Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC Baleine noire du Pacifique Nord (Eubalaena japonica) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

On estime que la population de baleines noires du Pacifique Nord avant l’exploitation de l’espèce dépassait 11 000 têtes (NMFS, 1991), et atteignait peut-être deux fois ce nombre (Scarff, 2001). Aujourd’hui, l’espèce est extrêmement rare dans l’est du Pacifique Nord, ayant été presque exterminée par la chasse en haute mer au 19e siècle et par la chasse pratiquée illégalement par l’Union soviétique au cours des années 1960 (Scarff, 1991; Doroshenko, 2000; Brownell et al., 2001). 

Depuis 1997, on a observé à quelques reprises des baleines noires de l’est du Pacifique Nord dans le sud-est de la mer de Béring; d’après des données acoustiques, les animaux y séjourneraient d’août à novembre (Munger et al., 2003). LeDuc et al. (2001) ont signalé 11 individus identifiés au moyen de techniques photographiques. Ces 11 animaux ont tous fait l’objet d’une biopsie. Sur la base des génotypes, il n’y avait que six individus uniques; ainsi, le nombre total d’individus représentés par les 11 animaux n’était que de six (LeDuc et al., 2001). Tous les six ont été génétiquement identifiés comme des mâles; deux haplotypes étaient représentés (LeDuc et al., 2001). Parmi les neuf autres observations photographiées en 2002 figurent une femelle et son baleineau (LeDuc, 2004). Un groupe de 25 à 30 animaux comprenant deux ou trois paires femelle-baleineau a été observé dans le sud-est de la mer de Béring à l’été 2004 (Robert Pitman, Southwest Fisheries Center, NMFS, comm. pers.). Bien que les travaux génétiques préliminaires semblent indiquer un faible nombre de femelles, il faut nuancer cette opinion en soulignant qu’il est peut-être plus facile de faire la biopsie des mâles ou qu’il peut exister une ségrégation géographique selon le sexe dans les aires d’estivage (LeDuc et al., 2001). Si on se fie à la vaste étendue examinée (LeDuc et al., 2001; LeDuc, 2004) et à la concentration des observations, il est possible que la population de l’est du Pacifique Nord se limite à quelques dizaines d’animaux.