Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le scinque des Prairies (Eumeces septentrionalis) au Canada - Mise à jour

Sommaire du rapport de situation

Le scinque des Prairies est un petit lézard insectivore. Les populations canadiennes sont disjointes des populations états-uniennes et sont confinées à deux petites régions (< 1770 km²) du Sud-Ouest du Manitoba. L’aire de répartition principale dans la province est la région des dunes de Carberry, la plupart des observations ayant été faites à moins de 25 km de cette ville. Une petite population disjointe (< 1 km) est aussi présente dans les dunes de Lauder, à environ 90 km au sud-ouest des dunes de Carberry.

Au Manitoba, l’espèce dépend des étendues de prairie mixte à sol sableux, gravement menacées par la mise en culture. La prairie mixte disparaît aussi en raison de la succession végétale conduisant à l’établissement de la tremblaie-parc, phénomène dû en grande partie à la lutte contre les incendies. De plus, une plante exotique, l’euphorbe ésule, est en train d’envahir de nombreuses prairies mixtes. Il semble que le scinque ne puisse pas vivre dans les secteurs fortement envahis par l’euphorbe ésule. La perte de prairie mixte entraîne un rétrécissement et une fragmentation de l’habitat du scinque des Prairies. Cela est particulièrement grave à la limite nord de l’aire de répartition de cette espèce dont les densités démographiques et la capacité de dispersion sont faibles.

On ne dispose pas de données précises sur le nombre et la taille des populations, notamment à cause de la nature discrète de l’espèce et du manque de relevés récents dans son aire de répartition canadienne. Ces dernières années, il y a certainement eu des déclins importants et probablement rapides à cause de la perte d’habitat, mais leur ampleur ne peut être quantifiée avec précision.