Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Polystic des rochers (Polystichum scopulinum) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification 

Nom scientifique :

Polystichum scopulinum (D.C. Eaton) MaxonNote de bas de page1

Synonyme :

Polystichum mohrioides (Bory) Presl var. scopulinum(D.C. Eaton) Fern.

Nom français :

polystic des rochers

Nom anglais :

Mountain Holly Fern

Famille :

Dryoptéridacées

Grand groupe végétal :

Fougères

Description

Le polystic des rochers P. scopulinum (D.C.  Eaton) Maxon, appartient à un genre cosmopolite qui compte plus de 175 espèces (Wagner, 1993; Smith et Lemieux, 1993). Il s’agit d’une des huit espèces de Polystichum que l’on trouve en Colombie-Britannique (Ceska, 2000; Douglas et al., 2002a), d’une des quatre que l’on trouve au Québec (Wagner, 1993) et d’une des trois que l’on trouve dans l’île de Terre-Neuve (Meades et al., 2000). On compte au total neuf espèces de Polystichum au Canada (Cody et Britton, 1989; Wagner, 1993).

Le Polystichum scopulinum est une fougère cespiteuse vivace sempervirente à rhizome court et robuste (figure 1; Ceska, 2000). Les frondes sont simplement pennées, ascendantes, longues de 10 à 40 cm et larges de 3 à 7 cm. Les segments primaires des frondes, au nombre de 20 à 40 de chaque côté du rachis, sont oblongs avec des segments secondaires (pinnules) aigus et bordés de dents épineuses minuscules. Les sores sont ronds, insérés près de la nervure médiane et protégés par une indusie entière ou frangée.

En Colombie-Britannique, il est possible de confondre le P. scopulinum avec le P. lemmonii Underw. ou le P. kruckebergii W.H. Wagner. On peut le distinguer du P. lemmonii par les dents de ses pinnules, qui sont épineuses (Hitchcock et al., 1969; Wagner, 1993; Ceska, 2000), et du P. kruckebergii par ses segments primaires à extrémité obtuse (surtout à la base des frondes) et à dents fines et incurvées, les segments primaires du P. kruckebergii ayant plutôt une extrémité très pointue (surtout à la base des frondes) et des dents fortes et droites (Hitchcock et al., 1969; Wagner, 1993; Ceska, 2000). Avant le travail de Wagner (1966), qui a reconnu et nommé l’espèce P. kruckebergii, tous les spécimens de cette dernière en Colombie-Britannique étaient identifiés comme étant de l’espèce P. scopulinum(p. ex. Taylor, 1963, 1970).

Les quatre espèces de Polystichum du Québec et les trois de l’île de Terre-Neuve se distinguent facilement par la morphologie de leurs feuilles (voir Gleason, 1963).

Figure 1. Illustration du Polystichum scopulinum : port de la plante avec des agrandissements de la feuille et des segments primaires (segments primaires x 0,5), dont un montre le dessous d’un segment primaire avec les sores (en haut à gauche), et un autre un sore avec les sporanges entourant l’indusie (membrane protectrice au centre; en haut à droite, x 15). Dessin tiré de Hitchcock et al.(1969), reproduit avec permission.

Figure 1. Illustration du Polystichum scopulinum : port de la plante avec des agrandissements de la feuille et des segments primaires (segments primaires x 0,5), dont un montre le dessous d’un segment primaire avec les sores (en haut à gauche), et un autre un sore avec les sporanges entourant l’indusie (membrane protectrice au centre; en haut à droite, x 15). Dessin tiré de Hitchcock et al. (1969), reproduit avec permission.

Note de bas de page 1

Taxinomie et nomenclature d’après Douglas et al. (1998a, 1998b, 1999, 2000), Gleason et Cronquist (1991), ou Marie-Victorin (1995).

Retour à la référence de la note de bas de page1