Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual à bosse au Canada

Information sur l'espèce

Nom, classification et taxinomie

Le rorqual à bosse, Megaptera novaeangliae (Borowski, 1781) est le seul membre du genre Megaptera. Aucune sous-espèce n’est reconnue. Toutefois, des différences dans le moment où a lieu la reproduction, de même que dans la pigmentation (Pike, 1953; Rosenbaum et al., 1995), laissent croire que les populations des hémisphères Nord et Sud sont isolées sur le plan de la reproduction. Cependant, des rorquals à bosse du sud-est du Pacifique peuvent passer l’hiver dans les eaux tropicales de l’hémisphère Nord, dans des zones qui sont également utilisées par des rorquals à bosse de l’hémisphère Nord (Stone et al., 1990; Acevedo et Smultea, 1995; Florez-Gonzalez et al., 1998), ce qui suggère la possibilité d’échanges génétiques entre les populations des deux hémisphères (Baker et al., 1993). Baker et Palumbi (1997) ont trouvé, après examen des données génétiques disponibles, que probablement un ou deux rorquals passent d’un bassin océanique à l’autre par génération.

 

Description

Le rorqual à bosse (figure 1) est l’un des plus grands cétacés; en effet, les adultes mâles et femelles atteignent habituellement environ 13 et 14 m, respectivement. (Chittleborough, 1965; Stevick, 1999). L’individu le plus long jamais observé mesurait 17,4 m (Chittleborough, 1965). Les rorquals à bosse sont facilement reconnaissables à leur dos sombre, à leur grande taille, à leurs nageoires pectorales extrêmement longues (près du tiers de la longueur du corps), à leur tendance à faire émerger leur queue lorsqu’ils plongent, ainsi qu’à leurs fréquents sauts hors de l’eau (breaching) (figure 1). Les mâles et les femelles sont généralement semblables, bien que les femelles aient un lobe hémisphérique dans la région génitale (Glockner, 1983) et que la face inférieure de la queue des mâles soit plus blanche que celle des femelles (Pike, 1953; Allen et al., 1994); cette dernière caractéristique n’est cependant pas assez fiable pour différencier les sexes.