie, au Québec)
AEED 4 : les Îles de l’Atlantique (Terre‑Neuve)
AEED 1 : l’Arctique de l’Est (Labrador)


Information sur la répartitionAEED 1AEED 2AEED 3AEED 4AEED 5ESPÈCE
·         Superficie de la zone d’occurrence (km²) – Délimitée par un polygone, voir Aire de répartition canadienne dans le texte.391 515546 122292 923177 58675 4722 065 932
·         Préciser la tendance.En déclinEn déclin?En expansion?Stable?Stable?En déclin
·         Y a‑t‑il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence?NonNonNonNonNonNon
·         Superficie de la zone d’occupation (km2) – en fonction de la zone entre
le rivage et l'isobathe de 10 m du lac Ontario, Verreault et al. 2004 pour le Québec, dossiers du musée pour l’Ontario, et la limite externe des eaux canadiennes (zone tampon de 370 km).
97 400161 400635 200627 500130 7001 653 200
·         Préciser la tendance.En déclinEn déclin?Stable?Stable?Stable?En déclin
·         Y a‑t‑il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation?NonNonNonNonNonNon
·         Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.InconnuInconnuInconnuInconnuInconnuInconnu
·         Préciser la tendance du nombre d’emplacements.En déclinEn déclin?Stable?Stable?Stable?En déclin
·         Y a‑t‑il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements?NonNonNonNonNonNon
·         Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat.En déclinEn déclin?Stable?Stable?Stable?En déclin
Information sur la composante d’anguillesAEED 1AEED 2AEED 3AEED 4AEED 5ESPÈCE
·         Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la composante).
Les fourchettes font référence à l’âge parental des anguilles ayant grossi en eau salée et en eau douce, respectivement.
229‑229‑229‑229‑229-23
·         Nombre d’individus matures.424 000 en 1997Inconnu InconnuInconnu InconnuInconnu
·         Tendance de la composante :En déclinEn déclin?En expansion?InconnueInconnueEn déclin

·         S’il y a déclin, %du déclin au cours des dernières dix années ou trois générations.

Remarque : Aucune donnée disponible relativement aux changements survenus au cours de trois générations d’anguilles femelles ayant grossi en eau douce, ce qui fait environ 66 années. Les données de cette rangée proviennent du Tableau 5. Les débarquements déclarés dans les AEED 3, AEED 4 et AEED 5 ont décliné de 26,2 % au cours d’environ une génération ayant grossi en eau douce, et d’environ trois générations ayant grossi en eau salée. Les données de l’Ontario représentent la portion du haut Saint-Laurent et du lac Ontario de l’AEED 1. Les séries de données du Québec représentent l’ensemble de la population de l’AEED 1.

L’AEED 1 peut fournir environ de 27 à 67 % de la ponte totale (voir Contribution de la population d’anguilles du Saint-Laurent dans le texte) – un déclin de plus de 90 % dans cette aire peut indiquer une perte de 25 à 60 % de la ponte totale. Les calculs sont fondés sur des méthodologies non éprouvées et il peut y avoir surestimation, c’est pourquoi nous présentons une fourchette de valeurs.

Voir le Tableau 5 1Débarquements 2pointes de l’indice *Densités à la pêche électrique sur une ou deux générations, 3Dénombrements de la pêche électrique sur une génération.

Les débarquements dans les AEED 3, AEED 4 et AEED 5 ont décliné d’environ 26 %.

Ontario ~ 98,8 %(indice de chalutage de la baie de Quinte)

99,5 % (pointes de l’indice Moses-Saunders)

Québec
~15,1 % (indice Saint-Nicolas)

~ 63,9 % (débarquements d’anguilles argentées au Québec, ~ 1 génération)

Inconnu

Restigouche + 74,8 %*

Miramichi ~ 43 %*

Margaree

~ 87,9 %*

Stewiake ~ 81,6 %3

Inconnu ailleurs

InconnuInconnu Inconnu
·         Y a‑t‑il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?NonInconnueNonInconnueInconnueInconnue
·         La composante totale est‑elle très fragmentée?NonNonPartiellementInconnueInconnue Non
·         Préciser la tendance du nombre de composantes ou sous-composantes.En déclinStableStableStableStableEn déclin (AEED 1)

 

·         Y a‑t‑il des fluctuations extrêmes du nombre de composantes ou sous-composantes?

NonNonNonNonNonNon
MenacesAEED 1AEED 2AEED 3AEED 4AEED 5ESPÈCE
·         Réelles      

·         Perte d’habitat (barrages)

·         Mortalité attribuable aux turbines

·         Pêches

·         Contamination

·         Modification des courants océaniques

·         Parasites - Anguillicola crassus

·         Faible pH

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

X

Effet d’une immigration de source externe  Sans objetAEED 1AEED 2AEED 3AEED 4AEED 5ESPÈCE
·         Statut ou situation de la ou des composantes de l’extérieur? É.-U. : L’effet d’une immigration de source externe ne s’applique pas puisqu’il s’agit d’une espèce catadrome, panmictique dont toutes les composantes se reproduisent dans un secteur donné (voir Effet d’une immigration de source externe dans le texte).S.O.S.O.S.O.S.O.S.O.Déclin de 67,5 %des débarquements aux É.-U. déclarés depuis 1970
·         Une immigration a‑t‑elle été constatée ou est‑elle possible?OuiOuiOuiOuiOuiOui
·         Des individus immigrants seraient‑ils adaptés pour survivre au Canada?OuiOuiOuiOuiOuiOui
·         Y a‑t‑il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?OuiOuiOuiOuiOuiOui
·         La possibilité d’une immigration de composantes externes existe-elle? – oui, mais ne s’applique pas vraiment – voir la remarque ci-dessus.OuiOuiOuiOuiOuiOui
Analyse quantitative Aucune donnéeAucune donnéeAucune donnée Aucune donnée Aucune donnée Aucune donnée


Status Existant

Classification selon NatureServe [NatureServe (2005) dernière révision en 1996, voir aussi le Tableau 7]

Mondiale G5
Nationale
É.-U. – N5
Canada- N5
Régionale : É.-U. - AL- S5, AZ - SNA, AR - S4, CT - S5, DE - S5, DC - S4, FL - SNR, GA -S3S4, IL - S2, IN - S4, IA - S3?, KS - S2, KY - S4S5, LA -
S5, ME - S5, MD - S4, MA -S5, MI - SNA, MS - S5, MO - SNR, NE - SNR, NY - SNA, NH - S5, NJ - S5, NM - SX, NY - S5, NC - S5, OH - SNR, OK -
S3, PA - S5, RI - S5, SC - SNR, SD - 3?, TN - S3, TX - S5, VT - S3, VA - S5, WV - S2, WI - S1S2 .
N. B. Les États-Unis sont actuellement en train de revoir le statut de cette espèce pour l'inscrire éventuellement à la liste des espèces en péril en vertu de la Endangered Species Act.
Canada : LB - S4, NB - S5, NF - S5, NS - S5, ON - S5, PE - S4S5, QC - S3

Les espèces sauvages 2000 (Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril – 2001)

Nationale - N6
Provinciale - N – 4*, QC -3, NB - 4, NS -4, PE - 4, LB - 4, NF - 4

* Dextrase a indiqué que cette cote devrait être 2. (A. Dextrase, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, Peterborough, Ontario; commentaires de classification annotés relativement aux données obtenues pour le site Web Espèces Sauvages résultant de l’interrogation de novembre 2001 portant sur les espèces de poissons d’eau douce.

COSEPAC
Évalué pour la première fois en 2006 est désignée comme espèce préoccupante

Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce préoccupante
Code alphanumérique : sans objet
Justification de la désignation : Des indicateurs de la situation de la composante canadienne entière de cette espèce ne sont pas disponibles. Les indices d’abondance dans le cours supérieur du fleuve Saint‑Laurent et le lac Ontario ont diminué d’environ 99 % depuis les années 1970. Les seules autres séries de données de durée comparable (aucun indice à long terme n’est disponible pour la région Scotia-Fundy, Terre-Neuve, et le Labrador) proviennent du cours inférieur du fleuve Saint‑Laurent et du golfe du Saint-Laurent, où quatre des cinq séries temporelles ont connu un déclin. Puisque l’anguille est panmictique, c’est-à-dire que tous les reproducteurs forment une seule unité reproductrice, le recrutement des anguilles dans les eaux canadiennes serait affecté par la situation de l’espèce aux États‑Unis ainsi qu’au Canada. Avant les déclins, les anguilles qui croissent au Canada constituaient une importante partie de la population reproductrice de l’espèce. L’effondrement de la composante du lac Ontario et du cours supérieur du Saint‑Laurent pourrait avoir eu d’importants impacts sur le recrutement total, mais les séries temporelles de l’abondance des civelles, bien que relativement courtes, n’affichent pas de preuve de déclin continu. Des données récentes semblent indiquer que les déclins pourraient avoir cessé dans certaines régions; cependant, les effectifs dans le lac Ontario et dans le cours supérieur du Saint‑Laurent demeurent beaucoup plus faibles que les niveaux antérieurs, et les tendances positives chez certains indicateurs pour le golfe du Saint‑Laurent sont trop courtes pour fournir une preuve solide de l’accroissement de cette composante. Les causes possibles du déclin observé, dont la modification de l’habitat, les barrages, la prise par la pêche, les fluctuations des conditions océaniques, les pluies acides et les contaminants, pourraient continuer à faire obstacle au rétablissement.

Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Sans objet. Le segment canadien de la population des Grands Lacs et du bassin du haut Saint-Laurent a décliné d’environ 99 % depuis les années 1970 (en se fondant sur les débarquements, les pointes d’indices et les indices de pêche expérimentale), et continue à décliner pour des raisons que l’on ne comprend pas très bien; ce déclin pourrait ne pas être réversible. Un déclin a également été documenté dans quatre des cinq sites dans le bas Saint-Laurent et le golfe du Saint-Laurent. Toutefois, le déclin pour l’ensemble des eaux canadiennes est inconnu.
Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Sans objet. La zone d’occurrence et la zone d’occupation excèdent les valeurs limites.
Critère C (Petite population globale et déclin) : Sans objet. La taille totale de la population, bien qu’inconnue, excède sans doute grandement la valeur limite.
Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Sans objet. L’espèce est répandue et nombreuse; les valeurs limites sont dépassées.
Critère E (Analyse quantitative) : Sans objet. Aucune donnée.