Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le scinque des Prairies (Eumeces septentrionalis) au Canada - Mise à jour

Taille et tendances des populations

Aucun relevé précis du nombre de populations et des effectifs actuels de l’espèce n’a été réalisé au Canada. Parmi les 21 « populations » décrites dans le premier rapport de situation du COSEPAC, plus de 60 p. 100 n’ont pas été revisitées depuis plus de dix ans (tableau 1). Au Minnesota, on a calculé des densités de 63 à 231 individus par hectare dans des champs abandonnés (Pitt, 2001). Les secteurs où les scinques des Prairies sont relativement faciles à recenser sont les îlots d’habitat renfermant de nombreux abris artificiels; il en découle qu’on y obtient des estimations élevées des effectifs ou des densités, qui sont non représentatives de l’ensemble de l’aire de répartition de l’espèce. On trouverait probablement des scinques dans des secteurs dépourvus d’abris artificiels, où ils peuvent construire des terriers ou s’abriter sous des touffes de végétation ou des débris ligneux, mais il est presque impossible de les recenser dans de tels milieux. Par ailleurs, il semble que la densité de scinques soit plus élevée sur les crêtes et les pentes orientées au sud.

Sur les 60 000 ha des dunes de Lauder, on a estimé que seulement 2500 ha environ pourraient offrir un habitat au scinque des Prairies (Bredin, 1989). La quantité de milieu propice y est difficile à établir parce que celui-ci est fragmenté en petits îlots difficiles à inventorier par télédétection (J. Duncan, comm. pers., mai 2004). En 1985, on a trouvé des scinques dans les dunes de Lauder uniquement dans un secteur de moins de 1 ha, alors qu’on pensait que l’espèce était plus répandue dans la région. Cependant, des relevés réalisés en 2001 et 2002 par Errol Bredin et Ken De Smet, du Centre de données sur la conservation du Manitoba, ont confirmé que l’espèce n’était présente que dans le secteur où elle avait été observée en 1985. L’installation d’objets pouvant servir de couvert aux scinques à de nombreux autres endroits dans les dunes de Lauder n’a pas permis de repérer d’autres lieux occupés par l’espèce. Il est donc fort probable que le scinque des Prairies ne soit présent dans la région que dans ce petit secteur de moins de 1 ha. On ne sait pas si l’espèce a déjà été plus répandue dans les dunes de Lauder. Quoi qu’il en soit, cette population risque de disparaître à cause de son isolement.

Tableau 1. Mentions historiques de scinques des Prairies
de la mentionLocalitéDate de l’observation la plus récenteObservateur
1Côté nord de l’Assiniboine, à l’ouest de la route provinciale 242
1988
Bredin, E., comm. pers.
2Nord-est de nº 19
1988
Bredin, E., comm. pers.
3Embouchure de la Cypress
1988
Bredin, E., comm. pers.
4Environ 4 km à l’est du belvédère de Steels Ferry
2002
Fuerst, G., comm. pers.
512 km au sud-ouest de Carberry
1999
Bredin, E., comm. pers.
610 km au nord-ouest de Sydney
1988
Bredin, E., comm. pers.
74 km à l’ouest et 5 km au nord de Sydney
1988
Bredin, E., comm. pers.
83,5 km à l’ouest et 3,2 km au nord de Sydney
1988
Bredin, E., comm. pers.
92,4 km au sud et 3,2 km à l’ouest d’Edrans sur la route provinciale 352
1988
Bredin, E., comm. pers.
10Décharge locale, à environ 5 km à l’est de Wellwood
2002
Fuerst, G., comm. pers.
113,5 km au nord-est de Glenboro
1988
Bredin, E., comm. pers.
12Région des collines Bald
1995
Bredin, E., comm. pers.
13Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
14Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
15Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
16Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
17Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
18Parc provincial Spruce Woods, à l’est de la route 5
2003
Scott, J., comm. pers.
19Environ 6 km au nord du ruisseau Epinette sur la route 5
2002
Fuerst, G., comm. pers.
20Environ 6 km au nord du ruisseau Epinette sur la route 5
2002
Fuerst, G., comm. pers.
2111 km au sud-ouest de Carberry
1999
Bredin, E., comm. pers.
2210 km au sud et 7 km à l’est de Neepawa
1988
Bredin, E., comm. pers.
236 km au sud-ouest de Neepawa
1988
Bredin, E., comm. pers.
24Base militaire Shilo
2001
Fuerst, G., comm. pers.
25Environ 7 km à l’ouest de Carberry
2002
Fuerst, G., comm. pers.
26Environ 7 km à l’ouest de Carberry
2002
Fuerst, G., comm. pers.
279 km à l’ouest de Carberry
2003
Bredin, E., comm. pers.
287,2 km à l’ouest de Carberry
2000
Bredin, E., comm. pers.
29À l’est du confluent de la Souris et de l’Assiniboine
1988
Bredin, E., comm. pers.
30Station d’Onah
2001
Bredin, E., comm. pers.
31Décharge de la BFC Shilo
1988
Bredin, E., comm. pers.
32CampHughes
1988
Bredin, E., comm. pers.
336 km au sud de la BFC Shilo
2001
Bredin, E., comm. pers.
34Dunes de Lauder
2002
Bredin, E., comm. pers.

On ne sait pas à quel point les populations sont reliées dans les dunes de Carberry. La surveillance à long terme de plusieurs localités laisse penser que les populations sont demeurées présentes tout au long des 20 dernières années ou que des recolonisations rapides ont eu lieu. Cette dernière hypothèse paraît toutefois moins probable vu la faible capacité de dispersion de l’espèce. Par ailleurs, la production d’œufs semble extrêmement réduite dans les années très sèches (Bredin, 1988), mais on ne sait pas très bien ce qui en découle sur le plan démographique. On peut penser qu’une suite d’années exceptionnellement sèches entraînerait une réduction des effectifs et qu’une longue sécheresse pourrait faire disparaître des populations.

Les scinques des Prairies ne sont pas territoriaux, et les mâles ne sont agressifs les uns envers les autres que durant la saison de reproduction. Il arrive souvent qu’un scinque soit capturé de façon répétée sous le même abri, le domaine vital se limitant habituellement à quelques mètres carrés, cependant, le domaine vital d’un individu peut changer au cours de la saison d’activité. Comme ce lézard est généralement discret, il n’est habituellement pas directement persécuté par les humains.