Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la petite-centaurée de Muhlenberg au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’aire de répartition du Centaurium muehlenbergiis’étend depuis le sud-ouest de la Colombie-Britannique vers le sud de l’État de Washington jusqu’en Oregon, en Idaho, au Nevada et en Californie (Hitchcock et al., 1959; Hitchcock et Cronquist, 1973; Douglas et al., 1999; NatureServe, 2005) (figure 2). Dans l’État de Washington, l’espèce a déjà été présente depuis le comté de Spokane jusqu’au comté de Kittitas et, vers l’ouest, jusque dans la gorge du fleuve Columbia (Hitchcock et Cronquist, 1973), mais elle est aujourd’hui toujours classée disparue de cet État (NatureServe, 2005), bien que des individus aient été récoltés en 1992 dans les îles San Juan.

Figure 2. Aire de répartition mondiale approximative du Centaurium muehlenbergii (espèce peut-être disparue de l’État de Washington). Les cercles ombrés représentent des mentions probablement erronées.

  Figure 2. Aire de répartition mondiale approximative duCentaurium muehlenbergii (espèce peut-être disparue de l’État de Washington). Les cercles ombrés représentent des mentions probablement erronées.

La présence du C. muehlenbergii est également signalée au Texas, en Louisiane et au Mississippi (USDA-NRCS, 2005), mais il s’agissait probablement du C. tenuiflorum (J. Pringle, comm. pers., 2001).

Aire de répartition canadienne

Au Canada, il existe deux sites connus isolés où se trouve leCentaurium muehlenbergii, soit dans le sud-est de l’île de Vancouver (l’une se trouve à Oak Bay, près de Victoria, l’autre, près de Nanaimo) et un troisième dans une des îles Gulf (partie est de l’île Chatham), au large de Victoria (figure 3 et tableau 1).

Figure 3. Aire de répartition canadienne du Centaurium muehlenbergii. Les cercles pleins représentent des populations confirmées. Les triangles vides représentent des lieux où l’espèce a été recherchée en vain.

Figure 3. Aire de répartition canadienne du Centaurium muehlenbergii.

 

Tableau 1. Localité, année de la première et de la dernière observation, régime foncieret protection de l'habitat (juridique ou effective) pour les populations canadiennes de Centaurium muehlenbergii.
Populationprem. obs. et source1dern. obs. et source1régime foncierprotection (juridique / effective)
Oak Bay (Victoria)1961 / MCM2004 / MMParc municipalAucune / partielle
Îles Gulf 
(partie est de l’île Chatham)
1933 / HT2002 / MMRéserve indienneAucune
Nanaimo2003 / AC2003 / ACPropriété privéeAucune

1AC : Adolf Ceska; MCM : M.C. Melburn; MM : Mike Miller; HT : H. Toms.

La population de l’île Chatham a été répertoriée pour la première fois en 1933, et celle d’Oak Bay, en 1961 (HERB Database, 2005). Jusqu’à récemment, ces deux populations étaient les seules populations canadiennes confirmées deCentaurium muehlenbergii. Toutefois, en 2003, une troisième population, petite, a été découverte près de Nanaimo, soit à environ 80 km au nord des deux populations connues (tableau 1).

Il existe une mention historique datant de 1911, non confirmée, pour le parc Stanley, à Vancouver (Douglas et al., 2002), mais cette mention n’était pas fondée sur un spécimen de référence. L’espèce n’a pas été mentionnée depuis pour cette localité, ce qui donne à penser qu’il s’agissait d’une mention erronée (M. Fairbarns, comm. pers., 2003).

Au Canada, la zone d’occurrence du Centaurium muehlenbergii est d’environ 160 km². La superficie réellement occupée par l’espèce dans cette aire est d’environ 110 (0,0001 km²). Calculée selon une grille de 1 km sur 1 km, la zone d’occupation de l’espèce est de 3 km²; calculée selon une grille de 2 km sur 2 km, elle est de 12 km². L’aire de répartition canadienne du C. muehlenbergii correspond ainsi à beaucoup moins de 1 p. 100 de son aire mondiale. La population récemment signalée à Nanaimo n’est probablement pas une population nouvelle, mais une population qui était jusqu’alors passée inaperçue.

Les populations américaines de Centaurium muehlenbergii les plus proches se trouvent à plus de 300 km au sud, dans la gorge du Columbia. Toutefois, des spécimens de l’espèce ont été récoltés en 1992 dans les îles San Juan (numéro de dépôt WTU 325083 à l’herbier de l’University of Washington). L’organisme NatureServe (2007) maintient cependant la désignation SH (présence historique).