Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Polystic des rochers (Polystichum scopulinum) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Ce qui menace actuellement le plus directement la population de P. scopulinum de la Colombie-Britannique est l’exploration minière, l’aménagement routier ou les feux de forêt. Toutes les formations géologiques ultramafiques peuvent contenir des métaux précieux, en témoigne la présence de concessions minières sur tous les affleurements ultramafiques. Le site Web du babillard électronique de Bright Star Ventures (BSV) (semaine du 20 au 24 août 2001), qui a été consulté le 1er février 2005, indiquait que l’entreprise prévoyait mettre en place un important programme d’exploration sur sa propriété renfermant du platine et du palladium récemment acquise à l’intérieur du complexe ultramafique de la rivière Tulameen (Tulameen Ultramafic Complex), situé à l’ouest de Princeton, en Colombie-Britannique. On a déjà extrait plus de 20 000 onces de platine et d’or placériens dans cette zone, qui contient également du cuivre, du nickel et de l’argent. Bright Star Ventures est également propriétaire d’environ 560 ha (1400 acres) sur le mont Grasshopper et 1760 ha (4400 acres) sur le mont Olivine.

Au moment de la rédaction du présent rapport, seule une exploration minière minimale avait eu lieu dans la région de la vallée de la rivière Tulameen où l’on trouve le P. scopulinum. Compte tenu des importants terrains miniers et de la présence de divers métaux précieux, ce ne pourrait être qu’une question de temps avant que les activités minières débutent, mais on ne sait toutefois pas exactement quand. L’excavation minière et les coupes de bois nécessiteront probablement l’amélioration de la route actuelle et auront une incidence sur le drainage.

Figure 5. Lieu de l’unique site (historique) de Polystichum scopulinum (site 1) à Terre-Neuve, en rapport avec les affleurements de serpentine (zones noires). Les zones A, B et C représentent les zones d’occurrence de l’espèce serpentinicole Minuartia marcescens. (image disponible en anglais seulement)

Lieu de l’unique site (historique) de Polystichum scopulinum (site 1) à Terre-Neuve, en rapport avec les affleurements de serpentine (zones noires)

La plus grande population, soit celle du ruisseau Britton, est particulièrement menacée par l’amélioration éventuelle de la route, puisque l’endroit pourrait soit devenir un nouveau secteur de coupe forestière, soit servir de banc d’emprunt pour la construction routière. Les feux de forêt constituent également une menace importante dans la vallée de la rivière Tulameen. On trouve d’importantes charges de combustible sur le plancher des forêts secondaires en raison des importantes activités de lutte contre les incendies. Les feux de forêt qui sévissent dans des conditions de vents forts et de faible humidité dans les combustibles du sous-étage deviennent des brasiers extrêmement intenses qui détruisent presque entièrement la végétation du sous-étage. Les forêts des terrains ultramafiques sont relativement ouvertes par rapport aux forêts immédiatement adjacentes, mais des vents forts pourraient facilement y propager le feu, qui éliminerait l’espèce rare qu’est le P. scopulinum.

Au Québec on pense qu’une récolte excessive a fortement réduit la population durant la première moitié du XXe siècle, mais on considère aujourd’hui que cette occurrence isolée sise dans le parc de la Gaspésie est relativement stable. Les espèces introduites ne constituent pas une menace en raison des propriétés ultramafiques des sols à tous les sites. Étant donné que certaines colonies se trouvent sur le parcours d’un sentier, le piétinement pourrait constituer une menace; on ne connaît toutefois pas l’incidence réelle des marcheurs puisque le site ne fait l’objet d’aucune surveillance.

Le site historique de l’ouest de l’île de Terre-Neuve se trouve dans un endroit plutôt inaccessible et n’est probablement pas en péril pour l’instant, si il existe toujours.

Étant donné que l’espèce n’occupe qu’une partie des terrains ultramafiques à des altitudes et sous des conditions d’exposition bien précises, il se peut que sa répartition soit influencée par certaines de ses caractéristiques propres, qui limiteraient son étendue géographique, ou par la variation de la répartition des éléments dans le substrat.