Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le smilax à feuilles rondes (population des plaines des Grands Lacs et population de l'Atlantique) au Canada – Mise à jour

Résumé technique - Population des plaines des Grands Lacs

Smilax rotundifolia

Smilax à feuilles rondes : Population des plaines des Grands Lacs – Round-leaved Greenbrier : Great Lakes Plain population

Répartition au Canada :

Sud de l'Ontario

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada :

Environ 2 500 km², selon l’hypothèse des deux points d’entrée durant la période postglaciaire, et ainsi des deux polygones (un pour les populations de la région du Niagara/de Norfolk; un pour les populations du comté d’Essex, légèrement prolongé pour tenir compte d’observations potentielles en provenance de Chatham-Kent).

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Approximativement stable

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence (ordre de grandeur > 1)?

Non

Superficie de la zone d’occupation (km²) :

Moins de 20 km² en fonction de 13 populations et d’une grille à mailles de 1 km, et 40 km² en fonction d’une grille à mailles de 2 km.

Préciser la tendance (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Approximativement stable.

Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation (ordre de grandeur > 1)?

Non

Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés.

13 actuels (seulement 8 ont été vérifiés récemment).

Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Apparemment en croissance dans les nouveaux sites trouvés dans la région du Niagara par suite d’un plus grand nombre d’activités de recherche, mais ces sites représentent sans doute des colonies jusqu’à maintenant inaperçues.

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements (ordre de grandeur > 1)?

Non. La plupart des sites ont été découverts récemment (depuis 1985).

Tendances en matière d’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue).

La superficie, l’étendue et la qualité de l’habitat connaissent toutes un déclin graduel attribuable aux activités humaines.

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population : indiquer en années, en mois, en jours, etc.).

Difficile à évaluer : espèce de nature clonale – L’âge moyen des vignes et des clones bien développés pourrait être de plusieurs décennies ou plus; l’âge de reproduction pourrait être de quelques années seulement.

Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles).
Probablement entre 1 000 et 5 000 couronnes (grandement influencées pas une seule population); il plane une grande incertitude quant au nombre d’individus que ce total représente. Les données actuelles indiquent que seulement 3 populations contiennent des individus des deux sexes et celles-ci se composent de moins de 100 couronnes.

Difficile à évaluer : peut-être moins de 250 individus reproductifs matures, mais les populations connues n’ont pas toutes fait l’objet de relevés pour en déterminer la capacité de se reproduire par semis

Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue.

Difficile à évaluer : peut-être stable en ce qui concerne le nombre de couronnes, et probablement des populations contenant des plants des deux sexes

S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

s.o.

Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)?

Non

La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)?

Oui

Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin, stable, en croissance, inconnue).

Les nombres accrus correspondent simplement au nombre accru d’activités de recherche des dernières années

 Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)?

Non

Énumérer les populations et donner le nombre d’individus matures dans chacune :

voir le tableau 2.

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

Dégradation/destruction de l’habitat : la perte de l’habitat potentiel existant, l’étalement urbain et les impacts qu’il a sur les populations adjacentes, le projet d’aménagement résidentiel sur un site, la détérioration du site où un enclos de chevreuils a été construit, et les contraintes biologiques subies par la population en raison de la rareté extrême des populations contenant à la fois des individus mâles et femelles.

Immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur?

États-Unis : Répandues, non en péril à l’échelle mondiale (G5); non en péril (S5) dans tous les États sauf l’Illinois, où elle est classée S3? (vulnérabilité incertaine à la disparition du pays ou de la planète)

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?

Inconnue, mais possible.

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?

Ils se prêteraient sans doute davantage aux régions plus tempérées, par exemple près des populations connues.

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?

Extrêmement rare dans le comté d’Essex; en quantité raisonnable dans la région du Niagara.

La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?

Possible, étant donné la proximité de grandes populations américaines et la dispersion par les oiseaux.

Analyse quantitative

Non disponible.

Statut existant

  • COSEPAC : menacée (2001, 2007)
  • MRNO : menacée

Statut et justification de la désignation

Statut : Menacée

Code alphanumérique : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii)+2ab(iii), mais désignée « menacée », B1ab(iii)+2ab(iii), car les plants sont des vignes longévives qui se reproduisent vigoureusement par croissance végétative.

Justification de la désignation : L’espèce compte actuellement 13 populations très fragmentées dans la zone carolinienne de l'Ontario. Depuis la dernière évaluation du COSEPAC, quatre populations ont été découvertes grâce à des relevés plus vastes, et bien qu‘aucune population n'ait disparu, des déclins de l’habitat ont été observés. La taille et les tendances des populations ne sont pas bien connues en raison de la nature clonale de l'espèce. De nombreuses populations de l'Ontario semblent compter des plants d'un seul sexe et ne peuvent donc produire de graines. Cependant, les plants sont vigoureux et longévifs et résistent aux changements de l’habitat.

Applicabilité des critères

  • Critère A (Population globale en déclin) : Aucune donnée sur le déclin.
  • Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Correspond aux critères de la catégorie « en voie de disparition », B1ab(iii)+2ab(iii), étant donné la zone d’occurrence et la zone d’occupation qui se trouvent en deçà des seuils maximums pour la catégorie « en voie de disparition » et la présence des 13 populations gravement fragmentées en raison, en partie, du fait que près de la moitié de celles-ci sont des populations unisexuées. Un risque constant découle de la dégradation et de la perte de l’habitat attribuables au fait que ce dernier se trouve principalement sur des propriétés privées et dans des régions très urbanisées.
  • Critère C (Petite population globale et déclin) : s.o. En raison de l’incertitude quant au nombre réel d’individus matures chez l’espèce clonale à plants unisexués, le critère ne peut pas être appliqué en toute confiance.
  • Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Correspond au critère de la catégorie « menacée », D2, si la zone d’occupation est calculée en fonction d’une grille à mailles de 1 km, mais elle est supérieure à 20 km² si une grille à mailles de 2 km est utilisée.
  • Critère E (Analyse quantitative) : Non disponible.