Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Au Canada, le yucca glauque pousse dans l’Écorégion de la prairie mixte (Wilken, 1996). Les populations d’Alberta se trouvent dans la Sous-région de la prairie mixte sèche (Dry Mixedgrass Subregion) définie par le Natural Regions Committee (2006). Dans cette sous-région, le climat se caractérise par des étés très chauds, un apport solaire important, une longue saison de végétation, de faibles précipitations, une forte amplitude journalière et de fréquentes conditions météorologiques extrêmes. La température moyenne de la saison de végétation est d’environ 16 °C, la saison sans gel dure 100 à 120 jours à l’échelle de la région, et la saison de végétation dure environ 180 à 200 jours (Fairbarns, 1985). Le pourcentage moyen d’heures de clarté avec insolation effective est le plus élevé au Canada (50 %) et équivaut à 2 200 heures par an (Fairbarns, 1985). Les précipitations annuelles se situent entre 260 et 280 mm, dont les deux tiers sous forme de pluies printanières (Hurlburt, 2001). Durant tout l’été, le taux d’évaporation demeure élevé, à cause des températures chaudes et de la forte vitesse moyenne du vent (Adams et al., 2005; Knapton et al., 2005). Les vents de 70 à 90 km/h et les ravales de plus de 130 km/h sont fréquents.

À la limite nord de son aire de répartition, le yucca glauque pousse sur des pentes de ravin bien drainées, généralement érodées, sèches, à végétation clairsemée (figures 5 et 6; Milner, 1977; Fairbarns, 1985; Csotonyi et Hurlburt, 2000). Il se rencontre le plus souvent sur des pentes orientées au sud. À Onefour, ces pentes ont un azimut de 34° (nord-est) à 220° (sud-ouest), mais, sauf dans le cas de certains sites abrités par les crêtes voisines, elles sont généralement orientées en direction opposée aux vents dominants, qui sont du sud-ouest (Csotonyi et Hurlburt, 2000). Le sol est généralement un régosol alcalin, dépourvu de couche durcie qui soit située à faible profondeur (Milner, 1977; Fairbarns, 1985).

À Onefour, le yucca glauque pousse sur des pentes érodées qualifiées de « versants de kame » (kame slopes), où la végétation est dominée par l’armoise argentée (Artemisia cana). Les principales graminées sont le boutelou grêle (Bouteloua gracilis) et la muhlenbergie cuspidée (Muhlenbergia cuspidata), tandis que la stipe chevelue (Hesperostipa comata), la kœlérie à crêtes (Koeleria macrantha) et le calamovilfa à feuilles longues (Calamovilfa longifolia) sont communs par endroits. Les principales plantes herbacées non graminoïdes sont deux espèces de cactus, l’oponce à épines nombreuses (Opuntia polyacantha) et la mamillaire vivipare (Escobaria vivipara), ainsi que le penstémon luisant (Penstemon nitidus) et la gutierrézie faux-sarothra (Gutierrezia sarothrae) (Wershler et Wallis, 1986).


Figure 5. Le yucca glauque en floraison intense, début juin 1999. Cette pente de ravin exposée au sud est typique de l’habitat des populations nordiques de yucca glauque.

Photo d’un peuplement de yucca glauque (voir description longue ci-dessous).

Photo : D. Hurlburt.

Description pour la figure 5

Photo d’un peuplement de yucca glauque (Yucca glauca) en floraison intense, sur une pente de ravin bien drainée, orientée au sud, à végétation clairsemée, à Onefour, en Alberta. Ce type de milieu est l’habitat typique des populations nordiques du yucca glauque.

Haut de la page


Figure 6. Habitat du yucca glauque, avec érosion et végétation clairsemée. On peut apercevoir à l’arrière-plan les monts Sweetgrass Hills, situés au Montana.

Photo de rosettes de yucca glauque (voir description longue ci-dessous).

Photo : D. Hurlburt.

Description pour la figure 6

Photo de rosettes de yucca glauque (à l’avant-plan), dont une en fleurs. Les rosettes se trouvent sur une pente de ravin à végétation clairsemée. La photo a été prise vers le bas de la pente. La pente opposée du ravin est visible à une certaine distance, et on peut apercevoir au loin les monts Sweetgrass Hills, situés au Montana.

Haut de la page


Figure 7. Semis de yucca glauque de quatre ans, à Onefour, en Alberta. Les feuilles sont graminoïdes, alors que chez une plante plus âgée elles seraient dressées et pointues.

Photo d’un semis de quatre ans de yucca glauque, à feuilles graminoïdes (voir description longue ci-dessous).

Photo : D. Hurlburt.

Description pour la figure 7

Photo d’un semis de quatre ans de yucca glauque, à feuilles graminoïdes. Une règle a été placée au sol près du semis. La feuille la plus longue mesure probablement moins de 15 centimètres.

Haut de la page

Tendances en matière d’habitat

La plus grande partie de la superficie occupée par les deux populations qui étaient déjà connues a été désignée à titre d’habitat essentiel (Environnement Canada, 2011). Le pâturage est la principale forme d’exploitation à proximité des endroits où pousse le yucca glauque, mais l’habitat demeure en grande partie non perturbé et n’a pas perdu de sa superficie depuis la colonisation de la région, survenue il y a plus de cent ans.

À Onefour, une petite proportion des clones poussent dans la prairie de haute plaine, probablement à la suite d’un incendie de prairie survenu durant les années 1970. La capacité du yucca glauque à se propager au delà de son aire de répartition actuelle pourrait dépendre de facteurs écologiques réduisant la compétition des graminées au cours des années de forte fructification. Dans le passé, le pâturage intensif, l’impact des bisons se roulant sur le sol ainsi que les incendies ont pu constituer de tels facteurs (Samson et Knopf, 1994; Samson et al., 2004). On a estimé que des incendies se produisaient tous les trois à cinq ans dans la prairie mixte avant l’arrivée des Européens (Samson et Knopf, 1994; Samson et al., 2004), mais on croit qu’un seul incendie est survenu dans l’habitat du yucca glauque, à Onefour, au cours des 35 dernières années.

Haut de la page