Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la loutre de mer au Canada - Mise à jour (2007)

Importance de l'espèce

Ayant presque disparu, la loutre de mer a connu un rétablissement remarquable, principalement en raison des mesures législatives de protection, de l’abondance d’habitats convenables inoccupés et des réintroductions réussies (Mason et MacDonald, 1990). Bien que les populations de loutres de mer aient fait preuve d’une capacité de rétablissement, les déclins phénoménaux dans l’ouest de l’Alaska montrent que les populations peuvent subir un déclin de façon rapide et inattendue.

La loutre de mer est considérée comme une espèce clé ayant une forte influence écologique sur les communautés marines du littoral et sur le cycle vital de ses proies (Estes et Palmisano, 1974; Estes et al., 2005). Elle réduit la pression de broutage en chassant des invertébrés herbivores, en particulier l’oursin vert. Ainsi, cela permet au varech de croître et, par le fait même, cela transforme la communauté dominée par des brouteurs où il y a peu de varechs en une communauté qui assure la subsistance du varech, et des populations de poissons et d’invertébrés qui y sont associées (Breen et al., 1982; Watson, 1993; Estes et Duggins, 1995). La recherche dans les îles Aléoutiennes montre que, en raison du dioxyde de carbone éliminé par le varech, les communautés dominées par les loutres de mer sont deux ou trois fois plus productives que celles d’où l’espèce est absente (Duggins et al., 1989). De plus, ces communautés subviennent aux besoins d’une plus grande abondance de poissons et d’une plus grande diversité d’espèces de poissons (Reisewitz et al., 2006).

La loutre de mer jouit d’un bon capital de sympathie auprès du public en raison de son apparence de petit ourson, de la disparition qu’elle a évitée de justesse, de son rôle dans l’organisation des communautés du littoral rocheux, de son importance historique et de sa vulnérabilité face aux déversements d’hydrocarbures. Elle suscite l’intérêt croissant de l’industrie touristique liée à l’observation des espèces sauvages au Canada étant donné que les gens sont maintenant plus conscients de sa présence sur la côte ouest du pays. Cette espèce vit bien en captivité, quoique sa reproduction soit difficile, et est très aimée dans les zoos et les aquariums. Elle est le seul mammifère autre que les primates à utiliser des outils pour briser la coquille dure de ses proies invertébrées.

La loutre de mer se nourrit d’invertébrés et peut limiter l’abondance d’un grand nombre de ces espèces. Plus la population de loutres de mer s’accroîtra, plus la controverse autour de cette espèce et de la disponibilité des invertébrés pour les pêcheurs des Premières nations et les pêcheurs commerciaux et récréatifs augmentera (Watson et Smith, 1996).