Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tortue luth

5.0 Manques de connaissance à combler[1]

L’état des connaissances sur la tortue luth de l’Atlantique présente de nombreuses lacunes, notamment en ce qui concerne la biologie et l’écologie de l’espèce, ses besoins en matière d’habitat et les menaces qui pèsent sur son avenir. Voici une liste des mesures à prendre pour combler ces lacunes.

 5.1 Écologie et biologie

  1. Faire des relevés afin de déterminer la répartition et l’abondance saisonnières de la tortue luth dans les eaux canadiennes de l’Atlantique et de repérer les aires d’alimentation importantes pour le rétablissement de la population.
  2. Identifier les proies/sources alimentaires de la tortue luth et en déterminer la répartition afin de mieux comprendre le comportement alimentaire de l’espèce.
  3. Modéliser les facteurs biotiques et abiotiques (par exemple corrélats océanographiques) pouvant avoir une incidence sur la répartition saisonnière de la tortue luth dans les eaux canadiennes de l’Atlantique.
  4. Mener des recherches sur la biologie et la physiologie générales de la tortue luth de l’Atlantique pour mieux comprendre son comportement par rapport aux conditions du milieu.
  5. Étudier le comportement de plongée de l’espèce (profondeur, temps d’immersion, fréquence) afin de définir des facteurs de correction pour les relevés aériens et d’orienter les décisions concernant la gestion des pêches commerciales.
  6. Étudier le chevauchement spatial et temporel entre les pêches commerciales et la tortue luth afin de prévoir à quels endroits et à quels moments les pêches commerciales risquent d’avoir une incidence sur l’espèce.
  7. Analyser les données recueillies par les observateurs des pêches et déterminer les lacunes à combler pour obtenir des estimations statistiquement valables du nombre de tortues prises accessoirement dans les engins de pêche commerciale.
  8. Pratiquer des autopsies sur les cadavres de tortues luths repêchés dans les eaux canadiennes de l’Atlantique chaque fois que cela est possible afin d’en tirer le maximum d’enseignements sur la biologie générale de l’espèce, les maladies auxquelles elle est sensible et les causes de mortalité, et conserver des spécimens pour les archives et pour fins d’analyse.
  9. Étudier les migrations de l’espèce et ses déplacements à la recherche de nourriture en eaux canadiennes et internationales.
  10. Définir des indicateurs à long terme de l’abondance de l’espèce dans les eaux canadiennes.
  11. Lancer des recherches pour déterminer de quelles plages de nidification proviennent les tortues luths qui viennent se nourrir dans les eaux canadiennes de l’Atlantique.

5.2 Habitat

  1. Compiler toutes les données recueillies par les différentes autorités sur les menaces pour les milieux exploités par la tortue luth.
  2. Poursuivre les études pour déterminer l’habitat essentiel de la tortue luth dans les eaux canadiennes.
  3. À partir des données océanographiques disponibles, déterminer comment la concentration en chlorophylle et la température des eaux de surface permettent de mesurer la productivité primaire, fournissent des indications approximatives sur les proies de la tortue luth et peuvent être corrélées à la répartition de la tortue luth.
  4. Étudier la répartition et l’abondance de la tortue luth et des espèces dont elle se nourrit (méduses) dans les eaux canadiennes de l’Atlantique.
  5. Repérer les couloirs de migration de la tortue luth par divers moyens, notamment la télémesure par satellite.
  6. Déterminer quelles activités ayant cours ou pouvant avoir cours ont des répercussions sur l’habitat de la tortue luth.

5.3 Menaces

  1. Déterminer l’importance des menaces connues et éventuelles pour la tortue luth dans ses aires d’alimentation et ses couloirs de migration.
  2. Estimer les chances de rétablissement de l’espèce pour différents taux de mortalité en se fondant sur les connaissances actuelles concernant la capacité de reproduction de l’espèce.
  3. Estimer l’importance des prises accessoires de tortues luths pour toutes les pêches ayant cette incidence sur l’espèce.
  4. Recommander que le protocole d’échantillonnage utilisé pour les pêches hauturières à la palangre dans le cadre du Programme des observateurs de l’Est du Canada soit adapté pour permettre la collecte de données sur la tortue luth par d’autres secteurs de pêche.
  5. Évaluer l’impact sur la tortue luth de tous les types d’engins de pêche en usage et établir l’ordre d’importance (vérifier les types d’engins inscrits dans le plan des États‑Unis).
  6. Évaluer les modifications qui peuvent être apportées aux engins de pêche pour réduire leur incidence sur la tortue luth, notamment la mortalité, et adopter celles qui s’avèrent efficaces.
  7. Déterminer quelles sont les méthodes de manutention qui causent le moins de mal aux tortues luths prises dans les engins de pêche commerciale.
  8. Déterminer le taux de mortalité chez les tortues remises à la mer après avoir été déprises d’engins de pêche commerciale.
  9. Examiner l’incidence que peut avoir la prospection sismique dans les aires d’alimentation de la tortue luth et dans ses couloirs de migration et évaluer l’efficacité des mesures actuelles ou proposées pour atténuer l’incidence de cette activité.
  10. Examiner les effets que peuvent avoir les activités militaires sur la tortue luth et sur ses proies.
  11. Évaluer l’impact des rejets associés aux forages d’exploration et de production, en particulier les rejets d’eaux usées (examiner l’expérience du golfe du Mexique).
  12. Examiner les effets possibles de la pollution marine sur la tortue luth.
  13. Déterminer le taux de mortalité et de blessure associé aux débris marins (examiner les données américaines).
  14. Évaluer la vulnérabilité de la tortue luth aux collisions avec des bateaux et estimer le taux de mortalité attribuable à des collisions dans les eaux canadiennes (examiner les données des États‑Unis).
  15. Étudier les divers moyens possibles d’atténuer les risques que posent les engins de pêches pour la tortue luth.



[1] Aux termes de la LEP, le programme de rétablissement doit comporter « un énoncé sur l'opportunité de fournir des renseignements supplémentaires concernant l'espèce » [LEP, par. 41(1)f)]. Cette section décrit les travaux à réaliser pour atteindre le but du programme de rétablissement.