Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la tortue luth

Sommaire

La tortue luth étant un reptile marin qui a connu un déclin dramatique au cours des dernières années. On estime que la population mondiale de femelles reproductrices a diminué de 70 % entre 1980 et 1995. La tortue luth figure sur la liste des espèces en voie de disparition de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada. Le présent programme de rétablissement vise la population de l’océan Atlantique.

La tortue luth est une grande migratrice : une partie de la population de l’Atlantique effectue des migrations saisonnières entre les sites de ponte dans les Caraïbes et en Amérique du Sud et les eaux tempérées au large du Canada. Il semble que l’espèce passe l’été et l’automne dans les eaux tempérées pour y exploiter les ressources alimentaires. Plusieurs facteurs sont à l’origine du déclin général de la tortue luth; nombre d’entre eux sont à l’extérieur du territoire canadien, de sorte que le rétablissement de l’espèce exigera une coopération internationale.

On connaît mal les répercussions que peuvent avoir sur la tortue luth les activités pratiquées dans les eaux canadiennes de l’Atlantique. On sait cependant que les engins de pêche commerciale, les bateaux de plaisance, le trafic maritime, la pollution marine ainsi que l’exploration et l’exploitation pétrolières et gazières sont causes de mortalité chez l’espèce. Il est difficile de concevoir des moyens d’atténuer l’incidence de ces facteurs, d’une part, parce qu’ils ne sont pas bien connus, et, d’autre part, parce qu’on connaît peu de choses sur la biologie de l’espèce, sa répartition, son cycle vital et son comportement. On ne peut donc pas déterminer dans quelle mesure un moyen envisagé pourrait contribuer au rétablissement de l’espèce.

Le présent programme de rétablissement définit des mesures qui peuvent être prises sous le régime des lois canadiennes pour favoriser le rétablissement de la tortue luth. Le but du programme est d’assurer la viabilité à long terme de la population fréquentant les eaux canadiennes de l’Atlantique. Les objectifs définis pour atteindre ce but reflètent la nécessité de1) mieux comprendre les dangers qui guettent la tortue luth dans les eaux canadiennes de l’Atlantique, 2) mieux connaître l’espèce et ses besoins en matière d’habitat, 3) définir l’habitat essentiel de l’espèce afin de pouvoir le protéger, 4) réduire les risques pour l’espèce liés aux activités de l’homme, 5) sensibiliser les intéressés et le grand public aux moyens de participer au rétablissement de l’espèce et 6) établir une collaboration à l’échelle internationale pour augmenter la portée des mesures de rétablissement.

Un des principaux défis que pose le rétablissement de la tortue luth de l’Atlantique réside dans le manque de données sur la biologie de l’espèce, sa répartition et ses préférences en matière d’habitat de même que sur les menaces qui pèsent sur elle. Par ailleurs, les déplacements de l’espèce dans les eaux et sur les plages de plusieurs pays compliquent la tâche de la rétablir. La poursuite des recherches scientifiques sur l’espèce et des efforts internationaux pour la protéger augmenteront les chances de rétablir son effectif.