Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le rorqual à bosse au Canada

Biologie

Reproduction

Un baleineau unique naît après une gestation de 11 à 12 mois (Chittleborough, 1958). Dans l’hémisphère Nord, les petits naissent sur une période étalée, de décembre à avril, la période de pointe correspondant aux mois de janvier et de février. L’accouplement n’a jamais été documenté de façon précise, mais l’on sait que les activités connexes à l’accouplement (p. ex. des mâles escortant des femelles et empêchant les autres mâles d’y accéder) se déroulent au cours de la même période. La plupart des petits sont sevrés à un an environ, quelques-uns restant avec leur mère pendant deux ans (Clapham, 1992) et certains étant sevrés avant l’âge d’un an (Baraff et Weinrich, 1993). Dans l'Atlantique Nord, l’âge moyen de la maturité sexuelle chez les femelles est de cinq ans (Clapham, 1992), de sorte que les femelles mettent bas pour la première fois à l’âge de six ans, en moyenne. Certains auteurs pensent que les femelles du Pacifique Nord pourraient avoir un âge moyen plus avancé à la première mise bas, mais des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour le confirmer (Gabriele, 1992; Straley et al., 1993; J. Straley, comm. pers.). Le rorqual à bosse peut se reproduire chaque année, mais un intervalle de deux ou de trois ans entre les mises bas est plus courant (Clapham et Mayo 1990; Weinrich et al., 1993; Straley et al., 1994). Barlow et Clapham (1997) ont estimé que l’intervalle moyen entre les naissances chez les femelles de l'Atlantique Nord était de 2,38 ans, que l’âge minimal à la première parturition était de 5 ans, et que le taux de survie des baleineaux était de 0,875, ce qui donne un taux de croissance de la population de 1,065. Chez les rorquals à bosse de l’Est de l'Australie, ce taux de croissance est d’environ 10 p. 100 par année (Paterson et al., 1994). La longévité reste inconnue; le plus vieil animal observé serait un individu de 48 ans de l’Ouest de l'Australie (Chittleborough, 1965). Il est probable cependant que les rorquals à bosse vivent beaucoup plus longtemps, si l’on considère que l’échantillon de Chittleborough (1965) a été pris après une longue période de chasse, alors que les individus les plus grands (donc les plus vieux) avaient probablement déjà été tués.