Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Polystic des rochers (Polystichum scopulinum) au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

On trouve le Polystichum scopulinum dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique, puis sporadiquement au sud, dans l’ouest des États-Unis, jusque dans le Colorado, l’Arizona et la Californie (figure 2, Wagner, 1993). Une population isolée a aussi été répertoriée dans le nord-est du Québec, et une autre dans l’ouest de l’île de Terre-Neuve (figure 2, Wagner, 1993).

Figure 2. Répartition nord-américaine du Polystichum scopulinum, établie d’après Wagner (1993). La population de Terre-Neuve a été observée pour la dernière fois en 1950.

Répartition nord-américaine du Polystichum scopulinum, établie d’après Wagner (1993)

Aire de répartition canadienne

Au Canada, le Polystichum scopulinum est répertorié à trois endroits : un en Colombie-Britannique, un au Québec et un dans l’île de Terre-Neuve. En Colombie-Britannique, on trouve trois populations (celle du mont Grasshopper comptant deux sous-populations) dans la région de la rivière Tulameen (figure 3; Ceska, 2000; Douglas et al., 2002a, b). Au Québec, la population se trouve sur le mont Albert, en Gaspésie (figure 4; Labrecque et Lavoie, 2002). Une population a aussi été répertoriée en 1950 dans la région de Humber West (mont North Arm), dans l’ouest de l’île de Terre-Neuve (Bouchard et al., 1991; Meades et al., 2000). En 2000, une recherche limitée a été effectuée sur le mont North Arm, mais aucune plante n’a été repérée (Djan-Chékar, comm. pers., 2004). Ce site est éloigné et la description originale de sa localisation et du milieu fournie par Rouleau, qui a effectué la récolte, n’est pas détaillée, de sorte qu’on ne peut conclure avec certitude que la population a disparu (Djan-Chékar, comm. pers.).

La première récolte de Polystichum scopulinum en Colombie-Britannique a été effectuée en 1952 par A. R. Kruckeberg sur le mont Olivine, dans la vallée de la rivière Tulameen. En 1996, G. W. Douglas a visité et évalué les trois populations de cette vallée (figure 3), où il est ensuite retourné en 2002 pour évaluer la population du ruisseau Britton.

En Amérique du Nord, on ne trouve le P. scopulinum que sur des sols ultramafiques (serpentine) (Kruckeberg, 1969). En Colombie-Britannique, on compte environ 20 secteurs de ce genre, mais un seul abrite l’espèce. Presque tous les terrains ultramafiques ont été fouillés minutieusement, puisqu’on y trouve toujours au moins une de trois espèces rares de Polystichum (P. kruckebergii, P. lemmonii et P. scopulinum) et qu’ils présentent un intérêt particulier pour les botanistes. Dans le sud du Québec, le principal autre secteur de substrat rocheux serpentineux se trouve dans la région fortement perturbée des mines d’amiante de Thetford Mines, dans les Cantons de l’Est; ce secteur a fait l’objet d’une fouille approfondie. L’espèce n’y est probablement pas présente parce qu’elle est de nature plutôt alpine et que les affleurements des Cantons de l’Est sont situés à faible altitude.

Figure 3. Répartition (●) du Polystichum scopulinum en Colombie-Britannique. On trouve trois populations, celle du mont Grasshopper étant composée de deux sous-populations.

Répartition (●) du Polystichum scopulinum en Colombie-Britannique

 

Figure 4. Répartition (●) du Polystichum scopulinum au Québec.

Répartition (●) du Polystichum scopulinum au Québec